Coming Home
Venez vous inscrire, nous ne mordons pas ! Enfin, pas très fort en tout cas... Ici, vous trouverez des tonnes et des tonnes de fan fictions et d'écrits en tout genre, alors venez faire un petit tour ! ♥️


Bienvenue sur Coming Home, votre forum d'écriture et de lecture en tous genres !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 The life is always complicated - Fiction (24/24)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Shinnie
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Lun 24 Fév - 17:03

Voila la suite pour ma cher lectrice. Et oui, V c'est le meilleur des meilleurs.

The life is always complicated


Amitié brisé ?






Le lendemain, je me réveillais tôt, me laissant tomber sur le sol entre Jungkook et Taehyeong. Ils ne semblaient même pas s’être rendu compte. Ils avaient le sommeil plus lourd que ce que je pensais. Bon, fallait trouver une autre technique, et puis je me sentais tellement bien. J’entrepris alors de faire payer à Jungkook toutes les fois, où il avait pris un malin plaisir à me chatouiller. La réaction ne se fit pas attendre. Il se tortillait déjà sous mes doigts, ses cris finirent par tirer Taehyeong de son sommeil. Un seul coup d’œil vers lui, et il comprit que je lui demandais son aide. Cependant, il ne réagit pas totalement comme je l’aurais voulu. S’engagea alors une bataille, chacun ayant pour munition son oreiller. Des coups à la porte nous stoppèrent. Ma mère ouvrit la porte et entra. La scène devait être marrant à voir, la chambre ne ressemblait plus vraiment à grand-chose. Et on était resté dans la position dans laquelle on était, autrement dit les bras en l’air près à attaquer. La colère qui se lisait sur le visage de ma mère, dû aux bruits que l’on faisait, laissa place à un sourire attendri. Elle nous ordonna bien gentiment de descendre prendre notre petit-déjeuner. On passa tous les trois à côté d’elle, tout en baissant la tête, mais riant intérieurement. On se mit à table et une discussion plutôt animée prit place, on fut rejoint par Monsieur Ming. C’était un des meilleurs matins que je passais dans cette maison. Repas fini, on remonta dans ma chambre, cette fois-ci bien réveillé, on constatait avec horreur le désordre que l’on avait mis.

- Bon avant de faire quoi que ce soit, va falloir que vous m’aidiez à remettre tout en place.
- Ou on peut te regarder faire.
- Ah ah ah très drôle Tae, mais c’est ta faute. Fallait pas lancer cette bataille. Allez au travail. Je commençais par ramasser les oreillers tandis qu’ils rangeaient tout ce qui était tombé. À trois, c’était tout de même plus simple et plus rapide. Ben, vous avez vu, c’est rapide, on a presque fini.
- Jiminnie, tu te payes notre tête ?
- Non.
- Tu comptes rester assis sur ton lit encore longtemps à nous regarder ?
- Mais, moi j’ai fini ma tâche, c’est pas ma faute si je suis plus rapide que vous. Me prenant un jean en plein visage, j’éclatais de rire. C’est bon, c’est bon. Je viens vous aider. Je quittais mon lit pour les aider. On finit de tout ranger à la vitesse de l’éclair. Qui va à la douche en premier ?
- Moi. On regarda alors Jungkook se levait et prendre son sac avec lui.
- … un silence s’installa. Je regardais Taehyeong du coin de l’œil. Je devais avouer que je ne savais pas vraiment comment réagir avec lui, surtout qu’on est seul dans la chambre. Hum…vous allez voir Hoseok à quelle heure ?
- Je suppose que l’on va passer le déjeuner avec lui, donc quand on aura fini de se préparer.
- Hum…ok.
- Tu veux qu’on le salue de ta part ?
- Non, j’avais répondu un peu trop brusquement. J’hésitais ensuite à reprendre la parole, mais je devais en avoir le cœur net. Dis, tu…tu ne vas pas lui parler d’hier soir, n’est-ce pas ?
- Tu as peur que je le fasse. Je baissais simplement la tête. Ne t’inquiète pas, je ne dirais rien. Si tu as peur qu’il le prenne mal. Je sentais que quelque chose avait changé dans son timbre de voix. Je relevais la tête, et je constatais qu’il avait un air entre la colère et la tristesse. Je me laissais glisser sur le sol à côté de lui et posais ma tête sur ses jambes, la tête tournée vers le plafond pour le regarder.
- Tae, je suis désolé si je t’ai blessé. Tu sais, j’ai apprécié le baiser d’hier. Le nier serait complètement bête de ma part. Mais, j’ai besoin de toi, de ton amitié. Alors, je ne peux rien t’offrir de plus. Je t’en supplie, ne m’en veut pas.

Sa main se posa dans mes cheveux, une nouvelle fois, je souriais et le regardais. Il me rendit mon sourire alors ça me fit plaisir. Je me relevais alors, sa main ne quittait pas mes cheveux, je mis simplement ma tête dans son cou. J’avais besoin d’un câlin et lui aussi. Je me décollais de lui, le regardais avec un sourire. Lui pinçant les joues par la même occasion. Il accentua son toucher dans mes cheveux, j’étais de plus en plus apaisé à ses côtés, j’avais tellement peur de perdre cela. Je vis alors son visage se rapprocher de moi. Je reculais la tête, mais avec sa main qui la maintenant, je ne pouvais aller bien loin. Mais je ne céderais pas. Je gardais une distance entre nous, grâce à mes bras tendus qui le repousser loin de moi. Je le suppliais presque du regard qu’il ne devait pas. Je croyais pourtant lui avoir fait comprendre que j’avais besoin de temps pour savoir si je pouvais l’aimer. Mais il ne semblait même pas se rendre compte que je ne voulais pas.

- Tae…s’il te plait, ne fait pas ça. Je croyais que tu avais compris ce que je viens de dire.
- Une dernière fois… une dernière.

Pourquoi devais-je être aussi faible face à lui ? Pourquoi l’entendre parler, l’entendre me supplier de me laisser faire juste une dernière fois, me dissuadait de le repousser. Mes bras commençaient à flancher, mais je ne voulais pas. Et le pire, c’est qu’il avait de la force, surtout quand il voulait quelque chose. Il murmura une nouvelle fois, que ce serait la dernière, et entendre mon prénom, eut raison de moi. Je ramenais mes bras autour de son cou. Il sourit en me voyant abandonner et rapprocha ma tête de la sienne. Je fermais automatiquement les yeux en sentant ses lèvres sur les miennes. Cela ne m’avait jamais fait autant d’effet, même avec Hoseok. Je ne me contrôlais plus tellement, je voulais approfondir le baiser. Je jouais avec ses lèvres, les mordants légèrement jusqu’à ce qu’il les entrouvre. Ma langue passa la barrière de ses lèvres. On se faisait la guerre pour prendre le contrôle de ce baiser. Mais l’air n’allait pas tarder à manquer. Je ne voulais pas rompre le contact, je me sentais tellement bien, trop bien. J’avais peur de ne plus vivre cela. Mes mains commencèrent à descendre dans son dos. Les siennes étaient toujours dans mes cheveux, continuant ces caresses qui ne faisaient que fissurer un peu plus mes barrières. Je fis finalement passer ma main sous son T-shirt, sa peau était douce, brulante. Je ressentais le besoin de le toucher, je voulais être encore plus proche de lui que je ne l’étais. Je me déplaçais sans pour autant quitter ses lèvres, me posant sur ses genoux. Je finis par lâcher ses lèvres, je le regardais. Il semblait tellement heureux, mon cœur fit un bon. Et je ne pus m’empêcher de déposer mes lèvres de nouveau sur les siennes. Le même manège repris, mes mains avaient quitté son dos et était posé désormais sur son torse. Je descendis finalement pour prendre son T-shirt et l’enlevais. Ma bouche quitta la sienne, pour se retrouver dans son cou. Je léchais, mordillais, suçais sa peau, laissant sans le vouloir la trace de ma venue. Il tira sur mes cheveux, ramenant mon visage vers le sien. Ses yeux étaient voilés de désir, un désir qu’il tentait de contenir. C’était la première fois que je le voyais comme ça. Une nouvelle pression sur ma tête et je retrouvais ses lèvres. On était dans une bulle, notre bulle. Et un simple raclement de gorge finit par la briser. Je me reculais alors, horrifié par ce qui venait de se passer. Qu’aurait-on fait si Jungkook n’était pas intervenu ? Je me relevais, mais tremblants légèrement. Je devais être rouge comme une tomate. Taehyeong finit par se lever pour prendre son sac et prendre la place de Jungkook. J’étais tétanisé, je voulais éviter ce genre de situation, mais je m’étais totalement laissé faire. J’y avais pris plaisir. Laissant échapper un profond soupir, je me laissais tomber au sol.

- Tu aurais peut-être préféré que je rentre plus tard.
- Non…mon dieu qu’est-ce que je viens de faire ?
- Je dirais que tu viens de conquérir un peu plus le cœur de notre Taehyeong. Je le regardais avec des grands yeux.
- Jungkook arrête de plaisanter. Je ne sais même pas si je ressens quelque chose de plus que de l’amitié pour lui. Imagine que je me sers de lui, parce qu’il est le seul à pouvoir me guérir. Et que je me rende compte après que je ne l’aime pas. J’ai…
- Tu as peur de lui faire du mal et de te faire du mal. Je l’ai bien compris, c’est pour cela que je suis entré avant que tu ne franchisses la barrière. D’ailleurs en passant, tu lui as laissé une marque bien difficile à cacher.
- M’en parle pas. Je baissais la tête de gêne, de honte. Jungkook avait tout entendu et il nous avait vus,
- Jimin, tu ne peux pas continuer à le nier. Je te donne toute la journée d’aujourd’hui pour réfléchir.
- Mais à quoi ?
- À ta rencontre avec Tae.

Qu’est-ce que je devais comprendre après avoir fait remonter ses souvenirs ? La première fois que je lui avais parlée, la première que l’on s’était vu, c’est quand il est venu m’aborder. Je l’avais laissé sans même lui répondre. Il avait fait le premier pas. On s’était revu au restaurant. Puis, il avait essayé de devenir ami avec moi, il était toujours proche de moi, toujours à côté de moi. Je le laissais souvent me prendre dans ses bras, j’aimais lui faire des câlins. Et puis, j’ai commencé à sortir avec Hoseok, et c’est à partir de cet instant qu’il n’avait plus voulu me parler. Et j’avais été blessé par cela. Je me préoccupais plus du fait qu’il ne voulait pas me parler, plutôt de m’occuper de ma relation avec Hoseok. Et voilà, où j’étais arrivé maintenant. Alors, c’était donc pour cela. Taehyeong était amoureux de moi ? Ou du moins, il était attiré par moi. Je commençais à avoir des doutes par rapport à tous les sous-entendus de Jungkook. Et c’est surement pour cela qu’il voulait m’éviter à partir du moment où je suis sorti avec son meilleur ami. Même Kann avait compris avant moi, les sentiments qu’il avait. Mais moi dans tout ça ? Je l’aimais, c’est vrai. Je me sentais bien lorsqu’il était là. Il m’avait aidé à rattraper pour mon retard et je ne lui serais jamais assez reconnaissant. Il était la seule personne à pouvoir me calmer, la seule personne qui puisse me toucher et qui me guérisse un peu plus à chaque toucher. Cela veut-il dire quelque chose ? Est-ce que moi aussi, je l’aime ? C’est impossible. Je veux dire, si j’avais vraiment des sentiments très forts à son égard, je m’en serais rendu compte, non ? Bon, il y avait eu ces deux baisers que l’on avait échangés. Le premier était une sorte de test, pour une chose que j’ignorais. Et la seconde fois avait été plus que passionné. Comme si, il n’y aurait plus jamais d’autre fois. J’étais totalement perdu. Pourtant, Jungkook était sûr de lui, alors pourquoi je ne l’étais pas, moi ? Je me laissais aller en arrière sans me rendre compte que Jungkook se retrouvait derrière moi.

- Tu n’as pas peur…même en sachant que c’est moi ?
- Je me sens tellement bien et ailleurs, que non, je n’ai pas peur. Alors, pour une fois, ne bouge pas Kookie, et surtout ne parle pas.
- Mais …
- Chut, laisse-moi réfléchir tranquillement.

On resta dans cette position, jusqu’à le retour de Taehyeong. Je quittais de nouveau la chambre, la tête baissée. Je n’aurais jamais dû baisser ma garde, et bien que je le savais, je ne serais jamais revenu en arrière. Je mis une fois de plus l’eau le plus froid possible et me plongeais dessous. Le froid me fit du bien, il me calmait et amenait avec lui tous mes soucis. Cela ne m’empêcha pas de soupirer encore et encore. Je ne savais même plus depuis combien de temps, j’étais sous cette eau. Tout ce que je sais en revanche, c’est que si je n’en sortais pas, je finirais bien par tomber malade. Je me changeais, et retournais dans ma chambre. Seulement, quelque chose n’allait pas. La pièce était vide, leur sac n’était plus là. J’avançais vers mon lit, et y vis un papier. « Désolé, on vient d’avoir un appel d’Hoseok, il s’inquiète déjà de ne pas nous voir. Alors on a dû filer en douce. Pardonne-nous Jiminnie. » Je n’en revenais pas. J’étais blessé par le fait qu’ils soient partis sans que je puisse leur dire au revoir, mais en même temps, je les comprenais. Je pris le papier et le jetais finalement à la poubelle. Je me rendis alors compte que Taehyeong n’avait pas pris les cadeaux. Ils avaient fait exprès, j’en suis sûr. Encore un plan de Jungkook. Soupirant, je pris les deux paquets et les mis avec ceux que je donnerais à Jungkook et Taehyeong le lendemain. Je me demandais bien ce que j’allais bien pouvoir faire de la journée. Une des employées arriva à l’instant même où je me posais la question. Elle m’annonça qu’une personne voulait me voir. Je la suivis, et jeta un coup d’œil sur l’interphone. Yoongi. Il était là seul, en train de se tortiller les mains. Il n’avait pas l’air très sûr de lui, et cela me fit de la peine. Je voulais répondre, lui dire qu’il pouvait venir, mais j’avais peur de le faire. Je le vis alors soupirer par le manque de réponse et commençait à tourner les talons. Je ne pris même pas la peine de prendre une paire de chaussures, je courais à l’entrée et tirais le portail. Espérant qu’il ne serait plus très loin. Cependant à peine avais-je mis un pied au dehors que je le vis entrer dans mon champs de vision.

- Tu n’as pas pu t’empêcher de venir.
- J’étais curieux de savoir ce que tu venais faire ici.
- …il s’avança vers moi, avec un faible sourire. Il voulut me prendre dans ses bras, mais je reculais. Voulant éviter tout contact. Tu ne m’invites pas à entrer, demanda-i-il tristement.
- Je…si…si bien sûr. Entre donc. Il entra et je refermais le portail. Je passais finalement devant lui. Suis-moi. On arriva dans le salon, je prenais place en lui faisant signe qu’il pouvait faire de même. Une employée arriva alors. Apportais moi un verre de jus de pomme et un autre de jus d’orange, sans pulpe s’il vous plait.
- Tu n’as pas oublié. Je l’interrogeais du regard. Que je ne bois pas la pulpe.
- Je suppose que ce n’est qu’un réflexe.
- Minnie, s’il te plait, arrête de mettre de la distance entre nous. Je te l’ai dit. Tu me manques. Je sais que tu ne veux pas me parler. Mais je t’en supplie…
- Écoute-moi. J’ai été un peu virulent dans mes propos la dernière fois. Mais, je t’en veux toujours… Laisse-moi finir. Tu sais que tu sois avec Hoseok, et bien, c’est bien pour toi. Il n’était tout simplement pas fait pour moi. Mais j’aurais cru qu’en étant ton meilleur ami, tu m’aurais dit que tu étais attiré par les garçons et plus particulièrement par lui. J’aurais préféré ça, que vous voir vous tourner autour jusqu’à ce que je découvre que vous étiez ensemble.
- Je…tu sais, ce soir-là. Je l’avais embrassé lorsqu’on rentrait. J’ai été moi-même surpris par mon geste. C’est pour ça que je voulais m’enfermer. Je voulais résister, Minnie, je ne voulais pas te faire de mal.
- Mais tu l’as fait.
- Pardonne-moi…
- Yoongi, je me suis senti trahi par mon meilleur ami, j’ai cru que je ne représentais rien pour toi. Enfin, cette histoire m’aura, au moins fait comprendre que je n’étais pas avec la bonne personne.
- Minnie…
- Je ne veux plus en parler, si tu es venu pour ça, tu peux partir. Et puis, je suis sûr qu’Hoseok doit t’attendre.
- J’en ai marre. Tu fais encore le gamin. Faut grandir un peu. Il s’était levé et avait commencé à hausser le ton. Je le regardais tout en restant inexpressif. J’en ai marre de te courir après.
- Alors ne le fait plus, oublie-moi, si c’est ce que tu souhaites. Je ne veux pas que tu te sentes enchainer à moi. Je me relevais et m’approcher des escaliers. Tu connais où est la sortie.

Je montais alors doucement les escaliers. J’aurais aimé qu’il me retienne, qu’il me prenne dans ses bras. Mais il ne le fit pas, je le sentis s’éloigner et quitter la pièce. Je me laissais tomber sur le sol, en plein milieu de l’escalier. J’avais mal au cœur. Notre amitié venait-elle de prendre fin ? Tout ça, parce que j’étais trop buté pour faire le premier pas vers lui. Tout ça parce que je ne voulais pas lui dire, que je lui avais déjà tout pardonné. Les larmes perlèrent de mes yeux, cela ne servait à rien que j’essaye de les retenir. Monsieur Ming apparu alors dans mon champ de vision, déjà bien trouble. Il ouvrit les bras, et je me laissais aller. Pleurant tout ce que je n’avais pas encore pleuré. Je n’étais qu’un imbécile. Je lui faisais du mal, je m’en faisais à moi, à Hoseok, et même à Taehyeong. Je n’aurais jamais dû entrer dans leur vie. Je finis par me décoller de monsieur Ming et le remerciais d’avoir été là. Je remontais finalement les marches, et m’enfermais dans ma chambre. Je n’en sortirais pas de la journée, je n’avais pas faim de toute manière. Prenant mon téléphone, j’envoyais un message à Jungkook. Message dans lequel, je lui disais que j’enverrai quelqu’un leur amener mes cadeaux. Du moins s’ils les voulaient. Sa réponse ne se fit pas tellement attendre. Il me demanda ce qui n’allait pas, pourquoi Yoongi était revenu essoufflé et en larmes. J’allais lui répondre, lorsque je reçus un autre message. « Tu as intérêt à venir au rendez-vous de demain, où je te promets que je t’étripe moi-même. Et arrête de te prendre la tête. » Même loin de moi, ce garçon semblait savoir dans quel était d’esprit, je pouvais être. Je soupirais, encore. Je ne voulais vraiment pas les voir, comment devrais-je réagir ? Lui supplier de me pardonner moi pour ma bêtise ? De lui dire, que je savais être en tort, mais que je voulais lui faire comprendre qu’il m’avait fait souffrir ? J’allais surement devenir fou, à force de me poser toutes ces questions. Mais comment faire, pour tout remettre en ordre dans ma tête autrement. Mes mains dans mes cheveux, les tiraient dans tous les sens. Des coups frappés à la porte, y mirent fin. Je me relevais en position assiste et demanda à la personne d’entrer.

- Ça va mieux ?
- Oui, merci beaucoup.
- Je t’ai amené de quoi manger …ta mère n’est pas là mais je ne veux pas qu’elle s’inquiète…alors mange-en un peu.
- Je…d’accord. Comment pouvais-je lui dire non après tout.

Je pris le plateau repas qu’il avait en main. Il passa sa main dans mes cheveux avant de partir. Je ne sais pas comment ma mère avait fait, pour tomber sur cet homme. Après tout, après la mort de mon père, elle avait accumulé les mauvaises rencontres. Mais celui-ci était une perle. Il ne voulait pas remplacer mon père, mais faisait tout pour que je me sente mieux. Et cela me faisait du bien, j’avais vraiment l’impression d’avoir enfin, une figure paternelle. Ça changeait de ma mère, qui était parfois trop protectrice. Enfin, j’entamais le repas qu’il m’avait amené, quand mon téléphone se mit de nouveau à vibrer. « Si tu ne réponds pas, je te jure que je viens tout de suite chez toi, pour te faire regretter d’agir de cette manière. » Les mots me démangeaient, et je ne pus m’empêcher de lui répondre, qu’ils étaient partis en coup de vent. Et je n’ai rien dit, alors pour une fois, j’avais tout de même le droit de choisir ce que je voulais faire ou pas. Mais, il ne semblait pas l’entendre de cette manière. « Arrête de bouder, Minnie. Et puis, tu prenais trop de temps. Taehyeong a juste eu le temps de cacher ta marque avant de partir. » À cette mention, mon cœur ne fut s’empêcher de battre plus vite. Ma marque. Comme-ci, je montrais au monde qu’il m’appartenait, et qu’en aucun cas, il fallait le toucher. Ce n’était pas le cas, mais lire cela, me mettait dans un état pire que lorsque je m’étais rendu compte de ce que j’avais fait. Enfin, je me donnais une claque, et retournais à mon repas. Quand mon téléphone vibra une nouvelle fois. Cette fois-ci, je n’y prêtais pas attention. Il vibra encore et encore. Je voulais cependant finir ce que j’avais devant moi. Une fois fait, je soupirais en regardant le nombre de messages que j’avais reçu. Ce garçon était décidément, plus désespérant que ce que j’aurais cru. Souriant, cependant, je capitulais. Sachant que contre lui, je ne pourrais rien de toute manière, je ne pouvais qu’accepter d’aller à ce fichu rendez-vous. Je lui demandais aussi par la même occasion d’arrêter de m’inonder de message, étant donné que je ne voulais pas passer mon temps accroché à mon téléphone à cause de lui.

Cela dit, je descendis poser le plateau à la cuisine, en profitant pour prendre une canette de Cola. Je remontais le plus rapidement possible dans ma chambre et me posa sur mon ordinateur. Quelle chance ! Jin était connecté, je m’empressais alors d’aller lui faire un petit coucou. On finit par entamer une conversation vidéo. Je ne fis même pas étonné de voir Namjun près de lui. Enfin, il était surtout en train de s’endormir sur l’épaule de Jin, mais bon, il était présent. D’ailleurs, je profitais pour immortaliser le moment, ce n’était pas tous les jours que je pouvais le voir comme ça. Ça fera un petit cadeau en plus pour Jin, une photo de Namjun qui dors. Il avait l’air tellement moins sévère, un vrai bébé. Enfin, on continua à parler. Il me disait à quel point, il était pressé de nous revoir, à quel point il avait envie de me serrer dans ses bras comme avant. Je me retenais de pleurer, c’est fou, comme c’est deux-là pouvaient aussi me manquer. Je finissais alors la conversation avec lui, lui promettant que je le rappellerais bientôt. Et à peine, l’appel se terminait que les larmes coulaient. Je ne voulais pas vivre loin d’eux, je ne voulais pas qu’il me perde et qu’il perde Yoongi. Car, c’était sûr maintenant, il allait vivre ici, avec ses parents. Et c’est dans cet état que Monsieur Ming me retrouva pour la seconde fois de la journée. Il voulait simplement prendre de mes nouvelles, sous demande de ma mère, et il me retrouvait de nouveau en train de pleurer. Je lui expliquais ce qui m’arrivait cette fois-ci. Je lui expliquais que j’avais passé tellement de temps avec eux, que j’avais vécu tellement de choses, que je ne pouvais vraiment pas me voir aussi loin d’eux. Surtout que maintenant, ils étaient mon seul lien avec mon passé. Yoongi et moi, étant de l’histoire ancienne. D’ailleurs, comment j’allais leur annoncer cela. Enfin, je ne devais pas y penser. Monsieur Ming avait tenté de me rassurer, et avait quitté ma chambre avec un sourire que je ne pouvais pas distinguer. Je me jetais sur mon lit, et me forçais à fermer les yeux. Le sommeil ne venait pas, mais rester comme ça m’apaiser. Et lorsque ma mère entra dans ma chambre sans frapper, pour ne pas changer, croyant que je dormais, elle refit rapidement chemin inverse. Comme quoi, ça pouvait aussi avoir de bon côté de faire semblant. Je finis par retourner sur mon ordinateur, je ressentais le besoin d’écrire quelque chose pour Yoongi, une ultime lettre, cela me prit pas mal de temps. Une fois fini, je quittais la maison pour me rendre au café. Je me commandais un chocolat frappé. J’en avais subitement envie. Commande en main, je portais la paille à ma bouche, c’était un vrai régal. Je sortais alors de l’établissement, et bien évidemment, il fallait que je tombe sur eux. Ils ne semblaient pas m’avoir vu, je rabattais ma capuche sur ma tête, la baissant pour me cacher au maximum. Je passais alors à côté d’eux, ils riaient tous, même Yoongi. Et cela me fit encore plus mal au cœur. Bien que le message du brun me dise qu’il était rentré en pleurant, j’avais l’impression qu’il était vite passé à autre chose. Enfin, valait mieux penser à autre chose. Je continuais mon chemin, arrivant chez moi, je m’asseyais sur la pelouse, en face des balançoires. Je buvais ma boisson en repensant à mes derniers jours ici, je me sentais las et fatigué, j’aurais tellement aimé que Taehyeong soit là. J’imagine que sa simple présence aurait pu me réconforter. Je lui envoyais d’ailleurs un message, je n’aurais peut-être pas dû, puisqu’il était avec les trois autres. D’ailleurs, je ne reçus aucune réponse. Tant pis. Je rangeais mon téléphone, me levais et rentrais, L’heure du dîner n’allait pas tarder, j’allais simplement attendre affaler sur ma chaise. Monsieur Ming arriva, il ne me parla pas, il semblait avoir compris que je n’en avais pas envie. Que j’avais simplement envie de rester dans mes pensées. Après tout, n’était-ce pas ce que Jungkook m’avait demandé de faire, remettre tout en ordre. Eh bien, on peut dire que j’ai bien effectué son ordre. Enfin, j’étais tout de même bien fatigué. Et dire que demain, j’allais devoir prendre sur moi, une nouvelle fois.






Dernière édition par Shinnie le Lun 24 Fév - 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinnie
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Lun 24 Fév - 17:14

The life is always complicated


Désolé de te faire souffrir






Le lendemain, je me réveillais tard. Ce qui n’était pas plus mal, je me serais ennuyé dans le cas contraire. Seul, il n’y avait pas grand-chose que je puisse faire. Enfin, je me réveillais, me dirigeant directement dans la salle de bains pour me préparer. Avant de descendre et de me mettre à table, après tout, le déjeuner allait être servi dans environ 15 minutes. Monsieur Ming me rejoint, un grand sourire plaqué sur son visage. Je me demandais bien pourquoi d’ailleurs. Puis, il me chuchota que j’avais intérêt à ne pas me retrouver à la maison de l’après-midi, parce que ma mère était d’une humeur massacrante. Et pour cause, aujourd’hui était le jour-J. Ça allait être animé ce soir. Et puis, la famille ne pouvant être là demain, la fête est tombée pour le 24. Je ne savais pas ce que j’allais bien pouvoir faire pour occuper mon après-midi, mais bon, j’allais me débrouiller. Le repas se passa dans le silence, personne ne voulant se mettre ma mère à dos.  Une fois fini, je remontais dans ma chambre. Prenant mon téléphone, je constatais que j’avais reçu un message. « On est en chemin pour le café, ne tarde pas trop. » Préparant mon sac, vérifiant que j’avais tout ce que je devais à l’intérieur, je sortis avec mes quatre paquets en main. Je m’apprêtais à refermer la porte, lorsqu’une ombre apparut devant moi.

- Punaise, Tae. Tu m’as fait peur là.
- Je voulais te faire une surprise.
- Et ça a marché. Mais tu n’étais pas avec les garçons ?
- Non, j’étais rentré chez moi, et en recevant le message de Jungkook, j’ai pensé que je pouvais venir te voir.
- Hum …  et bien allons-y. On marcha alors, dans le silence. Je me demandais ce que je devais faire. Lui demander pourquoi il m’avait ignoré hier ?
- Pardonne-moi, je n’ai pas pu te répondre hier.
- Oh, ne t’en fais pas, j’ai été occupé après, alors je n’aurais surement pas vu ta réponse. Oui, le mensonge était la seule chose que je pouvais faire.
- Enfin, dépêchons-nous. Il me prit la main et on accéléra le pas.

Arrivé devant le café, les autres étaient déjà attablés, je lâchais la main de Taehyeong. Il passa devant moi, disant bonjour avec enthousiasme à toutes les personnes assis autour de la table. Je ne fis que marmonner un bonjour, avant de prendre place entre Jungkook et Taehyeong. On commanda de quoi boire, et comme la veille, je pris un chocolat frappé. Une discussion fut entamée, je ne participais pas beaucoup, d’ailleurs, la main de Tae sur ma cuisse, ne m’aidait pas tellement à me concentrer. Et puis, je n’en avais pas tellement envie. Je n’osais même pas lever les yeux, ayant peur de tomber sur le visage de Yoongi. Cependant, un coup de coude de Jungkook, me fit relever la tête. Je croisais alors le regard inexpressif de Yoongi, j’avais vraiment mal au cœur. Je serais alors la main de Taehyeong qui n’avait pas bougé de place. Enfin, au bout d’une demi-heure, on fut rejoint par Sunghee. Heureusement que j’avais pensé à apporter aussi son cadeau. D’ailleurs, je remarquais que chacun était entouré d’un paquet.

- Je ne sais pas si je m’imagine des choses, mais Taehyeong, c’est quoi cette marque dans ton cou ? Demanda alors Sunghee. Il mit directement sa main là où je l’avais marqué. Attirant l’attention encore plus sur lui.
- Attend, tu l’avais pas hier soir. Hoseok qui avait parlé, m’avait alors regardé.
- Je me suis pris un coup, c’est rien.
- À d’autres, je sais encore reconnaitre ce que signifie cette marque, mon cher meilleur ami. Alors, qui était-ce ?
- Personne… Hoseok s’apprêtait à parler, son regard ne me quittait pas.
- Je l’avoue, c’est moi. Je tournais la tête vers Jungkook. On a eu l’intelligence de jouer après avoir bu chez Jimin. Et je ne pouvais pas rater mon gage, simplement parce que c’était Tae. Enfin, Jiminnie, tu distribues tes cadeaux ?
- Euh… il n’y a que moi ? Et vous ?
- On s’est déjà offert nos cadeaux, les sacs ici, sont pour toi.
- Ah…Je ne m’y attendais pas du tout, cela me fit vraiment plaisir. Je pris alors le premier paquet à mes côtés. Je le tendis à la seule fille autour de la table. Elle le prit et l’ouvrit, souriant grandement en le voyant.
- Oh…comment tu savais que j’aimais ces peluches ?
- Dans ta chambre, la fois où tu m’as sauvé. Je suis vraiment content que ça te plaise. Je pris le second paquet et le tendis à Jungkook. Il me regarda surpris.
- Comment tu as su que je le voulais.
- Disons que j’ai des yeux partout et que tu es quelqu’un de très chanceux, il y en avait presque plus à ta taille.
- J’imagine qu’une petite voix a dû te souffler ma pointure, dit-il en tirant la langue à Taehyeong. Je souriais, décidément ce jeune homme nous connaissait trop. Je pris le paquet suivant, c’était celui d’Hoseok. Il fut surpris lorsque je lui tendis mon cadeau, je fis simplement un faible sourire.
- Merci, je sentais à sa voix qu’il était heureux et ému. Il mit d’ailleurs la casquette sur sa tête. J’étais heureux d’avoir fait le bon choix. Prenant un des avant derniers cadeaux, je me tournais vers Taehyeong. Lui aussi ouvrit grand les yeux, en voyant la boite. Il avait les mains tremblantes.
- Tu avais remarqué ? Je ne répondais pas, je ne savais pas quoi dire. Merci. Il me tendit le collier double, je le lui attachais, tout en restant un peu gêné. Il ne restait qu’un seul paquet. Je le pris, cette fois, c’était moi qui tremblais en le tendant à Yoongi. Lorsqu’il l’ouvrit et qu’il vit l’intérieur. Des larmes perlèrent de ses yeux, je retenais les miennes du mieux que je pouvais.
- Pourquoi tu pleures ? questionna Sunghee, ne comprenant pas les pleurs de son frère.
- …
- Yoongi ? Cette fois-ci, ce fut Hoseok.
- Désolé…je suis juste très heureux. C’était une promesse, et je ne croyais simplement pas qu’elle se serait réalisée. Un silence prit place.
- Aller, maintenant à toi. Jungkook me tendit alors son paquet. Une peluche que j’avais vu le jour de notre shopping.
- Oh, toi aussi, tu avais l’œil gardé sur moi. Merci, je l’aime déjà beaucoup.

Les cadeaux défilèrent. Sunghee m’offrit une veste, Hoseok une paire de basket presque jumelle à celle que j’avais offerte à Yoongi. Taehyeong m’offrit une casquette, qui m’avait attiré alors que je prenais celle d’Hoseok. J’appréhendais le cadeau qui devait suivre. Je craignais de ne rien recevoir, mais mes mains tremblèrent en prenant le cadeau de mon meilleur ami. J’hésitais à l’ouvrir, et quand je le fis, ce fut à mon tour d’avoir les larmes aux yeux. Une casquette « New Era », un bandana et une chaîne qu’il m’avait promis de m’offrir. Une chaine où il y avait un Y et J enlacé. Je pris le bandana et l’attachais à mon poignet. Je mis la chaîne. Je murmurais un merci, et posais mon regard sur ma boisson presque vide. La discussion reprit, je me levais au bout d’un moment, j’avais envie d’aller au toilette. Je m’excusais et m’y rendis. Cependant, une personne m’avait suivi. Il était dos à moi, penché devant le lavabo, je ne le vis pas de suite.

- Encore toi ? C’est une manie que tu as de me faire peur et de me suivre ici ?
- Je voulais te donner quelque chose, je le regardais en fronçant le front.
- Ça ne pouvait pas attendre que je revienne ? Il s’approcha de moi, j’étais toujours dos à lui. Il passa ses mains devant moi, avant de m’attacher une chaine. En voyant le pendentif, mon cœur me fit un peu mal. Tu me rends mon cadeau ? Je n’osais plus le regarder, mais je ne dis rien lorsqu’il me retourna.
- Regarde mon cou… Jimin, s’il te plait, regarde. Je levais alors la tête, et constate qu’il a toujours la chaine dans son cou. La seule différence, c’est qu’elle n’était plus doublée.
- En l’achetant, je suis sûr que tu ne t’es pas rendu compte que c’était une chaine pour deux.
- Oh … et tu me l’offre à moi ?
- J’en avais envie, et je n’accepterai pas que tu le refuses.
- Merci….

Je m’avançais vers lui, le pris dans mes bras pour un câlin. Je me reculais et déposais un baiser sur ses joues. Je sortais ensuite des toilettes pour rejoindre ma place. Hoseok et Yoongi n’étaient plus là, Jungkook m’expliqua qu’ils avaient dû rentrer, Sunghee aussi n’allait pas tarder. Avant qu’elle se lève, je lui tendis une enveloppe, je lui demandais de la remettre à Yoongi le jour de leur départ pour la fête du nouvel an. De ne surtout pas le lui donner avant. Ils me regardèrent tous bizarrement, d’ailleurs Taehyeong était revenu, mais je ne dis rien de plus. Regardant l’heure, je constate qu’il n’est que 15h. Encore trop tôt pour retourner chez moi, mais ça fait tout de même un bon moment qu’on était là.  Taehyeong proposa alors qu’on aille chez lui, Jungkook acceptait déjà, et je ne pus refuser. Je devais de toute manière éviter la maison pour le moment, je ne pourrais rentrer que sur signal de monsieur Ming. On marcha alors jusqu’à chez lui, Taehyeong courant et sautant dans tous les sens, c’était limite grotesque. J’avais vraiment l’impression de me retrouver avec un gamin. Jungkook ne contenait pas son rire, et moi non plus d’ailleurs. Au bout d’un moment d’inattention de la part de Taehyeong, celui-ci s’était d’ailleurs rapproché de moi, pour me faire remarquer qu’il avait tout de suite vu pour le collier complémentaire. Je baissais simplement la tête, tout en continuant d’avancer. Comment j’avais pu me laisser embarquer par ces deux imbéciles. En passant, mon regard se tourna malencontreusement vers cette ruelle où j’avais été agressé. Ma respiration s’accéléra, je n’arrivais plus à avancer, mon regard était fixé sur cette ruelle. Enfin, un corps s’était positionné face à moi, me prenant la main.

- N’y pense plus.

Il me tira avec lui, je ne ressentais plus rien d’autre que la sensation de la main de Taehyeong contre la mienne. On continuait à avancer, Jungkook ne souriait plus tellement, ils semblaient tous les deux s’en vouloir de quelque chose. Je renforçais l’étreinte de ma main contre la sienne, et pris celle de Jungkook. On arriva finalement chez lui, et on monta les escaliers pour atteindre sa chambre. Ils prirent place sur le sol, moi, j’étais toujours devant la porte. Je désespérais un peu de les voir comme ça.

- Les garçons arrêtaient avec ces têtes d’enterrement. Vous n’êtes pas responsable et puis faudra bien que j’y passe pour surmonter ma peur.
- ….
- Si vous continuez, je vais partir.
- … Je tournais alors les talons et mis ma main sur la porte.
- Ne pars pas, Jiminnie.
- Allez, on passe à autre chose. Faut me distraire là.
- Et bien, on a qu’à jouer. Proposa Taehyeong.
- Hum…et on pourrait jouer à quoi ?
- Action ou vérité ? Je regardais Jungkook en haussant les sourcils, ce gars était décidément désespérant. On a qu’à jouer à un jeu de société quelconque sinon.

Taehyeong fouilla un peu partout dans ses étagères, coffres. Il finit par nous sortir les jeux qu’il avait trouvés.

- Monopoly ?
- Trop long et ennuyant.
- Scrabble ?
- Y’as pas assez de mecs intelligents.
- Pictionnary ?
- On ne dessine pas assez bien, on devinera rien.
- On a qu’à jouer un jeu de cartes.
- On… Jungkook ne put finir sa phrase pour cette fois, il se prit un oreiller en pleine tête. Un oreiller qui était initialement dans mes mains.
- Si tu continues, c’est pas un oreiller que tu vas recevoir.
- Si on peut plus s’amuser.  Bon, ben va pour un jeu de cartes, mais Jiminnie, si tu triches, je ne te le pardonnerai jamais.
- Hum hum, dis-je, en lui faisant un grand sourire.
- Bon, on joue au Go stop alors ? Je viens de retrouver un paquet de cartes.

On commença alors la partie. Cela me faisait vraiment bizarre, je n’y avais jamais vraiment joué avant. Je regardais simplement les parties que ma mère faisait. Mais c’était pas bien compliqué dès que l’on comprenait les règles du jeu. On s’amusait énormément, Jungkook était un vrai mauvais perdant. Taehyeong lui était vraiment très nul et son meilleur ami ne manquait pas une occasion de se moquer de lui. Le temps passait tranquillement, très tranquillement d’ailleurs. Finalement, le brun finit par recevoir un appel de ses parents, il dut alors rentrer chez lui, me laissant seul avec Taehyeong. Je priais intérieurement pour recevoir un appel de chez moi, me disant qu’il était l’heure de rentrer. Mais voilà, aucun message ni appel. Je restais donc là, à regarder Taehyeong assis en face de lui. Je n’arrivais pas à détourner les yeux, j’étais comme hypnotisé par son sourire. C’était la première fois que je le détaillais autant. Je n’en avais jamais vraiment eu l’occasion avant. Je regardais ces cheveux, toujours de cette couleur rose-blond, très unique d’ailleurs, mais qui faisait son charme. Je baissais les yeux, tombant sur ses grands yeux dans lesquels j’aurais pu me perdre facilement. Un petit nez. Une bouche, qui a cet instant était vraiment très attirante. Je devais détourner les yeux, des souvenirs me revinrent en tête. Mes joues se tintaient de rouge, et puis le silence avait été tellement long, que j’avais surement attiré le regard de Taehyeong sur moi. Il avait posé ses cartes sur le sol et me regardait désormais. On se regardait, se détaillait, se jugeait à travers nos regards.

- Jimin arrête de me regarder de cette manière, s’il te plait.
- Je… je suis désolé.

Je baissais la tête, me raclant la gorge pour retrouver contenance. Je me relevais, mes mains étaient soudainement très moites. J’avais tellement ressenti le besoin de l’embrasser. Était-ce normal ? Et puis pourquoi cela m’arrivait-il maintenant ? Pourquoi je n’avais jamais ressenti cette attirance si forte pour lui. Devenais-je fou ? Ou bien, était-ce le fait d’avoir perdu quelqu’un cher à mon cœur, qui me rend comme ça ? Taehyeong est la seule personne qui arrive à me faire ressentir quelque chose de bien en ce moment. La seule personne qui semble capable de me guérir. Est-ce pour cela que je suis irrémédiablement attiré par lui ? Je m’avançais vers la porte, collant mon dos contre celle-ci, il fallait que je mette de la distance entre nous. Mais cet imbécile s’était aussi levé, il me regardait avec un regard interrogatif.

- Reste où tu es ! …. Taehyeong…
- De quoi as-tu peur ?
- De … de rien. Je veux simplement que tu restes à distance.
- Je ne te toucherai pas, si tu ne le veux pas.

Il recula finalement, je me permis de souffler, il se plaça devant sa fenêtre. Il semblait triste. Je savais qu’il m’aimait, j’avais eu assez de preuves maintenant. J’imaginais aisément que mon attitude face à lui devait être frustrante. Mais je ne savais pas quoi faire, j’étais perdu. Bien évidemment, il y avait quelque chose qui me poussait vers lui. Ça avait toujours été le cas, même lorsque je sortais avec Hoseok. Pourquoi tout devait-il toujours être aussi compliqué ? Je quittais finalement la porte pour me rapprocher de lui, je passais mes bras autour de lui et posais ma tête contre son dos. Je n’aimais décidément pas le voir triste à cause de moi. Je soupirais bruyamment, comment la situation avait pu tourner comme cela entre nous.

- Tu n’es pas obligé de faire ça.
- Faire quoi ?
- D’essayer de me consoler. Jimin, tu sais que je t’aime, n’est-ce pas ? Si tu ne l’as pas remarqué, Jungkook a dû te le dire.
- J’avais de fort doute, mais oui, je le sais.
- J’imagine que j’ai été un parfait débile. Tomber amoureux d’un garçon qui ne semblait même pas avoir envie de nous parler. Lui venir en aide pour ses révisions, alors qu’il ne m’accordait aucun regard. L’aimer encore plus, jusqu’à en souffrir parce qu’il sortait avec mon meilleur ami. Je dois être vraiment quelqu’un d’étrange.
- Tae … tu n’es pas quelqu’un d’étrange. Tu es le parfait meilleur ami qui soit. Tu es toujours là pour les autres. Et bien que tu sois quelqu’un de très sensible, tu es aussi très fort.
- Alors pourquoi ne peux-tu pas m’aimer comme je t’aime ?
- Je… j’étais pris au dépourvu par sa question. Je ne savais plus quoi répondre, quoi dire. Je desserrais mes mains et m’éloignais un peu de lui. Il se retourna vers moi.
- Que faut-il que je fasse ? Je ne semble pas te repousser, tu m’as avoué avoir aimé mon baiser. Alors, pourquoi tu continues de me repousser. Pourquoi alors que je pense que mes sentiments sont partagés, tu me repousses un peu plus ?
- Tae, je suis désolé. Désolé de ne pas pouvoir te retourner tes sentiments. Je…

Il s’était avancé et avait posé sa main sur ma joue. Il y avait tellement de tristesses dans ses yeux, que j’en ai eue mal au cœur. Lorsque son visage se rapprocha du mien encore une fois, je ne reculais pas. Je fermais simplement les yeux, mais je ne ressentais rien. Il ne s’était pas éloigné, mais s’était arrêté. Je rouvris lentement les yeux, on se regardait sans bouger. N’y tenant plus, je comblais moi-même le vide. Sentir ses lèvres me faisait du bien, c’est comme-ci tout en moi était détendu grâce à lui. Le baiser restait très chaste, je reculais cependant en sentant un goût salé. Ces yeux étaient fermés, mais cela n’empêchait pas ses larmes de couler sur ses joues. Nouveau coup au cœur. Il reprit mes lèvres, et me fit reculer. Je finis par basculer en arrière, l’entrainant avec moi, on tombait sur le lit. Il ne lâchait plus mes lèvres. Cela n’avait plus rien avoir avec un doux baiser, c’était plus brutal, il me faisait ressentir sa rage. Je répondais, je ne faisais que cela. Sa tête glissa finalement dans mon cou, et je sentis plus que je ne le vis qu’il pleurait. Passant mes mains dans son dos, je faisais des petits cercles pour l’apaiser. Comment pouvais-je faire souffrir une personne de cette manière. Dans ma poche, mon téléphone vibrait, ça devait être le signal. Taehyeong le sentit aussi, il voulut se relever, mais je raffermis ma prise sur lui, l’empêchant de bouger d’un millimètre.

On n’avait pas bougé, mais je devais avouer que cette position n’était pas des plus confortables. Taehyeong finit par se relever, j’en profitais pour prendre mon téléphone. J’allais me faire étriper par ma mère. Je quittais alors le lit, prendre mon sac pour partir. Je me retournais vers Taehyeong, il avait la tête baissée. Je lui relevais la tête.

- Je t’en supplie, ne soit plus triste à cause de moi. Ne pleure plus à cause de moi. Promis ?
- …
- Tae…s’il te plait…
- Promis.

Je lui fis un grand sourire, mais je devais vraiment partir. Cependant, il ne semblait pas de cet avis. Baissant les yeux vers lui, je lui demandais de me lâcher, mes parents allaient me tuer. Il voulait que je reste encore un peu, mais cela devait faire un quart d’heure que ma mère attendait. Il soupira et finit par se lever, il tenait à me ramener. On fit alors le chemin de retour ensemble, il m’avait pris la main, je ne la retirais pas. Je voulais puiser un peu de sa force, j’allais en avoir besoin. Ma mère allait vraiment me tuer, si je la mettais en retard dans tout son programme. Arrivé devant chez moi, il se pencha vers moi pour poser ses lèvres sur les miennes. Il savait que je n’allais pas le repousser et il en profitait. Je le sentis au sourire qu’il avait en m’embrassant. Je lui donnais une claque à l’arrière de la tête et m’éloignais. J’avais le cœur léger en rentrant. Et même les cris de ma mère qui me disait qu’il ne me restait qu’une dizaine de minutes pour me préparer, ne réussirent à m’enlever le sourire que j’avais.

Finalement, j’eus seulement le temps de me préparer, je descendais les escaliers lorsque la famille de Monsieur Ming arriva. Je les saluais le plus respectueusement possible, je m’étonnais de m’entendre aussi bien avec les enfants de ses frères et sœurs. J’avais réussi à faire craquer les petites filles, qui ne m’avaient pas lâché de la soirée. On s’était bien amusé, bien évidement lorsque minuit passa, elles se firent un plaisir de sauter sur les cadeaux. Moi, je ne pouvais m’empêcher de sourire, ma main se posa sur la chaine à mon cou. Je repensais à Taehyeong, encore. Il allait décidément me rendre fou, enfin. D’ailleurs, en jetant un œil sur mon téléphone, je souris au message que j’avais reçu. Taehyeong et Jungkook avaient une drôle de manière de souhaiter un bon noël. Je reçus aussi un message de la part de Hoseok, Jin et Namjun. Mais celui qui me surprit le plus et qui me fit le plus plaisir, fut celui de Yoongi. À travers ses mots, je sentais toute son hésitation, je ne savais pas moi-même ce que je pouvais lui répondre. J’écris alors les premiers mots qui me passaient par la tête. Ma mère se retourna finalement vers moi, me faisant signe de ranger ce que j’avais en main. Je répondais alors rapidement aux autres avant de ranger mon téléphone. La fête continua jusqu’à ce que les petits commencent à montrer des signes de fatigue. Donc, naturellement, les adieux commencèrent à se faire, et je pus monter dans ma chambre et me laisser m’écrouler sur mon lit. Je fus directement emporté par les bras de Morphée. Bien que malgré tout, je passais une soirée plus que mouvementé à cause de Taehyeong. Ce n’est que 5 heures plus tard que je me réveillais, il était 8 heures. J’appelais alors mon brun préféré.

- Jiminnie…je t’aime beaucoup mais il est encore tôt là.
- J’ai besoin de parler.
- Jiminnie ça peut pas attendre ?
- Je vais devenir fou là. S’il te plait.
- Donne-moi deux heures, le temps d’être parfaitement réveillé. Je viendrais chez toi.
- Hum…Ok. Après tout, je n’avais pas trop le choix.

Je quittais finalement mon lit, et descendis dans le salon, il y avait pas mal de bordel. Monsieur Ming avait donné des jours pour les fêtes au personnel qui le souhaitait. Donc l’effectif était réduit. Lorsque je vis un des employés commençait à tout ranger et nettoyer. Je lui prêtais main forte. Après tout, ça irait toujours plus vite à deux. Enfin, m’étirant de tout mon long, je lui demandais de me monter mon petit-déjeuner tandis que j’allais prendre ma douche. Lorsque je revins dans ma chambre, le plateau était bien là, mais il n’était pas seul.

- YA !!! Jungkook, c’est mon petit-déjeuner que tu manges là.
- J’avais faim, mais je t’ai laissé de quoi manger.
- Trop aimable à toi. Je lui tirais la langue et me laissais tomber en face de lui. Tu t’es couché tard hier ?
- Oui, la fête de mes parents était bien, mais particulièrement ennuyante. Mais je voulais jouer au fils modèle. Je me suis couché à 5 heures. Alors autant te dire que je t’aurais bien tué ce matin.
- Désolé…je n’ai plus vraiment pensé à l’heure.
- Alors tu voulais me parler de quoi. Je riais à son changement de sujet, mais au moins ce n’était pas moi qui dus engager cette conversation. Je suppose qu’il s’agit de Taehyeong.
- Hum…Tu nous as laissés seul hier…
- Vous êtes allé jusqu’au bout de ce que j’avais arrêté la dernière fois ?
- Mais laisse-moi finir, et non, on a rien fait. On a discuté. Je crois que je suis en train de le briser à rester près de lui. Jungkook, je ne sais plus quoi faire. C’était la première fois qu’il pleurait devant moi.
- Pfff…Jiminnie, tu le sais qu’il t’aime et toi, je suis sûr que tu l’aimes. Alors qu’est-ce qui te retiens ?
- Je ne sais pas si je l’aime justement. J’ai l’impression de me servir de lui, parce qu’il me guérit. Je suis effrayé à l’idée de devoir aller jusqu’au bout avec lui. Pas comme avec …
- Hoseok. Tu as peur d’être abandonné, ou que toi, tu finisses par l’abandonner. Mais tu dois arrêter de t’en faire pour ça. Jiminnie, toi aussi, tu peux ressentir ce qu’il y a entre Hoseok et Yoongi. Taehyeong n’attend que ça.
- Je ne sais pas. Je ne sais pas si j’en ai envie. Je ne veux pas lui causer du tords, tu sais que je suis confus.
- Je le sais, tu l’as toujours été. Mais si tu y réfléchis, tu te rendras compte que tu étais amoureux, mais que tu es sorti avec Hoseok pour fuir ses sentiments. Parce que tu as toujours peur d’être déçu.
- Pour une personne qui ne me connait que depuis quelques mois, j’ai l’impression d’avoir passé toute ma vie à tes côtés. Tu arrives toujours à savoir ce que moi-même j’ignore à propos de moi.
- Je te l’ai dit. J’ai toujours été doué pour ce genre de chose. Alors, dis-moi que comptes-tu faire ? Il te reste trois jours pour agir. N’oublie pas que le 29, on part tous pour pouvoir acheter et préparer notre fête du nouvel an.
- Je le sais bien. Je vais y réfléchir, et je te dirai bien ce que je décide de faire à ce moment-là.
- Ne le brise simplement pas, je n’ai pas envie de le ramasser à la petite cuillère. Bon maintenant, je vais te laisser. Je dois passer voir Sunghee.
- Ah ???
- Ce n’est pas ce que tu penses, c’est juste parce qu’elle loue la maison pour nous tous.
- Pas besoin de te justifier, je ne pensais à rien moi.
- Non..mais oui, enfin bref. Je sais comment tu es.
- Aller vas-y, ne la fait pas attendre. Il me tira la langue, me fit un bisou sur la joue et s’en alla. Moi, je descendis un peu après, c’était noël après tout aujourd’hui.

Et puis, fallait aussi que je réfléchisse à ce que je comptais faire pour Taehyeong. Jungkook avait raison, je n’avais pas le droit de le briser, et je ne comptais pas le faire. Et puis, il avait peut-être raison, comme toujours, j’étais peut-être bien amoureux de lui depuis plus longtemps que je le pensais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/02/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Lun 24 Fév - 18:21

J'ai enchainé les deux chapitres parce que ça devient trop trop trop bien *o*

Déjà tu sais ce que je ressens par rapport à Yoongi u.u c'est impardonnable pour moi alors il va devoir attendre bonbon pour que Jimin lui pardonne (enfin j'espère ou bien s'il lui pardonne plus tôt qu'il le frappe au moins è_é). Je suis trop contente de l'evolution de la relation entre Tae Hyeong et Ji Min mais il va falloir que Ji Min se décide à se jeter dans ses bras. Mais eomeoni j'ai mouru à chaque fois qu'ils se sont embrassés *o* Mon pauvre petit kokoro a eu des palpitations ! J'aime *O*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladyfolio.tumblr.com/
Shinnie
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Lun 24 Fév - 19:13

Oui leur relation bien que pas encore officiel est vraiment tout mignonne. J'ai adoré écrire chaque moment.

The life is always complicated


Une Chance






Deux jours étaient passés, deux jours pendant lesquels, je n’avais pas tellement bougé de chez moi. J’avais coupé mon téléphone et avait demandé aux employés de dire que je n’étais pas là, dans le cas où quelqu’un serait venu me chercher. Je restais à la maison, je travaillais un peu les cours, après tout à la fin de ses vacances, j’étais presque sûr qu’on ne nous laisserait aucun répit. Durant ses deux jours, j’avais parlé la plupart du temps avec Jin et Namjun. Je n’arrivais pas à leur annoncer le fait que je ne viendrais pas fêter la nouvelle année avec eux. Je ne le voulais pas. J’avais peur de me retrouver avec eux, peur de la réaction de Yoongi à la suite de ma lettre. Enfin, je me laissais tomber sur mon lit et m’étouffais presque avec l’oreiller que je m’étais mis sur la tête. J’avais une subite envie de boire un chocolat frappé, mais j’avais peur de les rencontrer si je devais sortir. J’envoyais alors quelqu’un en repérage pour moi, et lorsque je fus sûr que la voie était libre, je quittais la maison. Muni d’une paire de lunettes, de vieilles baskets, d’un sweat à capuche et d’un jean un peu troué, je me rendis au café. Je scrutais les alentours comme un malade, j’avais peur de me faire attraper. En sortant, je soufflais enfin, après tout, je n’allais surement pas tomber sur l’un d’eux. Du moins, j’imaginais que je parlais souvent trop vite. Jungkook avançait en face de moi. Je baissais la tête et changeais de trottoir. Cependant, j’eus la bonne idée de m’arrêter lorsqu’il cria mon nom. Si je comptais ne pas me faire remarquer, c’était totalement foutu, je me mis alors à courir, le plus vite possible. Je me permis de respirer et souffler, une fois derrière le portail fermé. Du moins, c’est ce que je croyais, Jungkook, qui m’avait facilement rattrapé, poussa le portail à peine fermé, me faisant tomber par la même occasion.

- Dis-moi Jiminnie, tu croyais vraiment que tu allais pouvoir m’échapper éternellement ? Et puis d’ailleurs, pourquoi tu me fuis de cette façon ?
- Je fuis pas, tu m’as fait peur, je t’avais pas reconnu.
- Tu ne sais toujours pas aussi bien mentir. Oui, bon. Il avait toujours raison, cela pouvait être vraiment très très énervant parfois. Je me relevais finalement, par miracle ma boisson n’avait rien subi.
- Bon, ben suis-moi, on va pas rester éternellement devant cette porte. On se rendit près des balançoires, oui, c’était devenu un de mes endroits préférés.
- Jiminnie, pourquoi tu ne réponds plus à aucun message ni appel ?
- J’ai coupé mon téléphone, j’avais besoin de réfléchir au calme.
- Tu t’es coupé du monde pendant deux jours, simplement pour ça ?
- Hum … je reçus une claque à l’arrière de la tête, je tournais alors la tête vers Jungkook, le regardant méchamment. Arrête de me frapper.
- Je te frappe si je le veux, surtout si j’estime que tu es un parfait imbécile. Alors, j’imagine que tu es arrivé à certaines conclusions.
- Oui.

Je pris mon gobelet et portais la paille à ma bouche. Je savais bien qu’en laissant ma réponse en suspens, je devais l’irriter au plus haut point. Mais, je n’étais pas du tout presser moi. Je continuais à boire en silence, je sentais bien le regard de Jungkook sur moi, mais je ne fis qu’observer les balançoires. Je revoyais par flash, le fameux jour, où on y était tous les trois. Ce fut, ce soir-là que pour la première fois, Taehyeong m’avait embrassé. Je baissais alors la tête, rougissant un peu en me rappelant cela. Un coup de coude me ramena sur terre, je me tournais alors la tête vers Jungkook et enlevais la paille de ma bouche pour parler.

- Jungkook, je vais te dire quelque chose qui ne va surement ne pas te plaire. Mais j’aimerais que tu ne te fâches pas et que tu acceptes ma décision.
- Je m’attends à tout venant de toi, et bien que je sois sûr de le regretter, j’accepte de ne pas m’énerver.
- Et tu dois accepter ma décision.
- Oui, oui, c’est bon. Alors parle.
- Je n’irais pas à la soirée du nouvel an avec vous. J’aimerais que tu amènes les cadeaux de Jin et Namjun et que tu leur offres de ma part.
- Jiminnie… je ne peux pas faire ça… C’est tes amis, ils vont être déçus. Et puis que penseront les autres ?
- Dis leur que j’étais trop malade, que ma mère préférait m’avoir à ses côtés. Fais-le pour moi.
- Jiminnie…
- Tu as promis que tu accepterais ma décision, alors tu ne dois pas discuter. Et aussi, tu ne dois en parler à personne. Jungkook, j’ai confiance en toi, c’est pour cela que je te l’ai dit. Pour qu’une personne au moins le sache. Mais ne leur dis pas, ne gâche par leur fête.
- Je le ferai, dit-il tristement. Mais Jiminnie, je ne crois pas que faire cela pourra arranger les choses. Et puis, qui y’a-t-il dans la lettre pour Yoongi ?
- Quelque chose de personnel, quelque chose qui sera le seul à comprendre.

Un silence prit place, je savais que je venais de l’énerver, mais il ne pouvait malheureusement rien me dire. Il semblait bouder dans son coin, voir ses joues gonflées de cette manière, me fit sourire. Je finis ma boisson, et on observa l’herbe, le ciel sans se parler. Finalement, je me retournais vers lui et lui pinçais les joues. Je finis par le faire sourire ce qui me rassura.

- Kookie, merci pour ce que tu fais pour moi.
- Qu’est-ce que je ne ferais pas pour ta petite bouille, je lui pinçais le bras, mais étais tout de même heureux. Et pour Taehyeong, qu’as-tu décidé ?
- …
- Jiminnie, ne me dit pas que tu vas faire une croix sur lui aussi ?
- …
- Jiminnie, si tu ne réponds pas, je t’assure que tu vas le regretter. Sache que je sais très bien torturer les gens.
- … j’étais perdu dans mes pensées, je ne voulais pas prêter attention à ses paroles.
- Jimin, sentant la menace dans sa voix, je tournais finalement la tête vers lui.
- Je ne vais pas faire une croix sur lui. Pour tout dire, j’en suis arrivé à la conclusion que je devais lui laisser une chance. Que je devais nous laisser une chance, même si je ne suis pas sûr de mes sentiments. Mais je ne sais pas si lui pourra comprendre cela.
- Venant de toi, il peut tout comprendre, et puis il est comme moi, il saura voir ce que tu ne vois pas.
- Comment tu peux en être aussi sûr ?
- Pendant les deux jours où tu t’es isolé, et bien, il a fait de même. Il pense que c’est à cause de lui, qu’il a fait une erreur en t’avouant ouvertement ses sentiments.
- Je lui ai encore fait du mal. Ma voix se brisa à cette constatation, Jungkook me tira et me prit dans ses bras, je frissonnais, mais j’en avais besoin, alors je me laissais faire.
- Tu devrais aller le voir aujourd’hui, je passerais le voir, je dirais aux employés que si tu viens, de ne rien dire à Taehyeong. Comme ça, tu pourras lui faire une surprise.
- Je ne sais pas si c’est une bonne idée… je veux dire…
- Jiminnie arrête de réfléchir, et fonce.
- Ok.

On se releva finalement pour rentrer à la maison. On se posa dans le salon pour prendre de quoi boire. On continua à parler, je sentais qu’il essayait de me faire changer d’avis pour la fête, mais je ne reviendrais pas là-dessus. Je montais finalement dans la chambre et revins vers lui avec les sacs en mains. Il me fit un sourire triste, et m’annonça qu’il viendrait tout de même me dire au revoir demain, avant de prendre le minibus en compagnie des autres. Il saura trouver un mensonge pour qu’ils partent sans s’inquiéter pour moi. Une fois qu’il fut parti, je remontais dans ma chambre. Je me posais un moment devant mon armoire, cherchant ce que je pouvais mettre pour aller voir Taehyeong. J’optais pour des vêtements simples, bien que ce soit des vêtements qu’on avait acheté ensemble lors d’une sortie. Un débardeur noir avec les bords blancs, un jean noir. Je pris la casquette que m’avais acheté Taehyeong ainsi que le bandana offert par Yoongi. L’habit choisi, je me rendais dans la salle d’eau. La course pour échapper à Jungkook m’avait fait transpirer, alors je préférais en prendre une. Une fois fais, je rejoignais ma chambre en peignoir. Je me demandais si finalement Jungkook avait raison, si c’était une bonne idée d’aller le voir. D’ailleurs, j’allumais mon téléphone et fus plus que surpris en voyant le nombre de messages qu’ils m’avaient envoyé tous les deux. Et les appels aussi. Enfin, j’envoyais un message au brun pour lui demander si c’était vraiment une bonne idée, et si je pouvais y aller de suite. Il me répondit simplement par un oui, suivi de nombreux points d’exclamation. Au moins, c’était clair. Je finis par m’habiller, puis par me coiffer. Regardant l’heure, je constatais qu’il était presque 16 heures. Je descendais alors pour prendre un rapide goûter, histoire de ne pas arriver devant lui le ventre vide. Oui, je ne sais pas pourquoi ce détail me semble important. Enfin. Une fois fini, je me remontais pour me rincer la bouche, je pris une pastille à la menthe et descendis. Je pris les baskets offert par Hoseok dans le placard et j’étais fin prêt pour me rendre chez lui. Je fus le trajet à pied, mon sac sur le dos et en musique. Mes écouteurs dans mes oreilles, la musique à fond, j’avançais. En passant près de la ruelle, je ne fis rien, mais je jetais un œil vers la maison de Sunghee, et celle de Yoongi désormais. Le petit sourire que j’avais, disparu ainsi, mais je me forçais à sourire de nouveau en continuant d’avancer. Arrivant devant la maison de Taehyeong, je lâchais un long soupir avant d’appuyer sur la sonnette. Je dis mon nom à l’employé qui m’ouvrit le portail. En arrivant, je le saluais et lui demandais où se trouvait Taehyeong. Il m’indiqua sa chambre.

J’étais devant la porte de celui qui faisait battre mon cœur en ce moment, j’hésitais à entrer, je ne savais pas comment j’allais le retrouver et cela me faisait tout de même un peu peur. Je soupirais une nouvelle fois, et finis par pousser la porte tout doucement. Il n’y avait aucun bruit dans la pièce, à part celui d’une respiration régulière et apaisé. J’avançais dans la pièce et me rendis vers le lit de Taehyeong, où celui-ci dormait. Je fis le tour du lit et me posais sur le bord. Mon regard se posa sur lui. Il ressemblait à un vrai bébé lorsqu’il dormait, j’avais l’impression qu’il avait des plus grosses joues que d’habitude. Cela me fit sourire, ma main se posa dans ses cheveux et je m’amusais à jouer avec. Cependant, je ne voulais pas le réveiller alors qu’il semblait si tranquille, je ramenais alors ma main vers moi, ne pouvant m’empêcher de caresser son visage par la même occasion. C’est alors, qu’une main attrapa mon bras, surpris, je le regardais, mais il gardait les yeux fermés.

- Si c’est un rêve, je t’interdis d’arrêter tes douces caresses. Je souriais et repris les fameuses caresses.
- Ce n’est pas un rêve Tae, je suis vraiment dans ta chambre.
- Mais oui, bien sûr… si j’ouvre les yeux, tu vas disparaitre.
- Alors ouvre-les, murmurais-je presque tendrement.

Il fit alors ce que je lui avais demandé. Il ouvrit les yeux lentement, il s’adaptait à la lumière aussi. Lorsque cela fut fait, il tourna les yeux vers moi. Je vis de la surprise dans son regard, il se pinça même pour s’assurer que je n’étais vraiment pas un rêve. J’éclatais alors de rire, cela faisait tellement longtemps. J’avais l’impression que je n’allais plus pouvoir m’arrêter. Je commençais même à en avoir mal aux côtes.

- Je ne pense pas t’avoir déjà vu aussi heureux.
- Je le suis, mais avoue que ta réaction était excellente. Et puis, pourquoi croyais-tu à un rêve ? Rêverais-tu de moi ?
- Quoi ?.... euh non… bien sûr que non. C’est juste que, tu ne répondais plus à mes messages et appels, alors je n’arrivais pas vraiment à croire que tu sois là.
- Et pourtant. Mais dis-moi, que fais-tu encore au lit en fin d’après-midi ?
- Je n’avais pas trop le moral.
- Tae, je suis vraiment désolé. Il s’était relevé en position assise, et j’avais laissé ma tête tombée sur son épaule. Tu sais, je me rends compte que depuis que tu me connais, j’ai dû plus te faire souffrir que te faire plaisir.
- Pas tellement…
- Tu n’as pas à me mentir pour que je me sente moins coupable. Il retira ma casquette et la posa près de son oreiller. Une fois fais, il mit sa main dans mes cheveux. Je croyais que c’était moi qui étais venu pour te remonter le moral.
- Oui, mais tu es mon malade. Je dois d’abord m’occuper de toi, avant de penser à moi. Il avait dit ça avec un sérieux, que je ne pus m’empêcher de rire une fois de plus. Mais comment es-tu rentré ? Mes parents ne sont pas là, et même s’ils te connaissent, les employés ne laissent personne entrer d’habitude.
- Disons que j’ai une bonne étoile qui fait que tout ce que je veux, se fasse.
- Ta bonne étoile, elle serait pas grande, mince, brune et très intelligente.
- Si, je vois que tu la connais aussi.
- C’est une vieille amie, mais elle peut être très lourde parfois.
- Je pense que s’il nous entendait, il se vengerait surement.

Il sourit et je fis de même. Il se laissa de nouveau tomber sur son lit, et je fis de même, étant donné qu’il m’avait entrainé avec lui. Sa main était toujours dans mes cheveux, et à l’instant, j’avais vraiment l’impression d’être à ma place. D’être là où je devais être depuis un moment maintenant. Je n’arrivais pas à faire partir le sourire que j’avais. On était simplement allongé sur son lit, je l’écrasais presque de tout mon poids, nos jambes étaient enlacées et sa main dans mes cheveux me procuraient de douces caresses. Mes mains, elles, tenaient sa main de libre, je jouais avec, comme un doudou. On était de nouveau dans une petite bulle, rien qu’à nous.

- Jimin, pourquoi es-tu venu ? Tu sais après la dernière fois, je croyais vraiment que j’avais réussi à te faire fuir.
- J’avais besoin de réfléchir. Tae, je sais que tu m’aimes et cela ne me fait pas peur. Pourquoi le serais-je ? Tu m’as demandé pourquoi je ne pouvais pas t’aimer comme toi tu m’aimes. Je ne connais pas encore la réponse.
- Mais, j’imagine que si tu es venu, c’est parce que tu as pris une décision importante.
- J’aimerais que l’on essaye. J’aimerais voir ce que cela fait d’être à tes côtés. Mais, je te préviens, je ne suis vraiment pas sûr de mes sentiments. J’ai toujours peur de me tromper et de mélanger amour et amitié. J’ai vraiment besoin de toi, tu le sais. Alors, cette peur ne part pas, mais je veux vraiment essayer.
- Tu veux dire … Il avait bougé, il se retrouvait au-dessus de moi cette fois, ses bras placés de chaque côté de ma tête. Tu es en train de me dire, que tu es d’accord pour que l’on sorte ensemble ? J’hochais simplement la tête, et je vis un immense sourire se formait sur ses lèvres. Oh… Jimin… je ne sais plus quoi dire.

Je souriais, tout comme lui, je voyais l’émotion dans ses yeux. Ils luisaient de larmes contenues. Mes bras, qui pour le moment, étaient placés le long de mon corps, remontèrent pour se retrouver autour de son cou. Je lui souriais toujours, lui ne semblait pas vraiment croire ce qui se passait. Une de mes mains se déplaça pour se retrouver sur sa tête. Tête sur laquelle j’effectuais une légère pression pour la faire descendre vers la mienne. Nos yeux ne se lâchaient pas, et lorsque ces lèvres se posèrent sur les miennes. Le baiser contrastait étonnamment avec le dernier que l’on avait eu. L’autre était aussi brutal que celui-ci était doux et rempli d’amour. D’un coup de bassin, j’inversais nos positions, j’étais, cette fois-ci, placé au-dessus. Je maintenais ses mains au-dessus de sa tête. On ne pouvait pas le cacher, on était tous les deux désireux de finir ce que l’on avait commencé chez moi. Mais on allait y aller doucement. Je descendais ma tête dans son cou, ma marque avait presque disparu, j’entrepris alors de la faire revivre, j’entendais parfaitement ses soupirs et cela ne faisait qu’augmenter les sensations que je ressentais. Ma tâche finit, je quittais son cou pour remonter vers son visage. Je ne faisais que lui donner de légers baisers papillons sur les lèvres, je le sentais se débattre pour se libérer. Taehyeong ne semblait pas être quelqu’un de très patient, et il semblait surtout avoir envie de poser ses mains sur moi. Il savait que son toucher me rendait totalement dépendant de lui, et que j’aimais ça. Je finis par lâcher ses mains, L’une d’elles élue domicile sur mon dos, tandis que l’autre se posait dans mes cheveux. Je souris lorsque mes lèvres rencontrèrent les siennes. Je mordais là où je le pouvais, j’aspirais ses lèvres, je voulais le faire languir. Il finit par entrouvrir les lèvres, et j’en profitais une fois de plus pour y faire entrer ma langue. Des frissons se dispersaient partout dans mon corps. Le baiser n’avait rien de sauvage, bien qu’on se bagarrait toujours autant pour avoir le dessus. J’étais bien trop fort pour qu’il puisse gagner face à moi. Sa main était passée sous mon T-shirt, ses doigts touchaient chaque parcelle de peau qu’il le pouvait. Cela ne semblait pas tellement lui suffire, en moins de mots qu’il n’en faut pour le dire, il avait retiré mon T-shirt. Ses deux mains passaient sur mon torse, mes abdos. Le baiser avait été rompu, je le regardais faire. Il avait la tête d’un enfant à qui on venait d’offrir un jouet. Moment d’inattention de ma part, je me retrouvais sur le dos, et lui avec son regard victorieux au-dessus de moi. Il déposa chastement ses lèvres sur les miennes, avant de descendre dans mon cou. Il s’amusait avec ma peau, il me faisait subir le même supplice que je lui avais fait quelques minutes avant. Je ne pouvais contenir les soupirs de plaisir. Ma respiration s’accélérait de plus en plus. Il finit par lâcher mon coup, et s’évertua à s’amuser cette fois-ci avec mon torse. J’avais l’impression qu’il était partout, avec sa bouche, ses mains. Il s’amusait avec mes boutons de chair, je sentais sa langue, ses lèvres. Je ne savais plus où donner de la tête, il me rendait fou, tout simplement. Tandis qu’il continuait son exploration, mes mains ne quittaient pas ses cheveux. Et puis, alors que je me laissais faire, cette pensée me vient. Est-ce que ce que l’on faisait été bien ? On était censé y aller doucement. Et là, on était en train de sauter plusieurs étapes. Je le forçais alors à relever la tête.

- Tae… je… tu es sûr qu’on fait quelque chose de bien ? Je n’arrivais pas à me calmer, mais il fallait que je lui demande. On fait le bon choix ?
- Ne t’inquiète pas Jiminnie. Si tu ne veux pas, on ne le fera pas.
- Ce n’est pas ça … enfin, je ne sais pas.
- Ne réfléchis à rien.

Il déposa ses lèvres de nouveau sur les miennes, il avait raison, de toute manière, je réfléchissais trop. Notre baiser s’intensifiait, un filet de bave s’échapper de mes lèvres, très glamour. Mes mains avaient élu domicile sous son T-shirt, je m’amusais à pincer, jouer avec ses tétons. Je finis par enlever ce vêtement qui décidément était de trop. Au moins maintenant, nous étions à égalité. Tandis que je m’amusais avec son torse, lui laissait sa main descendre le long de mon corps. Et plus elle descendait, et plus je soupirais. Un petit gémissement m’échappa lorsqu’il posa sa main sur la bosse qui déformait mon pantalon. Il s’amusait à faire de légères pressions dessus. Je n’étais plus que gémissement sous ses doigts. Mon bassin bougeait de lui-même, j’avais envie de plus, de tellement plus, je voulais qu’il me touche, qu’il guérisse mon corps. Je m’accrochais à lui, soupirais dans son oreille, augmentant son désir à lui aussi.

- Tae… s’il te plait.

Il souriait, il aimait me voir soumis. Qui aurait cru que sous cette allure fragile, se cachait un vrai démon. Un démon qui m’avait à sa merci. Je repris ses lèvres à nouveau, il consentit à déboutonner le bouton de mon jean. Il s’éloigna alors de moi pour l’enlever. Je me relevais en position assise, et mes mains se posèrent d’elles-mêmes sur le short qu’il portait. Je tirais brusquement dessus pour qu’il l’enlève. Je le regardais, il était bien mieux foutu que ce que je pouvais l’imaginer. Il se laissa glisser jusqu’à moi, reprit mes lèvres et me força à m’allonger. Ses mains s’étaient posées bien plus bas, et même à travers le tissu, je ne pouvais ignorer les sensations qu’il me procurait à malaxer la bosse dans mon boxer. Je n’en pouvais plus, j’allais étouffer, j’étais serré, il fit alors disparaitre la dernière barrière de tissu. Il prit mon membre dans ses mains, effectuait de lent va et viens. Ma respiration était plus que saccadé, j’en voulais plus, tellement plus. Ma tête se nicha dans son cou, j’essayais d’étouffer mes gémissements. Je mordais sa peau, laissant la marque de mes dents.

- Arrête…arrête de jouer. Vas-y.
- Tu es bien pressé.
- Tae…j’en veux plus, je veux être entièrement à toi.

Il me souriait, pour ne pas changer, je n’arrivais plus à réfléchir calmement. Son toucher ne faisait que m’exciter un peu plus. Comment cela pouvait-il être possible. Était-ce lui qui avait cette capacité ou bien étais-ce moi qui était trop sensible à lui ? Je préférais mettre de côté ses questions, je le vis tendre le bras vers un de ses tiroirs pour en retirer un tube de lubrifiant. Au regard qu’il me lança, je savais qu’il voulait savoir si j’étais vraiment sûr de moi. Je ne fis que resserrer mes jambes autour de lui, mes mains toujours dans ses cheveux. Il me relevait les jambes, et prit son membre en main. Je ne m’étais même pas rendu compte qu’il était aussi nu que moi. Il me pénétra alors, la douleur était insupportable, j’avais mal. C’était la première fois depuis l’agression. J’étais en train de mourir, les larmes coulaient, il le vit et voulu se retirer. Mais je le suppliais de continuer. Il entra entièrement, et attendit que je m’habitue, que je me calme. Il essuyait mes larmes, me regardait avec amour. J’avais besoin de cela, pour passer à autre chose, il le fallait. Il était le seul qui réussirait à me faire oublier la douleur que j’avais ressenti. Lorsque je fus prêt, je donnais simplement un coup de bassin, pour qu’il commence à se mouvoir en moi. J’attirais sa tête vers la mienne, j’avais besoin de sentir ses lèvres sur les miennes. J’étais décidément accro à sa bouche. Il finit par toucher un point sensible, je lâchais sa bouche et basculais la tête en arrière. Il n’y avait plus rien d’autre que des gémissements qui sortaient de ma bouche. J’essayais de me retenir, je me mordais la lèvre jusqu’au sang. Il me murmura à l’oreille qu’il voulait entendre ma voix, que je ne devais pas me retenir. Je l’écoutais, je n’avais plus aucun contrôle après tout. Il me demanda de me retourner, j’étais à quatre pattes sur le lit. Il reprit place, il accélérait son rythme, faisant de même sur mon membre qu’il avait en main. Je n’en pouvais plus, j’étais sur le point de succomber. Sa tête se nicha dans mon cou, il mordait ma peau, me faisant gémir un peu plus. Mes gémissements étaient de plus en plus forts, ma respiration de plus en plus haletante. Je ne pus tenir plus et me répandis sur ses draps, il vint quelque secondes plus tard en moi. Ses dents toujours dans mon cou, mordirent plus fort, m’arrachant un dernier gémissement. Il se retira, je me retournais alors et il se laissa tomber sur moi. Sa tête tout contre la mienne. Je me mis sur le côté, il fit de même, on se regardait en essayant de retrouver un rythme cardiaque normal. Il souriait, il s’approcha et m’embrassa tendrement.

- Je t’aime, je t’aime … il continua à me dire ces « je t’aime », en déposant de nombreux baisers sur mon visage.

Je voulais lui répondre, lui dire que moi aussi. Mais je ne pouvais pas, les mots ne sortaient pas. La peur était toujours présente. Je me rapprochais alors de lui, je voulais sentir ses bras autour de moi. Le câlin finit, je me relevais, fallait qu’on prenne une douche tout de même. On alla donc prendre notre douche, on s’amusait, s’embrassait, mais finit par en ressortir tout propre. On entra de nouveau dans la chambre, je remis mes vêtements, il prit les draps pour les faire laver tout de suite. J’étais debout devant la fenêtre. Appuyé sur la barre devant la fenêtre. Il arriva derrière moi, m’entourant de ses bras et posant sa tête sur mon épaule.

- Dis, il y a une question que je me posais.
- Laquelle ?
- La chaine que Yoongi t’as offerte, elle a une signification particulière ?
- Le Y et J enlacé, c’est une preuve de l’amitié que l’on a l’un pour l’autre. Yoongi était mon meilleur ami, mon frère, mon confident. Je pouvais tout faire avec lui.
- Pourquoi était ?
- On s’est disputé, je crois que tout est fini maintenant.
- Tu tiens toujours à lui, n’est-ce pas ? Pourquoi ne pas lui pardonner et aller le voir ?
- Parce que je n’ai jamais aimé faire le premier pas.
- J’ai cru voir ça. Il me retourna pour que je lui fasse face. Eh bien, si tu ne caches pas ton cou, à part dire qu’un vampire t’a sauvagement attaqué, je ne vois pas comment tu pourras expliquer la morsure et la marque que tu as dans le cou.
- T’aurais pu éviter quand même, dis-je en boudant et en le frappant légèrement. Je me rapprochais de lui, laissant ma tête se poser sur son épaule à mon tour. Merci pour tout Tae, je n’en serais pas là sans toi. Tu me rends vivant.
- Je sais, je sais, je suis ton ange gardien.

Je souriais, oui, il était mon ange gardien. Il l’a toujours été. On se décala alors, et en voyant tous les coussins sur le sol, une idée me vint en tête. Je me détachais de lui, et allais vers l’un d’eux. Je le lançais alors sur Taehyeong qui ne s’y attendait pas vraiment. Débuta alors une bataille, bataille qui se finit sur le sol par une séance de torture. Torture par chatouille. Essoufflé, je le regardais se relever, je mis ensuite ma tête sur ses jambes. Je me sentais mal. Demain, il partirait avec les autres pour préparer la fête. Moi, je ne comptais pas y aller. Mais après aujourd’hui, je me sentais mal. Mal de partir sans rien lui dire. Levant les yeux, je vis qu’il semblait ailleurs, sa main triturait mes cheveux, mais il était perdu dans ses pensées. Je devais lui dire, je ne veux pas qu’il le prenne mal, en se rendant compte que j’avais forcé Jungkook à mentir pour moi.

- Tae… j’aimerais te dire quelque chose.
- Hum … il baissa la tête vers moi.
- Je…. Comment dire … je ne viens pas fêter le nouvel an avec vous. Sa réaction fut exactement ce à quoi je m’attendais. Je me relevais, toujours en étant face à lui et lui pris les mains.
- Pourquoi ? Tu ne veux pas qu’on nous voit ensemble ? Tu as peur de leur réaction.
- Ce n’est pas ça. J’ai pris ma décision, bien avant de venir te voir. Je ne peux simplement pas y aller. Pas à cause de toi, mais à cause de …
- C’est à cause de Yoongi ? C’est par rapport à la lettre ?
- Oui, avouais-je dans un murmure.
- Jimin, si tu n’y vas pas, je n’irai pas non plus.
- Non, s’il te plait, vas-y pour Jungkook. Pour moi. Je… écoute, au départ, je ne voulais que personne ne soit au courant. J’ai demandé à Jungkook de m’inventer un mensonge. Mais je me sens mal depuis tout à l’heure, je ne veux pas que tu partes sans savoir que je ne viendrais pas. Je ne veux pas te faire souffrir, je ne veux pas te mentir à toi.
- Jimin …
- S’il te plait, accepte d’y aller. N’essaye pas non plus de me faire changer d’avis. D’accord ?
- Hum… je n’ai pas le choix, tu es quelqu’un de très têtu après tout. Mais tu acceptes de rester avec moi ce soir ?
- Avec plaisir.

Je me levais et il fit de même. Ses parents venaient d’arriver et il voulait me plaisanter. Je fus heureux de les rencontrer, j’appris même qu’ils connaissaient déjà ma mère et monsieur Ming. On discuta un moment avant de prendre le repas tous ensembles. Le dessert englouti, on remonta dans sa chambre, il se positionna sur son lit. Moi, j’allumais la télévision et sélectionnais un film à regarder. Lorsque se fut fait, je revins vers lui. Je me plaçais entre ses jambes, ses mains se refermèrent automatiquement autour de moi. Comme s’il avait peur que je m’enfuis. Le film débuta, je regardais tranquillement, mais lorsqu’il commença à caresser mes bras et mon ventre, je sentis le sommeil me gagnait. Je m’endormis dans ses bras, une place qui m’allait à ravir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinnie
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Lun 24 Fév - 19:26

The life is always complicated


Résolution






Le lendemain matin, en me réveillant, je fus étonné de voir que Taehyeong n’était plus à côté de moi. La place était pourtant encore chaude, alors il devait s’être levé, il y a peu de temps. Je me mis en position assise, ignorant la petite douleur que je ressentais, et m’étirais de tout mon long. Je laissais mes bras tombés mollement, je fus étonné de voir que j’étais en boxer, j’avais pourtant gardé mes vêtements hier soir. Jetant un œil sur le sol, je vis une valise ouverte. Toute à mes questions, je ne vis pas Taehyeong s’approchait de moi. Il posait un baiser sur ses lèvres, avant de s’asseoir en face de moi. Il avait rapporté un plateau, contenant un petit-déjeuner pour deux, avec lui.

- Petit-déjeuner au lit ? Tu es décidément trop gentil avec moi.
- Je suis un grand romantique.
- Ça, je le savais depuis un moment maintenant.
- Jimin, tu es sûr que tu ne veux pas venir ? Je l’attirais à moi, au-dessus du plateau repas, et l’embrassais tendrement.
- Oui, j’en suis sûr. Sinon, vous partez à quelle heure ?
- Juste après le déjeuner, on rejoint Sunghee et Yoongi chez eux.
- Je vais devoir partir avant. Jungkook a promis de venir me voir chez moi, et puis, je ne veux pas les croiser si je dois mentir sur ma santé.
- On a qu’à finir le petit-déjeuner, tu vas prendre une douche et on y va.

On fit donc comme il l’avait dit, une fois de plus, je dus remettre mes vêtements de la veille. Promis, une fois chez moi, je changerais de vêtements. On quitta la maison de Tae, on marchait main dans la main, je ne pouvais m’empêcher de sourire. Oui, comme une vulgaire fille qui sortait avec son amour. J’avais l’air profondément ridicule, mais avec la personne à côté de moi, comment réagir différemment. On arriva chez moi, j’allais voir ma mère pour lui déposer un bisou sur la joue. Je fis de même avec monsieur Ming qui fut surpris de mon geste. Taehyeong les salua et on monta ensuite dans ma chambre. Il prit place sur mon lit, tandis que je fouillais dans mon armoire pour trouver de quoi mettre. La seule chose que je n’aurais pas à changer, c’est le boxer que Tae m’avait prêté. Je me déshabillais donc devant lui, et remis mes vêtements. Quand je me retournais vers lui, ses yeux étaient fixés sur moi. Je souriais, le désir que je pouvais y lire, ne trompait personne pour ce qu’il pouvait y avoir dans sa tête à l’instant. Il se leva et s’approcha de moi. J’aurais pu fuir, mais je ne le fis pas. Il me coinça contre l’armoire. À cet instant, j’étais une proie prit au piège par son chasseur.

- Dis-moi Tae, tu ne penses vraiment qu’à ça, ou je me fais des films ?
- Dis-moi Jimin, tu fais exprès de te faire désirer ou je me l’imagine ?
- Qui sait.
- Et puis, c’est pas ma faute si ton corps, enfin si tout de toi m’attire.
- Vraiment… alors tu attends quoi.

Il me fit son petit sourire en coin, oui, il aimait quand j’agissais de cette manière avec lui. Il m’embrassa, je le laissais faire. Il se colla un peu plus à moi, l’une de ses jambes passa entre les miennes. Mes mains avaient automatiquement pris place dans ses cheveux. Décidément, nos baisers avaient trop tendance à devenir très chaud, fallait savoir calmer un peu le jeu. Je sentais déjà mon excitation grandir dans mon boxer et de son côté, c’était exactement la même chose. Des coups à ma porte le firent soupirer de frustration, moi, j’éclatais de rire et me rendis vers ladite porte. Une employée était venue me prévenir, qu’un ami attendait à l’entrée. Je lui demandais alors de le faire entrer et de lui dire de nous rejoindre dans la chambre. Je me tournais alors pour poser les yeux sur Taehyeong qui n’avait toujours pas bougé de sa place. Je m’avançais vers lui, lui pinçant les joues.

- Boude pas, et puis, je te l’ai dit, faut pas penser qu’à ça.
- Bien sûr, tu joues à l’allumeur, je tombe dans le piège, et le pire, c’est que tu savais que Jungkook allait arriver.
- C’est vrai, mais j’ai vraiment rien fait pour réveiller ton désir. Aller boude pas.

Je m’avançais alors vers lui, mes bras passèrent autour de son cou et mes lèvres se posèrent sur les miennes. J’entrouvris la bouche, sa langue vint à la rencontre de la mienne. C’était un baiser pour m’excuser. Je me décollais finalement de lui et allais préparer les couffins sur le sol. Jungkook entra à ce moment-là, il fut un peu surpris de voir Taehyeong. Il me regarda, je lui souriais simplement, en me laissa tomber sur l’un des couffins. Taehyeong s’avança à son tour, mais au lieu de prendre place sur l’un des trois, il se laissa glisser entre mes jambes. Sa tête appuyée contre mon torse, je posais mes mains sur ses bras. Jungkook souriait en voyant la scène, il se laissa tomber en face de nous.

- Et bien, c’est officiel maintenant ?
- Hum…
- Tae, pour quelqu’un qui doit être le plus heureux du monde, tu sembles bien contrarié.
- Il boude un peu, faut pas lui en vouloir.
- Ah ? Jungkook chercha à comprendre, ses yeux détaillés le visage de Tae, puis descendit pour l’inspecter entièrement. Me rendant compte que la bosse dans le pantalon de mon cher et tendre était toujours aussi visible, je fermais ses jambes à l’aide des miennes. Oh … je vois. Je vous ai dérangé ?
- Mais non
- Si. On avait répondu en même temps, je roulais des yeux.
- L’écoute pas Jungkook. C’est juste que l’on ne va pas se voir pendant une semaine, et après on a les cours préparatoires. Du coup, il voulait profiter d’aujourd’hui.
- Fallait me le dire, je peux vous laisser. Dit-il en faisant un clin d’œil à Taehyeong.
- Mais non.
- Bon, on doit partir à 13 heures. Il est 10 heures, alors je peux rester encore une heure. Après vous aurez le temps de vous dire au revoir.
- Ça te va comme ça, Monsieur je boude pour rien ?
- Hum …. Je pinçais une nouvelle fois ses joues avant de poser ma main dans ses cheveux.
- Mais attends, tu as dit à Tae que tu ne venais pas ? J’acquiesçais. Et il a rien dit. J’haussais la tête de nouveau. Sérieusement?
- Bon, je suis quand même là, tu pourrais me poser directement la question.
- Je te savais pas aussi susceptible lorsque t’étais en manque. Enfin, je suis étonné que tu acceptes de partir sans lui.
- Je lui ai fait promettre.
- Il t’a fait le même coup qu’à moi. Bienvenue au club.
- Yoongi avait raison, on ne peut rien lui refuser.

Prenant un petit coussin qui trainait à côté de moi, je le lançais à Jungkook qui était mort de rire, et je donnais une petite claque à Taehyeong. C’était à mon tour de bouder. Enfin, on parla de tout et de rien. Sunghee appela Jungkook, celui-ci semblait très heureux d’y répondre, ce qui n’échappa pas à mon regard. Elle voulait savoir si personne n’avait oublié l’heure de rendez-vous. Jungkook la rassura, et lui dit qu’il allait me voir à l’instant. Je savais qu’il se sentait mal de devoir mentir, je me sentais moi-même très mal. Taehyeong vint me chuchoter à l’oreille que j’avais encore le choix, que je pouvais revenir sur mes paroles et les accompagnais. Je ne fis que soupirer tristement. Je ne voulais pas, ou plutôt je ne pouvais pas. J’étais quelqu’un de trop compliqué après tout.
Enfin, après cet appel, ce fut Jin qui essaya de me joindre. Je ne voulais pas répondre alors je laissais l’appel se terminé. Taehyeong prit mes mains pour me soutenir. On continua à parler avec les garçons, on discutait de ce qu’on allait bien pouvoir faire dans ces cours préparatoires, et finalement une heure passait très vite. Jungkook se leva alors, je lui aurais presque supplié de ne pas partir encore. Pas que me retrouver seul avec Taehyeong me gênais, mais j’avais surtout peur de ne pas pouvoir le laisser s’en aller. Jungkook me fit un câlin et me demanda de toute de même lui donner des nouvelles. Et il insista sur le fait, que si Tae devait arriver en retard, il le tuera lui-même. Je souriais, je voulais l’accompagner jusqu’à la sortie, mais il refusa gentiment. Je me retournais alors. Taehyeong s’était un peu mieux positionné sur le couffin, moi je fermais la porte.

- Dis-moi Tae, hier ne t’a pas suffi ?
- Non. Ça avait au moins le mérite d’être clair.
- Je n’aurais jamais cru que tu pouvais être aussi vite en manque.
- C’est pas ça. Je veux juste profiter au maximum de mon temps avec toi. Je ne vais plus pouvoir te toucher avant un très long moment. Il accentua sur le « très », ce qui eut le don de me faire rire une fois de plus.
- Tu restes décidément un vrai gamin. Que va-t-il se passer si je ne te donne pas ce que tu veux ?
- Tu n’oserais pas ?
- Et bien… je ne sais pas… Tu vois, je n’en ai pas tellement envi.
- Bien sûr, et la bosse que je sentais tout à l’heure, c’était mon imagination peut-être. Lamentablement grillé. Je lui tirais la langue et finis par m’avancer vers lui.

Il boudait, c’était vraiment trop mignon. Je serais même tenter de le prendre en photo, mais je devais avouer que ce serait pousser le bouchon un peu trop loin. Il m’en voudra vraiment cette fois. Je me posai alors sur ses jambes, mes bras passant autour de son cou, un vrai automatisme, les siennes prenant place dans mon dos.

- Tu sais que si tu as le malheur d’arriver en retard, Jungkook va te tuer ?
- On va pas prendre des heures non plus.
- Très classe.

Je tirais une nouvelle fois la langue, mais peut-être aurais-je dû éviter de le faire. Il en profita pour l’attraper entre ses lèvres. Je me rapprochais alors au maximum de ses lèvres pour un baiser plus chavirant. Il s’amusait à mordre mes lèvres. S’éloignant pour qu’on respire un peu avant de reprendre mes lèvres. Ses mains déjà bien activent, entreprirent d’enlever mon T-shirt. Je souriais, mais son air sérieux et le désir que je voyais dans ses yeux, me coupa le souffle. Il reprit mes lèvres pour un baiser, qui m’aurait bien tué, si je ne savais pas un minimum gardé la tête froide. Sa tête vint ensuite se nicher dans mon cou.

- Tae… hum… j’aurais vraiment préféré parler… on aura tout le temps pour ça plus tard …
- Veux pas. J’attends depuis tellement longtemps.

Je roulais une nouvelle fois des yeux, mais ses lèvres s’amusant avec la peau de mon cou, suffit à me ramener sur ce qui se passait dans ma chambre. Quelques gouttes d’eau coulaient déjà le long de mon dos, je n’avais jamais remarqué qu’il faisait aussi chaud dans ma chambre. Enfin. En attendant, je profitais de la situation, il fallait aussi que je m’occupe de lui. Je le repoussais, il me regarda surpris. J’enlevais à mon tour son T-shirt et tira sur son short. Les deux vêtements atterrissant un peu plus loin dans la pièce. Je le tirais un peu plus vers moi, histoire qu’il se retrouve presqu’allongé. Je m’allongeais alors sur lui, commençant par son cou. Je mordillais, léchais, aspirais la peau, pour parfaire une fois de plus la marque de son appartenance à ma personne. Je descendais très lentement, laisser ma langue traçait une ligne humide sur sa peau. Je m’arrêtais sur un bouton de chair. Jouant avec, lui tirant des soupirs d’aise et de plaisir. Je me déplaçais, faisant subir la même chose au second. Ses mains étaient placées sur ma tête, et semblaient vouloir approfondir le toucher. Je remontais finalement, prenant sa bouche une nouvelle fois, pour un baiser à lui couper le souffle. Quelque chose me dérangeait cependant.

- Tae… je meurs de faim.
- Tu plaisante, j’espère ? T’as déjà manger ce matin.
- Non, tu n’entends peut-être pas, mais mon ventre, il crie de famine là. J’arrive pas à me concentrer.
- T’es un vrai tue l’amour Jimin.
- Oui, mais c’est pour ça que tu m’aimes.
- Bon ben descends te faire quelque chose, je vais emprunter ta salle de bains.
- Désolé… bon la situation était vraiment comique, je lui fis mon regard d’excuse. Déposant mes lèvres sur les siennes avec de me relever.

Je repris mon T-shirt, et descendit pour me préparer quelque chose à manger, à moi et à Tae. L’heure du déjeuner n’était pas encore arrivée, mais je mourrais de faim. Je pris pas mal de chose dans le frigo, je sortis de la cuisine avec un plateau bien chargé. J’avais pris aussi les boissons, histoires d’avoir de quoi nous hydrater. Je remontais alors les escaliers le plus doucement possible, ma mère et monsieur Ming, ne semblait ne pas être là. Bizarre. Enfin, n’y prêtant pas plus attention, je continuais mon ascension et arrivé près de la porte, je tapais du pied pour que Tae vienne m’ouvrir. Il le fit, et en voyant sa tête, je sus immédiatement qu’il boudait, encore une fois. Je déposais le plateau au centre de pièce et en me retournant, je vis qu’il n’avait pas bougé. Il était resté dans un coin près de la porte. J’avoue que je lui avais joué un mauvais coup, mais c’est pas ma faute. Je quittais alors le plateau pour me rapprocher de lui, muni de mon sourire le plus convainquant et de mes petits yeux d’enfant.

- Tae, tu boude ?
- …
- Regarde-moi, s’il te plait. Il consentit à lever son regard vers moi. Viens manger avec moi.
- Pas faim.
- Fais pas l’enfant.
- Je fais ce que je veux, je veux pas manger. Il croisa ses bras sur son torse. Je posais mes mains dessus.
- Tae, si tu viens manger, je ferais tout ce que tu veux avant que tu ne partes. Un éclair étrange passa dans ses yeux.
- C’est encore un plan foireux ?
- Bien sûr que non. Je me rapprochais alors pour poser mes lèvres sur les siennes. Je reculais pour aller satisfaire ma faim, mais sa main dans mes cheveux m’en empêchait. Il avait besoin de plus alors je me laissais faire. Je lui souris une dernière fois avant de m’éloigner et de m’asseoir devant mon plateau repas. Bon appétit.

Il me fit un grand sourire, et prit place à côté de moi. Je n’aurais peut-être pas dû lui proposer cette idée pour le forcer à venir. Le sourire qu’il gardait, ne me disait décidément rien qui vaille. Il arrivait à me faire peur cet imbécile. Regardant distraitement l’heure, 11h45, je pris le plus de temps possible pour manger. Moi, qui engloutis tout d’habitude, au bout d’une demi-heure, il restait encore pas mal de chose dans les plats devant nous. Je faisais exprès de parler avec lui, de perdre du temps, d’envoyer des messages à Jungkook. Mais je n’étais pas bête, je savais très bien qu’il avait compris mon petit manège. Il prit d’ailleurs le plateau pour le pousser un peu plus loin.

- Jimin, arrête de jouer maintenant. Tu m’as promis.

Je me relevais alors, et m’éloignais de lui, je me positionnais derrière mon lit. Il se mit face à moi. Il sauta dessus, j’eux à peine le temps de le contourner et de sortir de la chambre courant me réfugier dans une pièce. Je n’y avais jamais mis les pieds. Je me trouvais bête à cet instant. On était décidément de vrai gamin. Je n’entendais aucun son, ni aucun pas. J’osais alors sortir ma tête par l’entrebâillement de la porte. Aucun Taehyeong aux alentours. Je sortis et m’approchais de ma chambre en faisant le moins de bruit possible. J’entrais à l’intérieur et fut étonné de ne voir personne. Je m’avançais alors vers mon lit, mais il n’était pas là non plus. Serait-il parti sans me le dire ? Je me retournais alors et c’est là que je le vis à travers le miroir de la penderie. Il sortait sous le lit, et essayait de monter sur celui-ci pour me tirer. Je fis comme-ci je n’avais rien vu, et éclatais de rire lorsqu’il me fit basculer en arrière.

- Je t’ai enfin attrapé.
- Je suis tout à toi alors.
- À ton tour de passer à la casserole.

Il ne se fit pas prier pour se mettre à califourchon sur moi. Il mit alors tout son coeur à me faire crier, me faire soupirer, me faire gémir sous ses doigts experts. Et au final, il se retrouva presqu’endormi à côté de moi, et je souriais comme un imbécile. J’osais à un moment un regard sur l’horloge et écarquillais les yeux. Il y en a un qui allait se faire étriper.

- Tae, je veux pas te faire peur, ni quoique ce soit, mais il te reste 10 minutes pour te rendre chez Sunghee. Et t’en as pour au moins, 15 minutes. Il se releva alors brusquement.
- Zut, je vais me faire tuer.

Je le regardais se rhabiller le plus rapidement possible, essayant de remettre ses cheveux bien comme il le faut. Il me vola un dernier baiser, j’éclatais de rire tandis qu’il partait en courant.

----------

- S’il arrive pas dans les secondes qui arrivent, je vais le tuer.
- Jungkook, tu ne pourras jamais faire du mal à Taehyeong. Enfin, c’est pas grand-chose et puis Jimin aussi est manquant. Taehyeong arriva justement à ce moment-là.
- Désolé du retard. J’ai eu un petit contretemps.
- Mouais… Taehyeong prit alors Jungkook dans ses bras pour se faire pardonner.
- Manque plus que Jimin.
- Euh… il ne viendra pas.
- Comment ça ? demanda alors Yoongi, cette fois-ci.
- Je viens de le voir, il ne se sent vraiment pas trop bien et sa mère préfère le garder avec elle.
- On peut reporter alors, proposa Hoseok.
- Non, il m’a dit qu’il se sentirait mal. Alors, on doit s’amuser et penser à lui.
- Mais…
- Allez, on va y aller alors.
- Mais, on pourrait peut-être aller le voir ?
- NON, Jungkook et Taehyeong avait parlé en même temps. Ce fut le petit-ami de celui-ci qui continua. Allons-y, on l’appellera là-bas. Il ne veut pas qu’on fasse du tort à Jin et Namjun à cause de lui.
- Et bien allons-y alors, dit tristement Sunghee, en ouvrant la porte du minibus.

Les garçons commencèrent donc à entrer, Jungkook arrêta Sunghee pour lui demander à l’oreille si elle avait ramené la lettre. Il reçut un sourire et la laissa monter, avant de monter à son tour et de s’asseoir avec Taehyeong. Un silence plutôt lourd pesait dans la voiture, tous sachant que Jimin n’était surement pas malade. Le trajet commença alors, même Jungkook qui avait plutôt l’habitude de détendre l’atmosphère, n’en ressentait pas l’envie. Et surtout, lui, Taehyeong et Sunghee voulaient savoir ce que cachait cette lettre. Lorsqu’ils furent arrivés à moitié du trajet, Sunghee décida qu’elle pouvait remettre la lettre de Jimin à Yoongi.

- Yoongi ?
- Hum … Elle lui tendit alors la lettre, tandis que son frère la regardait interrogatif. Une lettre ?
- Oui … de la part de Jimin. Il m’a dit que je devais te la donner aujourd’hui.

Yoongi prit alors la lettre, tout en tremblant. Il se décolla de Hoseok et ouvrit l’enveloppe pour en sortir une feuille, bien remplie et une chaine en argent à l’intérieur. Au départ de sa lecture, c’est un sourire qu’il avait aux lèvres, mais ce sourire partit rapidement, remplacé par un air triste. Puis, les larmes finirent par couler sur ses joues. Taehyeong demanda s’il pouvait avoir la lettre, et il entreprit de la lire avec Jungkook.

« Mon cher Yoongi, je sais, je commence cette lettre différemment à d’habitude. Mais je ne sais pas tellement comment faire. On se connait depuis tellement de temps maintenant. Tu étais un solitaire et moi, un vrai petit boute-en-train. Je suis venu vers toi et je n’ai jamais eu à le regretter. Tu es devenu mon meilleur ami, mon confident, mon copain de coup tordu, ma famille. Tu étais tout mon monde. On a grandi ensemble. On a fait la connaissance de Jin et Namjun. Grâce à toi, cette famille qu’était la nôtre, a pu s’agrandir. Car têtu comme j’étais, je ne voulais même pas apprendre à les connaitre. Tu as su me rendre meilleur au fond, et tu me connaissais mieux que quiconque. Moi, je me demande, si au final, je te connaissais aussi bien que cela ?
On a dû se séparer très récemment, à cause de mon déménagement. Ça n’a pas été simple, mais si j’ai tenu, c’est parce que tu étais toujours là. Ta voix suffisait à me rassurer. Tu ne dois pas le savoir, mais j’étais amoureux de toi, il y a un moment maintenant. Même s’il reste un lien très fort entre nous. Ma mère avait su le déceler, bien avant que moi, je ne m’en rende compte. Mais, je ne voulais pas gâcher notre amitié, elle valait plus la peine que des sentiments. Et puis, j’ai fait la connaissance de ton nouveau voisin de table. Je croyais que c’était le bon, mais il m’a fait souffrir, il m’a abandonné pour un autre. Déception. Sais-tu ce que l’on peut ressentir dans ces cas-là ?
Enfin, après mon déménagement, tu savais que je le vivais mal. Et avec mon agression, ce n’était pas pour arranger les choses. Mais j’avais les garçons, j’avais Hoseok et je t’avais toi. J’étais tellement heureux de te revoir, de vivre à tes côtés malgré mes problèmes. Et encore une fois, je m’étais fait avoir. J’ai appris que tu étais devenu proche d’Hoseok au point de lui révéler comment m’apprivoiser. Que c’est toi qu’il venait voir s’il avait un problème. Je trouvais ça étrange, c’est vrai, mais au final, ce n’était rien. Le pire, Yoongi, c’est que tu n’as pas réussi à me dire la vérité. Tu n’as pas réussi à me dire que tu tombais amoureux d’une personne qui m’était très proche. Mon soi-disant petit-ami. Toi, la personne qui m’était la plus proche, qui savait les peurs que j’avais et les déceptions que je ne voulais plus revivre, tu m’as menti et trahi. Au départ, je pensais que tout était de ma faute, après tout. Avec mon attaque, je ne voulais même pas qu’on m’approche ou me touche. Alors, il s’était retourné vers une valeur sûre, il était tombé sous ton charme. Comment te résister après tout ? Moi-même, je n’ai pas pu, même en croyant que tu étais un parfait hétéro. Encore un mensonge ?
J’y ai réfléchi, tellement que j’en ai eu mal à la tête. Je n’aurais jamais été capable de te le dire de vives voix. Et après une conversation avec Jin, l’idée de cette lettre m’est venue. Et tu dois te demander où je veux en venir. Je crois que j’en suis arrivé à une conclusion. Pour être en accord avec moi-même.
TU m’as trahi, Hoseok aussi. TU as continué à vivre ta vie comme-ci de rien n’était. TU venais à moi en t’excusant, tout en sachant que je ne passerais pas dessus. TU m’as traité de gamin, et au fond, je sais que j’en suis toujours un. Mais ce n’est pas moi qui étais en tort au final et tu le sais. TU ne voulais pas avouer tes fautes, parce que tu sais que je n’aurais rien dit. Comme d’habitude. Mais là, c’est différent. J’ai mal, bien plus mal que ce que je peux le montrer. Tu le sais que depuis lui, j’ai toujours du mal à montrer mes vrais sentiments. Mon cœur a souffert, parce que je pensais compter pour vous. Je pensais que si j’avais été votre véritable ami, vous auriez eu, l’intelligence, l’obligation de me révéler votre attirance mutuelle. J’aurais ouvert les yeux, j’aurais libéré Hoseok pour que tu n’aies pas à t’en vouloir. Mais aucun de vous ne l’a fait. TU as tout fait dans mon dos, tout en sachant que je ressortais d’une expérience plus que traumatisante. TU étais ma famille Yoongi, toi, tu aurais dû venir me voir pour parler. Mais encore une fois, vous avez préféré la mauvaise option. Vous m’avez brisé un peu plus que je ne l’étais. Et je veux mettre un trait sur tout ça.
Alors aujourd’hui, autant que je mets un terme à la relation que j’ai pu entretenir avec Hoseok, je mets un terme à notre amitié. En espérant simplement que mon cœur guérira de lui-même et le tien par la même occasion. Ce n’est pas un choix simple à faire, bien sûr, je t’ai pardonné ta faute. Tu n’étais pas responsable. Le cœur et ses raisons. Mais le mal était tout de même fait, et là-dessus, je ne peux rien faire. Alors je doute que les choses puissent s’arranger entre nous, alors je préfère simplement mettre un terme à tout cela. Du moins, c’est le choix que je fais pour le moment. Après tout, je ne sais pas si je peux encore avoir confiance en toi.

Jimin »


Taehyeong venait de finir la lettre, ses mains tremblaient. Il savait qu’il aurait dû aller contre les ordres de Jimin, qu’il aurait dû rester avec lui. Le choix qu’avait fait cette personne, qu’il aimait plus que tout, était extrême. Il savait que cela avait dû détruire le jeune homme, lui qui tenait tellement à Yoongi. Il avait eu tellement de preuve de cet amour qu’il lui portait. Lors de leur rencontre, lorsqu’il parlait de lui. Le jour, où il était parti acheter les cadeaux de noël, il y avait cette lueur dans ses yeux qui ne trompait pas. Et puis, le collier qu’il n’arrêtait pas de triturer de temps à autre. Mais il pouvait comprendre, son amitié devait être plus importante encore, que ce qui le liait à Jungkook et Hoseok. Il n’avait jamais vraiment cherché à voir comment Jimin avait pu vivre cet évènement. Trop occupé par sa personne, trop occupé par son problème, son amour pour ladite personne. Une personne qui souffrait en silence. Une larme s’échappa alors, tout comme pour Yoongi, elle ne pouvait rester enfermer.

- Je n’ai rien remarqué de ce qu’il avait derrière la tête, ou de ce qu’il avait pu ressentir. J’aurais dû être là pour lui. Sa tête tomba sur l’épaule de Jungkook.
- Tu l’as été Taehyeong. Tu l’as toujours été.
- C’est faux, je suis arrivé bien trop tard.
- Écoute, on l’appellera, n’y pense plus, du moins pour le moment.

--------------------------------

J’avais donc regardé Taehyeong courir et prier pour ne pas se faire tuer. Je m’étais finalement relaissé tomber sur mon lit. Tae était un malade, il m’épuisait, mais dans le bon sens du terme. Enfin, il me manquait déjà. Et oui, j’étais déjà bien trop accro à lui, à ses bras, à son rire, à ses yeux, à sa bouche… enfin tout de lui. Comment n’avais-je pas remarqué plus tôt mes sentiments ? Enfin, c’est surtout pourquoi je n’ai pas voulu les accepter avant. Enfin, m’étirant de tout mon long, je finis par sortir de ma chambre pour déposer le plateau non fini. Je rencontrais même ma mère, elle sembla surprise de me trouver là, mais la surprise passa bien rapidement quand elle vit le sourire qui ne quittait pas mon visage.

- Je suis en train de devenir folle ?
- Pas à ma connaissance maman.
- Alors, je n’imagine pas l’air qui se trouve sur ton visage ? Cela fait tellement longtemps que je ne t’ai pas vu irradier de bonheur comme cela.
- Ah … je rougissais légèrement à ses paroles.
- Je suis contente pour toi, et j’espère que le jeune Taehyeong prendra soin de toi, ou il aura à faire à moi.
- Ne t’inquiète pas, il n’en doute pas une seconde.

J’allais vers elle et lui déposais un bisou sur la joue avant de remonter dans ma chambre. Je ressentais la terriblement envie de faire une petite sieste. Cela ne me ferait aucun mal après tout. Ce fut le bruit de mon téléphone qui sonne qui me réveillait. Le pire, c’était que je n’avais pas du tout envie de me tirer du lit pour l’attraper sur le bureau. Et puis, la sonnerie s’était arrêtée, enfin avant de reprendre 5 secondes après. Je me levais donc pour le prendre.

- Tae, j’étais en train de faire un très joli rêve-là.
- Et tu rêvais de quoi ?
- Et bien, tu n’as pas à savoir. Mais dis-moi, je te manque déjà ?
- En fait …. On a lu la lettre Jimin.
- La lettre ? ….. Ah…. Cette lettre. Avec tout ça, je l’avais même oublié. J’avalais ma salive difficilement. Et ?
- Jimin… pourquoi tu ne m’as pas dit à quel point cela t’avait blessé ? Pourquoi ne t’es-tu pas énervé en les voyants ensemble comme-ci de rien n’était ? Je suis tellement désolé, je n’ai pas su voir à quel point c’était douloureux pour toi. J’étais simplement concentré sur le fait que j’avais de nouveau une chance avec toi. Toute cette histoire, nous a rapprochés et je n’ai plus fais gaffe à ce que tu ressentais.
- Tae, tu n’es pas en tort. Comment aurais-tu pu savoir ? Et puis, je ne vais pas t’en vouloir pour ça, tu n’y es pour rien, et même, tu as eu la bonne idée de me courir après. Sans ça, je ne serais jamais venu vers toi. Tu m’as permis d’ouvrir les yeux et Jungkook aussi.
- Comment ?
- Quand j’ai quitté la maison après ce que j’avais vu, je me suis tout de suite dit que c’était moi le fautif, parce qu’avec mon accident, je m’étais en quelques sortes éloigné d’Hoseok. Et Yoongi est quelqu’un d’irrésistible, qui pourrait faire craquer n’importe qui. Alors, c’était à cause de moi. Et puis, Jungkook m’a fait comprendre que je me voilais la face, et toi, tu chamboulais tout en moi. Et là, je me suis dit que vous deux, vous me compreniez mieux que mon meilleur ami. J’étais devenu plus proche de vous, et j’ai commencé à penser différemment. Et je me suis mis à me demander pourquoi je devais être fautif ? Pourquoi eux, ils n’ont pas compris que je ne voulais pas être comme ça. Que je voulais simplement redevenir celui que j’étais. Et pour ça, j’avais besoin d’eux à mes côtés, qu’ils m’aident. Et non pas qu’ils agissent envers moi, comme si je n’étais rien pour eux. Après avoir écrit la lettre, je les regrettais, j’allais appeler Sunghee pour lui dire de la brûler. Mais pendant mes deux jours loin de vous, j’y ai réfléchi. Et c’est la meilleure solution pour moi.
- Jimin…
- Mais vous êtes arrivé ? Jin et Namjun vont bien ?
- Oui, mais eux ne sont pas encore là. Tu me manques terriblement. Il avait compris que je ne voulais plus en parler et il l’acceptait. Je l’aimais pour cela. Mais que vas-tu faire de ces nombreux jours sans moi à tes côtés ?
- Qui sait, c’est pas comme si j’avais vécu la totalité de ma vie jusqu’à maintenant sans toi. Je laissais échapper un rire.
- Sympathique.
- Tu préfères que je te dise, que tu vas terriblement me manquer, que tu me manques déjà. Qu’à ton retour, je vais tout faire pour rattraper ça. Que je vais m’ennuyer comme pas possible et que je ne vais faire que penser à toi ?
- J’avoue que je préfère cette version.
- Oui, mais cette version, elle est un peu trop niaise. Ce n’est pas moi, alors ce n’est pas celle que je te dirais.
- Méchant.
- Moi aussi, je t’aime.
- Je te laisse, Jin et Namjun sont arrivé. Mais je te rappelle très rapidement.
- Mais oui, je roulais des yeux avant de raccrocher.

Mon dieu, je devais me rattraper, si ça continuait, j’allais vraiment tourner niais avec lui. Pire qu’une fille. Déposant mon téléphone, j’entrepris d’occuper mon temps, j’allumais alors l’ordinateur. Du coin de l’œil, je vis mon téléphone s’éteindre. Pas étonnamment, j’étais déjà étonné qu’elle ait duré aussi longtemps, surtout que ça fait déjà trois jours que je ne l’ai plus chargé. Mais n’ayant pas envie de me lever alors que j’étais si bien placé, je la laissais comme cela. J’attendais que l’ordinateur démarre en repensant à ma conversation avec Taehyeong. Je me disais que finalement, on s’était vraiment très bien trouvé. Tout comme moi, il avait cette fâcheuse tendance à toujours vouloir s’excuser pour quelque chose qui n’était pas vraiment de notre faute. Toujours tout prendre pour soit, pour essayer de soulager l’autre. Je riais à cette pensée. Mais je m’arrêtais bien vite. En bonne personne intelligente, j’avais laissé mon compte s’activer, et Jin s’évertuait déjà à me parler. J’imagine que les garçons avaient dû lui parler de la raison de mon absence. Je ne percevais aucune colère dans ses mots, il me demandait d’accepter son appel vidéo pour qu’on s’explique. J’aurais surement dû refuser. Quand la caméra s’activa, c’est une tête baissée et des cheveux facilement identifiables que j’avais devant les yeux. Un brun, pas vraiment à l’aise, assis à ses côtés. Jin avait osé me faire le coup. Je me retrouvais donc en face de Yoongi et Hoseok, l’envie de leur raccrocher à la figure de plus en plus forte.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/02/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Mar 25 Fév - 4:14

JIIIIIIIIIIIIIIIIN il a osé D8 Il a pas compris que c'est vraiment pas le moment ! Mais laissez le respirer un peu le Jimin ! J'avoue que la lettre m'a beaucoup touché (et me rappelle une que j'ai écrite), je comprends parfaitement les sentiments de Jimin. Bref en dehors de ça je peux déclarer que je peux mourir heureuse après tout ce V-Min qui explose de partout *o* ? C'est pas comme si j'étais hyper fan des trucs romantiques à souhait /PAN/ *jette des pétales de roses en l'air* enfin... Vive l'amour ! Vive les couples heureux, vive les boudeurs, vive les personnes en manque *sors en se prenant la porte BAM*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladyfolio.tumblr.com/
Shinnie
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Mar 25 Fév - 14:22

La première fois que j'ai posté cette histoire, beaucoup ont mal pris. Les gens me disaient que j'essayais de mettre toute la faute sur Yoongi et Hoseok. Que Jimin était fautif. Mais je suis contente de trouver quelqu'un qui comprendre ce que j'ai voulu faire passer. C'est un peu du vécu ><
C'est beau n'est-ce pas le V-min. Je vais t'en rendre accro tu vas voir >< XDDD merci du commentaire en tout cas.

The life is always complicated


Faire exception






J’étais piégé. J’aurais pu raccrocher, mais j’étais sûr que Jin serait capable de me harceler. Du moins, jusqu’à ce qu’il ait réussi à avoir gain de cause. À voir la tête de Yoongi et Hoseok, ils n’étaient pas à l’aise face à moi, même par appel vidéo. Je ne parlais pas, j’attendais qu’il le fasse eux, après tout, je n’avais plus rien à dire.

- Bon, les gars, je vous promets de vous faire subir la pire torture qui soit, si vous ne me réglez pas le problème et que Jimin ne se ramène pas tout de suite. Vous êtes tous les deux en tort, comment on a pu me cacher ça. Alors régler le problème. Je me suis bien fait comprendre ?

Jin et son côté autoritaire. Cela ne changerait jamais, je me retenais cependant de rire en les voyants légèrement trembler en acquiesçant. Le silence reprit de nouveau, mais j’entendis le bruit sourd d’une porte qui se ferme. On semblait être seul pour discuter. Mais ce n’est pas moi qui allais faire le premier pas. C’était à eux, et à eux seul de le faire. Je lâchais un soupir, cela sembla les faire réagir.

- Minnie…
- Je préfèrerais que tu m’appelles Jimin, simplement. Ses yeux semblaient déjà s’embuer de larmes. Mais je ne devais pas céder.
- Minnie … tu pensais vraiment ce que tu as dit dans ta lettre.
- Je ne l’aurais pas écrit dans le cas contraire.
- Jimin s’il te plait, mets-y du tiens, on y arrivera pas dans le cas contraire, intervint Hoseok.
- Le simple fait que je sois encore devant mon écran est déjà un grand effort. Mais je promets de faire mieux.
- Minnie…enfin Jimin… Je suis désolé. Tu as raison, j’ai menti. Je t’ai caché la vérité alors que je ne l’avais jamais fait. Je suis vraiment désolé.
- Mais ça ne suffit plus Yoongi, des excuses, j’en ai eu assez.
- Mais pas les miennes. On ne s’est plus vraiment reparlé après. Je m’en veux tellement, de t’avoir trahi. Je n’ai vraiment aucune excuse, je me suis juste détourné de toi.
- Tu as raison, on est tous les deux fautifs. Mais j’avais tellement peur de te parler de cela. Je n’arrivais même pas à comprendre moi-même ce qui m’arrivait. J’avais peur que tu me rejettes. Je te promets que c’est la vérité.
- Mais, je te l’ai dit. Je ne peux plus te faire confiance, alors je ne saurais jamais vraiment si je peux croire en tes paroles.
- Je le comprends. Parfaitement. Les larmes dévalaient les joues de Yoongi, Hoseok, lui, retenait les siennes.
- On ne se connait pas depuis longtemps toi et moi. Mais tu es devenu un peu notre petit frère, alors je ne voudrais pas perdre cela. Tout comme Yoongi ne peut pas perdre sa moitié.
- Tu me manques tellement. Jimin … j’ai été bête, et j’aurais peut-être à m’en vouloir tous les jours, mais s’il te plait. Ne m’exclus pas de ta vie, le collier que tu as au cou, me montre qu’il reste tout de même une chance. Et puis, ne t’en fais pas pour nous, ne te prive pas de cette fête par notre faute.
- Mon choix a été fait.
- Tu ne comptes pas changer d’avis ?
- Je ne sais pas. Comprenez que pour moi, les choses ne peuvent pas s’oublier. On ne peut pas revenir en arrière. Alors, tout à changer. Je vois les larmes coulaient sur leur visage. Hoseok n’avait pu se retenir. Moi, je faisais de mon mieux. Hum… est-ce que Jin peut venir ?
- Je vais l’appeler. Hoseok s’était levé, me laissant avec Yoongi.

Yoongi avait la tête baissée, je me permettais de souffler un peu.

- Tu sais Minnie, je n’aurais jamais cru qu’un jour comme ça serait arrivé. Je n’aurais jamais cru qu’on aurait pu se détourner de l’autre. Tu disais que tu étais tombé amoureux de moi, j’imagine que moi aussi, je l’ai été à un moment. On n’aurait jamais pu être aussi proche dans le cas contraire. Je t’aime toujours Minnie. Comme mon frère, comme mon confident, mon meilleur ami. Je n’y arriverai pas sans toi, alors s’il te plait, réfléchis-y. On peut peut-être recommencer à zéro, je veux rattraper mon erreur.

Il s’était levé, et était sorti de la pièce. J’avais mal au cœur. Cette histoire avait mis fin à mon amitié avec Yoongi, mon lien avec Hoseok. J’arrivais surement à passer au-dessus de cela à un moment. Mais, ce n’est pas de ma faute s’il me faut un peu de temps. Je laissais ma tête tomber dans mes bras, lorsque Jin fut finalement apparition devant l’écran.

- Minnie ? Ça va ?
- Oui… ne t’en fais pas. Jin, je suis vraiment désolé.
- Et il y a de quoi, je vous en veux à tous, de nous avoir caché la vérité. Tu aurais dû me le dire, je serais parti voir cet imbécile et il aurait eu ce qu’il méritait. Comment il a osé faire souffrir mon bébé.
- Euh… merci à toi. Je souriais. Mais toi aussi, tu avais d’autres choses à t’occuper. Comme un certain Namjun.
- C’est vrai, mais ce n’est pas une raison. Et d’ailleurs sache, que tant que tu ne seras pas là, aucun de nous n’ouvrira tes cadeaux.
- Jin…..
- Non, Minnie. Je veux passer ce nouvel an avec toi. Tu me l’avais promis, rappelle-toi. Je ne veux pas te perdre, je ne veux pas perdre Yoongi, mais vous êtes loin de moi désormais. Alors, j’aurais aimé que tu sois là … Je sentais la colère partir dans sa voix, il devenait de plus en plus triste. Cela me fit mal au cœur.
- Jin … ne m’en veux pas.
- Comment le pourrais-je ? Je dois avouer que tout ça me dépasse. Je suis étonné que Yoongi ait gardé le secret, même s’il avait peur de t’en parler. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait avec nous ? Je n’arrive pas à comprendre. Ça n’aurait jamais dû arriver.
- Jin, n’y pense plus, je t’en supplie. Pour moi, c’est du passé.
- Tu comptes vraiment faire une croix sur eux ?
- ….
- Minnie, tu en aurais le droit. On le sait tous, eux les premiers.
- Même en restant ami, rien ne serait plus comme avant, n’est-ce pas ?
- C’est vrai, mais cette chose qui vous liait, ne disparaitra jamais vraiment. Et quand tu seras en manque de sa personne, et lui de même, vous allez souffrir chacun de votre côté. Peut-être que le temps permettra aux choses de s’arranger. C’est ce que je souhaite.
- Jin… je dois partir, passe le bonjour à Namjun pour moi.
- Mais…
- Je suis désolé.
- Ce n’est pas grave.

Il me fit un petit geste pour me dire au revoir, je lui souriais et coupais la conversation. Je sortais presqu’en courant de ma chambre pour rejoindre la salle de bains. Les larmes ne pouvaient plus être retenues, alors elles sortirent. Elles ravageaient mon visage. Mon cœur souffrait, j’avais besoin de réconfort, j’avais besoin qu’on me rassure. J’avais affreusement besoin de Taehyeong. Je pouffais alors, dire qu’il y a quelques mois, c’est de Yoongi dont j’avais besoin. Je me laissais glisser sur le sol. Mes yeux étaient rouges et je ne pouvais pas risquer de descendre. Surtout avec ma mère dans les parages. Je retournais finalement dans ma chambre après m’être passé de l’eau sur le visage. J’eus la surprise de voir Monsieur Ming. Encore une fois, je tombais sur lui dans un moment de faiblesse. Ça commençait à devenir une habitude. J’entrais dans la pièce, mais restais à bonne distance. Distance qu'il rompit de lui-même pour me prendre dans ses bras. Et tout naturellement, je lui racontais ce qui s’était passé. La décision que j’avais prise, il m’écouta tout en m’attirant vers une chaise.

- Tu sais Jimin, les histoires d’amour, de vraies amitiés sont toujours compliquées. La trahison est un fléau. Autant en amitié qu’en amour, elle brise des liens qui n’auraient jamais dû l’être. Elle détruit le cœur et les personnes. Personne n’aimerait expérimenter cela, mais nous avons tous au moins eu une fois à le vivre. Je comprends tout à fait les raisons qui te poussent à mettre de la distance entre vous. Je comprends qu’ils ont peur de te perdre, mais que malheureusement, ils ne peuvent rien faire. Je ne dis pas non plus que tu dois leur pardonner et leur sauter aux bras. Mais peut-être que les ignorer complètement serait leur donné aussi trop d’importance, ce serait leur montrer à quel point, ils t’ont fait du mal. Il s’arrêta et m’ébouriffa les cheveux. Tu sais, je ne veux pas te dire ce que tu dois faire ou non. Mais peut-être que tu peux continuer à leur parler, être ami, mais garder tes distances. Pour qu’ainsi personne d’autre n’ait à souffrir de cela. Parce qu’il est sûr que les meilleurs amis d’Hoseok, tes meilleurs amis, aucun d’eux ne pourront choisir un camp. Et ils en souffriront certainement. Je savais qu’il avait raison, en coupant entièrement les ponts, je mettais mes autres amis dans une situation ennuyante. Enfin, ce n’est que mon avis.
- Mais, cela a dû sens. Je le sais bien.
- Alors, peut-être que tu ne devrais pas te priver de la présence des personnes que tu aimes. Peut-être que tu peux assister à cette fête, t’amuser avec eux, sans pour autant te forcer à être proche de Yoongi et Hoseok. Et puis, pense à Taehyeong. Penses-tu vraiment qu’il va pouvoir s’amuser sans toi, surtout en sachant qu’ici, tu es seul. Et que tu te tourmentes surement encore ?
- Non, il ne le pourra surement pas.
- Alors, tu sais ce qu’il te reste à faire, mais je ne te force à rien. Il se leva alors pour partir, sans pourtant me donner la raison de sa venue.
- Monsieur Ming, pourquoi étiez-vous ici ?
- Oh, je te le dirais la prochaine fois. J’acquiesçais et il commença alors à s’en aller. Je le retenais une fois de plus.
- Dites, comment vous avez avoué à ma mère que vous l’aimiez ? Je veux dire, Taehyeong me dit tout le temps qu’il m’aime. Moi quand je le fais, c’est pour plaisanter. Dans les moments propices, je n’arrive jamais à le dire.
- Il suffit de laisser ton cœur parler, sans le retenir.
- Je vois …hum … Merci.

Il me souriait une fois de plus et finit par sortir de la pièce cette fois-ci. Je restais sur la chaise à repenser à ce qu’il me disait. Il est vrai que lorsque j’avais fait mon choix, je n’avais pas pensé à Taehyeong. Je n’avais pensé qu’à moi, et lorsqu’il a facilement accepté que je reste, je me suis dit qu’il ne m’en voulait pas. Mais ne pas m’en vouloir, ne voulait pas dire, ne pas être triste. Je commençais à me balancer sur ma chaise, pris dans mes pensées. Bien évidemment, ce qui devait arriver, ne manqua pas, j’atterris sur le sol, mort de rire. Un vrai gamin. Je décidais d’aller me poser sur un endroit un peu plus doux et mou. Mon lit était l’endroit idéal. Je plongeais mon nez dans les oreillers et je ne pouvais me faire la remarque, encore une fois, que l’odeur de Taehyeong y était imprégnée. Bon, pas les draps parce qu’on venait de les changer, mais bon, je l’avais au moins un peu avec moi. Soupirant d’aise, je me retournais tout de même dans mon lit, me mettant sur le dos en position étoile. Le plafond était parfaitement… ennuyant.

Le soir, je rejoignais ma mère et monsieur Ming. Ils me regardaient tous les deux avec insistance. Je me demandais bien ce que cela voulait dire. Mais je ne dis rien et m’installais simplement sur la table pour partager le repas avec eux. Ils essayèrent de me parler sans grand résultat. Et pour cause, je n’ouvrais la bouche que pour manger, toujours en train de réfléchir à la bonne façon d’agir. Les mots de Monsieur Ming m’avaient profondément touché, et je savais qu’il était plus proche de la solution à mon problème que moi. Le repas finit, j’avais directement quitté la table en leur souhaitant une bonne nuit. Je me laissais tomber sur mon lit, un bras venant barrer mes yeux. Mon téléphone était en train de se charger, je le sentais vibrer, mais je n’avais aucunement l’envie de le prendre. Je me laissais tout doucement aller, m’endormant très rapidement.

Une main passant sur mon visage finit par me tirer de mes songes. Je m’éveillais tout doucement, clignant des yeux pour m’habituer à la lumière. Je tombais sur le visage de ma mère, elle souriait tendrement.

- Ça va mieux ?
- Oui, ne t’inquiète pas.
- Je t’ai préparé ton plat préféré, j’espère que tu vas accepter de venir prendre le repas avec nous.
- Le repas ?
- Oui, il est presque midi. Et bien, on pouvait dire que j’étais extrêmement surpris.
- Je me prépare et je descends tout de suite.
- Prends ton temps. Je m’inquiétais juste de ne pas t’avoir vu encore levé.
- Il semblerait que j’étais un peu trop fatigué.

Elle me fit un petit bisou sur le front avant de partir. Je me réveillais alors, pour aller me préparer pour descendre et les rejoindre. Monsieur Ming avait encore un sourire en coin, comme à chaque fois qu’il me voyait. Je me demandais bien ce qu’il me cachait. Enfin, je trépignais sur ma chaise, ma mère ne m’avait pas préparé à manger depuis un moment maintenant. Et autant dire que je me régalais comme jamais. Je fus même surpris qu’il me demande de rester encore à table, alors que le repas était fini. Il semblerait qu’il avait prévu une petite surprise pour moi. En quel honneur, je ne sais pas tellement. Mais j’eus la réponse bien vite. Ils ramenèrent un gâteau, sur laquelle il y était écrit en gros « fonce sans réfléchir ».

- Pourquoi ?
- Tu avais besoin de faire un choix, mais tu hésitais à le faire, alors on l’a fait pour toi.
- Je…
- Jimin, tu as envie d’être avec eux. Ta mère m’a dit que cette fête était prévue bien avant votre déménagement. Parfois, il faut faire des choix et mettre de côté ses rancœurs pour faire profiter de sa présence aux personnes que l’on aime. Ne penses-tu pas ?
- C’est vrai. Penses-tu vraiment que Jin, Namjun et Jungkook puissent s’amuser alors qu’il te manque, toi ? Penses-tu que Taehyeong se sent bien en sachant que tu es seul ici, alors que lui, est entouré de tous vos amis. Ajouta alors ma mère.
- Si…
- Rejoins-les, et tes problèmes, tu pourras les résoudre plus tard. Et si tu ne le fais pas de toi-même, je t’obligerai à le faire.
- Maman… merci. Je la pris dans mes bras, ainsi que Monsieur Ming. Je vous cause à tous de nombreux soucis. Merci d’être là et de ne pas vous énerver, mais d’essayer de m’aider.
- Que veux-tu, j’ai l’habitude, mon fils a toujours été bien trop têtu.
- Alors, on le mange ce gâteau.
- Bien sûr, dis-je tout content. On ne plaisantait pas lorsqu’il s’agissait de gâteau.

On resta encore une heure à table, à parler, à rigoler. Monsieur Ming nous racontant un peu les pires moments qu’il avait pu vivre avec ses employés. Ma mère, elle, finit par me raconter sa rencontre avec lui. Maintenant que j’y pensais, je n’avais jamais pensé à le lui demander. Fils indigne, elle qui s’intéressait toujours à mes rencontres. Je lui pris la main pour la serrer dans la mienne. On continua ainsi, avant que je ne décide de quitter la maison. Je commençais un peu à étouffer ici. Je pris la direction du café, pas que j’avais encore faim, mais je voulais juste me poser. Pour reprendre des forces. Tout en marchant, je vis une silhouette venir vers moi. Une personne qui me disait vaguement quelque chose. Et pour cause, comment ne pas le reconnaitre.

- Jimin ? J’étais comme tétanisé en le reconnaissant. Je ne savais pas vraiment comment réagir.
- …
- Je… je ne pensais pas te croiser ici… enfin… j’imagine que tu ne veux pas avoir affaire à moi.
- …
- Fais comme-ci, tu ne m’avais pas vu.
- Attend … Kann … Il se retourna alors vers moi. Je ne sais pas vraiment quoi dire… Je voulais te remercier. Je… J’ai appris que tu ne faisais pas partie de mes …. Enfin, tu me comprends. Je voulais que tu sache que le fait que tu te sois dénoncé représente énormément de chose. Je me suis trompé sur ton compte.
- Tu te rends compte que tu me remercie, alors que j’ai passé mon temps à te pourrir la vie.
- Oui… mais au final, tu devais surement être une victime comme moi. Et puis, une nouvelle année commence bientôt. Alors autant le faire sur de bonnes bases. Mais… je ne voudrais pas être indiscret mais…
- Ce que je fais ici ? On m’a laissé deux jours avec ma famille avant que je sois de nouveau enfermé dans un centre pour jeune délinquant. J’ai eu la chance, on m’a donné une peine moins lourde.
- Et bien, j’espère sincèrement que tout se passera bien pour toi…Je…
- Je vais y aller en premier.

Il s’était mis à courir, je ne le retenais pas. J’étais tout de même un peu choqué. Choqué de la conversation, enfin, le début de conversation que l’on venait d’avoir. C’était très étrange. Qui aurait cru que je l’aurais rencontré aujourd’hui, enfin dans ces circonstances. Je me rendais même compte qu’il ne devait pas avoir une vie facile désormais. Je balayais tout cela d’un revers de main pour continuer mon chemin. Enfin, jusqu’à ce que je me rende compte que j’étais sorti pour rien, le café était fermé pour une semaine. Je préférais donc rentrer. Je pris le chemin le plus long, histoire de dépenser un peu ce gâteau au chocolat que je venais d’engloutir. Arrivé à la maison, je ne vis plus mes parents, je montais directement dans chambre. Je me jetais sur mon lit, ratant de peu le sol. Je pris mon téléphone. Appels et messages manqués. Pourquoi devrais-je en être étonné. Je composais moi-même le numéro de Taehyeong.

- Tae…
- Jimin, espèce d’imbécile. Tu réponds jamais au téléphone ou quoi ? Et puis, pourquoi tu n’appelles que maintenant ? Qu’est-ce qui s’est passé avec Yoongi et Hoseok ? Qu’est-ce que tu leur as dit ? Et à Jin ?
- Jungkook… pourquoi c’est toi qui réponds à son téléphone ? Et puis arrête de poser autant de question, tu me donnes mal à la tête.
- Taehyeong est sorti un instant avec les garçons, je suis resté pour aider Sunghee.
- Bien sûr.
- Arrête de penser à mal.
- Je ne le fais pas. Je t’assure. Enfin, qu’est-ce que tu fais avec son téléphone, il l’a oublié ?
- Oui, doué comme il est ça ne m’étonne même pas. Alors ?
- J’étais fatigué et je me suis endormi très tôt hier soir. Je me suis réveillé à 12h et ma mère est venue me tirer du lit. Alors je n’ai entendu aucun appel ou réception de message. Et pour ce qui est de la discussion avec Yoongi et Hoseok, je n’ai pas tellement envie d’en parler. Mais, je suis curieux à propos de quelque chose ?
- De quoi ?
- Tu n’aurais pas un petit faible pour Sunghee par hasard ?
- Bien sûr que non. C’est juste que je n’avais pas envie d’aller faire les courses.
- J’imagine que c’est avec ça que tu as convaincu les autres. Mais faudra trouver autre chose avec moi.
- Même loin, tu arrives à m’embêter. Que devrais-je faire de toi ?
- Rien, Taehyeong t’empêcherait de m’approcher.
- Qui a peur de lui ? Il peut pas faire de mal à une mouche.
- C’est ce que tu crois, mais méfie-toi.
- Jimin ?
- Tae ? J’entendis à l’arrière les plaintes de Jungkook qui se plaignait d’avoir été coupé dans sa conversation. Tu lui as arraché le téléphone des mains ?
- Oui…ça va ?
- Et bien, ça va aussi bien que possible.
- Tu sais que tu nous manques ici ?
- Et bien maintenant, je le sais.
- Entendre ta voix me rassure.
- Ah ?
- Oui, je sais que tu ne mens pas sur comment tu te sens. Tu me sembles aller mieux qu’hier.
- Comment ça ?
- Je n’ai pas pu m’empêcher d’écouter la conversation que tu as eu avec Yoongi, Hoseok et Jin.
- La curiosité est un vilain défaut, tu le savais ?
- Possible.

Je commençais alors à lui raconter ma journée d’aujourd’hui. En passant par le passage du réveil par ma mère, sautant un peu la raison de ce repas fait spécialement pour moi. Jusqu’à la rencontre avec Kann. Dès que j’avais prononcé son prénom, il s’était assuré que je n’avais rien et qu’il ne m’avait rien fait. Je lui assurais donc que la conversation avait été presque surréaliste. Je n’en revenais pas moi-même de ce que j’avais pu lui dire. Il semblait lui-même très surpris et rajouta même qu’il avait un petit ami vraiment exceptionnel. Une personne qui réussissait toujours à voir le bien chez les autres et à tout leur pardonner. Enfin, presque tout. Cela eut le don de me faire rougir, je lui disais que lui était bien plus exceptionnel que moi. Il m’annonça alors qu’il devait raccrocher, la fête était pour demain, mais il restait plein de choses à organiser, prévenir les voisins dans le cas où il y aurait trop de bruit. Les décorations à accrocher. Déco aujourd’hui, pour s’occuper du repas le lendemain. Je l’encourageais, lui demandant de faire un câlin à tout le monde de ma part. Retour à la position étoile, je me relevais alors en recevant des vêtements en pleine figure. Ma très gentille maman, avait une valise à la main, et voulait me faire comprendre que je devais la faire. Et tout de suite. Je me levais alors en soupirant. Je ne comptais pas partir maintenant après tout. J’allais vers la penderie pour chercher mes vêtements, mais elle m’arrêta bien avant.

- Tu crois que c’est par plaisir qu’on est parti t’acheter des vêtements ? Tu vas les mettre dans la valise.
- Maman, t’es sérieuse ? T’as choisi toi-même les vêtements.
- Évidemment. Allant vers le lit, je jetais un œil, aux fameux vêtements.
- Je ne mettrais jamais ça. Tu sais que je préfère les vêtements amples ou les jeans larges. Pourquoi, tu m’achètes des vêtements qui collent tellement à la peau ?
- Pour qu’on puisse mieux voir ta silhouette.
- T’es tombé sur la tête ? Ou tu l’as complètement perdu ?
- Comment tu parles à ta mère. Et on ne discute pas. Tu les mets dans ta valise.
- Mais…. C’est bon, c’est bon. Me regarde pas comme ça.

Elle me fit un sourire victorieux, et sortit de la chambre en me laissant seul. Je me demande où est passée la mère coincée que j’avais depuis quelques mois. Ma mère redevenait peu à peu ce qu’elle était, et j’étais presque sûr que je le devais à Monsieur Ming. Cet homme était vraiment un phénomène à lui seul. Enfin, je pris mon temps pour plier mes vêtements, n’oubliant pas les sous-vêtements. Des serviettes. Je rajouterai le reste demain, après tout, j’avais encore une nuit à passer ici. Je fermais la valise et me révélais, dans le but d’aller chercher les vêtements que je pourrais mettre demain. Quand ma mère fit irruption une fois de plus dans ma chambre.

- Maman, tu pourrais tout de même frapper avant d’entrer.
- J’avais oublié de te dire que j’avais déjà préparé tes vêtements pour la soirée de demain.
- J’ai plus 4 ans, tu sais ? Je sais encore comment m’habiller seul.
- Oui, mais ton goût vestimentaire laisse à désirer.
- Merci beaucoup. Ça fait plaisir de savoir que j’ai moins de goût que toi question style.
- Arrête de faire l’enfant. Et descend avec moi, on va aller faire des courses pour préparer le repas ensemble.

Dire que j’étais surpris par sa proposition, était un euphémisme. Je la pris par la main pour que l’on descende. Arriver en bas, Monsieur Ming semblait attendre. C’était la première fois que l’on sortait en famille, et j’appréciais cela. J’avais l’impression d’être un enfant, cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas ressenti cette impression d’être en famille. Enfin, le fait qu’on est dû passer une heure dans le supermarché était beaucoup moins génial, mais bon, ma mère avait toujours tendance à tout vérifier et à hésiter sur ce qu’elle devrait prendre. Au bout d’un moment avec Monsieur Ming, on l’a regardé faire tout en soupirant. C’est sûr, on ne nous y reprendrait plus à l’accompagner. On arriva finalement à la maison, et même pas le temps de se reposer. Il fallait aller déjà en cuisine pour l’aider. Et oui, préparation du repas en famille pour une fois. Quand on quitta les lieux, la cuisine ressemblait plus à un champ de bataille qu’à une cuisine. Je plaignais déjà les personnes qui allaient passer après nous pour tout nettoyer. Enfin, je remontais pour prendre une douche et m’asseoir 5 minutes avant de redescendre. J’en profitais aussi pour envoyer un message à Taehyeong. « Dîner en famille. On a tout fait ensemble. Courses et préparation du repas. Je suis exténué et je sens plus mes jambes. Et… tu me manques. » Je souriais et me dirigeais dans la salle de bains. À mon retour, la réponse était déjà arrivée. « Je croyais que je ne te manquais pas moi pourtant. Tu as dû bien t’amuser alors. Mais pourquoi l’avoir fait aujourd’hui. Pour le réveillon du nouvel an, ça aurait été mieux non ? » Mon dieu, ce qu’il pouvait poser des questions déconcertantes. Heureusement que ce n’était pas un appel, il aurait tout de suite perçu que je mentais. « Une envie de ma mère, on a pas pu le lui refuser. On ne peut jamais lui dire non. » Je remis le téléphone dans ma poche pour descendre, je le sentais déjà vibrer. Et bien, il semblerait que son téléphone soit dans ses mains pour qu’il réponde aussi vite. « Je sais d’où tu tiens cette capacité de toujours avoir ce que tu veux. » Je souriais à cette remarque et continuais ma route pour prendre place avec mes parents à table. Le temps que les plats soient apportés, je prenais de nouveau mon téléphone. « Et oui, alors, faudra t’y faire. ». Mon regard croisa celui de ma mère, je rangeais automatiquement mon téléphone. Le repas se passa dans une bonne ambiance, mais ma main me démangeait. J’avais décidément envie de voir ce que m’avait répondu Tae. Je le pris donc discrètement. « Je m’y suis déjà habitué. » Un sourire niais prit alors place sur mon visage à mon insu, ce qui n’échappa pas à ma mère.

- Passe le bonsoir à Taehyeong de notre part.
- Ah c’est bon…. Je sais que tu as envie de te moquer alors fais-le.
- Mais non, tu t’imagines des choses.

Je lui tirais la langue, et oui ça se faisait toujours entre une mère et son fils. On reprit le repas avant que j’aille m’isoler dans ma chambre. Discutant encore un moment avec Taehyeong, je finis par m’endormir sur mon téléphone. Le lendemain, je me réveillais avec des courbatures. Ça m’apprendra à dormir dans n’importe quel sens. Je descendais et me laissais tomber dans le canapé à côté de Monsieur Ming. Il lisait son journal tranquillement.

- Tu pars à quelle heure ?
- Je ne sais pas, pas trop tôt. J’aimerais leur faire une surprise.
- Le chauffeur est libre à tout moment.
- Merci.
- Pourquoi ?
- Pour tout. Je ne sais pas, dans mon malheur, j’ai fini par trouver un bonheur plus grand. Et vous y avez fortement contribué.
- Je devrais plutôt vous dire merci à vous d’être venu mettre un petit peu de piquant dans ma vie.

Ma mère arriva à ce moment-là, nous demandant si nous avions pris notre petit-déjeuner. On se fit presque réprimander de ne pas l’avoir encore pris. Souriant, on se leva tout de même pour ne pas l’énerver de bon matin.

Le reste de la journée, je la passais dans ma chambre. J’avais un peu peur d’y aller maintenant. Peur de leur réaction, peur de je ne sais pas quoi. Oui, j’étais quelqu’un de peureux et je le vivais bien. Enfin, je me permis de faire une petite sieste. C’est ma mère qui vint me réveiller alors qu’il était 16h. Je me pressais alors pour aller me préparer, demandant à ce que la voiture soit près lorsque j’arriverais. Elle entreprit même de descendre ma valise d’elle-même. Une fois tout frais et habillé, je descendais les escaliers, en tremblant un tout petit peu, avant de me ressaisir. J’embrassais ma mère et Monsieur Ming, leur souhaitant une bonne soirée. Je grimpais dans la voiture, fermant les yeux, me laissant tranquillement aller. On finit par arriver. Il faisait déjà bien sombre, je n’osais simplement pas en sortir, malgré tout la peur était toujours présente. Pourtant, je ne devrais avoir peur de rien, il ne peut rien m’arriver ici. Ce que je pouvais être d’un compliqué parfois. Une silhouette m’étant familière fini cependant par attirer mon regard. Elle semblait errer sur le gazon du jardin. Prenant mon téléphone, je composais son numéro.

- Comment ça va ?
- Je m’ennuie sans toi. Et toi ?
- Moi, je vais très bien. Comment ne pas être heureux. La fête se passe bien.
- Très bien, on rigole beaucoup et on s’amuse entre amis.
- Mais tu m’as dit que tu t’ennuyais.
- Oui, de toi.
- Et là, tu fais quoi ?
- Comme d’habitude, je les regarde boire, rire, danser.
- Je n’entends pourtant aucune musique.
- Je me suis éloigné un instant, et puis la musique n’est pas si forte.
- Il fait bon là où tu es ? Le vent te rafraichit ?
- Comment ça ?
- Tu es beau habillé comme tu l’es. Chemise blanche, gilet gris. J’aime particulièrement la cravate que tu as.
- Attends … comment … comment tu sais comment je suis habillé ?
- Je l’ai déjà dit non. J’ai des yeux partout.
- C’est Jungkook qui a vendu la mèche ?
- Tu le penses ?

Durant la conversation, je mettais rapprocher de lui. J’essayais de faire le moins de bruit possible, pas facile avec l’herbe sous les chaussures. Mais je faisais de mon mieux. Et heureusement pour moi aussi, Taehyeong s’était arrêté dans sa marche. Il était dos à moi et je pouvais le surprendre facilement. J’arrivais derrière lui, refermant mes bras au niveau de ses hanches.

- Retourne-toi, lui murmurais-je alors à l’oreille. Il se retourna instantanément.
- Tu es venu.
- Disons qu’à part toi, j’ai d’autres anges gardiens.
- Vraiment.
- Oui, mais tu es celui que je préfère. Et je ne pouvais plus rester loin de toi.
- Je savais bien que tu ne pouvais plus te passer de moi.
- Ne te vante pas, je pourrais dire à mon chauffeur de me ramener.
- Je ne le laisserai pas faire.
- Tu crois vraiment …..

Je n’ai pu finir ma phrase, ses lèvres s’étaient posées sur les miennes. Ses mains dans mon dos me forçaient à me rapprocher de lui au maximum. Mes mains, dans le bas de son dos, remontèrent pour se poser sur sa nuque et dans ses cheveux. Il me mordait et me demandait l’autorisation pour approfondir ce baiser. J’entrouvris les lèvres, sa langue passa tout aussitôt, entrant en contact de la mienne. Je me rapprochais encore plus de lui. Mon dieu, comme son toucher m’avait manqué. On se quitta pour reprendre notre respiration, nos fronts collés l’un à l’autre. Je souriais. Je lui pris la main pour le ramener à la voiture. On prit ma valise et avertit le chauffeur qu’il pouvait partir. Et que j’étais désolé de l’avoir retenu. Il nous souhaita une bonne fête, on fit de même. Le pauvre, il allait devoir rouler encore et espérer arriver chez lui pour minuit. Enfin, on reprit notre marche, arrivant à la porte d’entrée. Ma main était toujours dans la sienne, il fit une petite pression, je me retournais pour le regarder. Il déposa de nouveau ses lèvres sur les miennes avant de reculer.

- Allons-y pour la fête.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinnie
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Mar 25 Fév - 15:14

The life is always complicated


Avouer ses sentiments






Taehyeong poussa la porte, trainant ma valise avec lui. J’entrais à mon tour dans la pièce, personne ne s’était encore rendu compte de notre arrivée. Il les contourna, je le suivais, on monta à l’étage et c’est tout naturellement qu’il déposa mes affaires dans sa chambre à lui. On redescendit, il prit place dans le canapé, moi, je restais debout près de l’escalier. Alors, soit j’étais invisible, soit ils m’ignoraient tous. Je quittais ma place et me laissais tomber à côté de Taehyeong, laissant ma tête tombait sur son épaule. On resta environ cinq minutes comme ça, avant que je ne sente des regards sur moi. Je ne m’étais même pas rendu compte que j’avais fermé les yeux. Je levais alors le regard vers ceux qui se trouvait en face de moi. Je me levais alors, Taehyeong fit de même, je posais mon regard dans celui de Jin, j’avais l’impression qu’il avait la terrible envie de me prendre dans ses bras, mais qu’il hésitait. J’avançais moi-même vers lui, tendant les bras. Il se jeta alors dedans, me serrant tellement fort que j’ai cru qu’il allait m’étouffer. Je sentis une main se poser sur mon épaule et je savais déjà qu’il s’agissait de Namjun. Je souriais toujours. Lorsqu’il me laissa enfin, Sunghee vint elle-même vers moi pour me faire un câlin, je ne le lui refusais pas. Je reculais après, mes yeux cherchant du regard un petit brun blagueur. Mais, je ne le voyais pas, cependant, je sentis des bras m’entourer. Je me retournais pour le serrer dans mes bras.

- Tu es venu.
- Et oui, je voulais me faire désirer jusqu’au dernier moment. Et puis, comment aurais-je pu manquer cela. Jin et Namjun ne me l’auraient jamais pardonné. Et puis, il y avait trop de personnes qui me manquaient pour que je ne vienne pas.
- Enfin, une personne en particulier. Je donnais à Jungkook une claque avant de me poser à côté de Taehyeong.
- Tu n’as plus peur qu’on te touche ? demanda alors Jin.
- Non, je suis complètement remis.
- Je suis heureux de le savoir. Je vais pouvoir prendre mon bébé comme il le faut maintenant. Tous les regards se tournèrent vers lui, et Taehyeong attrapa ma main, me tirant un peu vers l’arrière. Non, mais vous avez un esprit mal placé. Je ne pensais à rien de pervers là.
- Enfin, si je suis venu, c’est pour faire la fête, alors faut arrêter de parler maintenant.

Jungkook alla forcer un peu plus la musique, et m’attira sur la piste avec lui. Cela me rappelait la première fête qu’il avait organisée avec moi. On tournait, dansait un peu n’importe comment. Ce fut Jin, qui me tira au bout d’un moment, très court d’ailleurs. Namjun n’aimant pas tellement être délaissé. D’ailleurs, je devais dire que j’étais vraiment étonné qu’il danse. Lui qui d’habitude préfère rester assis. J’imagine qu’il faisait un effort. Ce n’était pas plus mal, après tout, une nouvelle année allait commencer et il fallait bien finir celle-ci. Tournant la tête, je vis que Sunghee dansait avec Jungkook, je tombais alors dans le regard de Yoongi. Il me regardait, je savais qu’il avait envie de venir vers moi, mais il ne le faisait pas. Il avait compris que j’avais besoin de distance. Cependant, j’avais promis de faire un effort, alors je le ferais. Je tournais une dernière fois la tête vers Taehyeong, pour capter son regard, mais il était en conversation avec Hoseok. Je me donnais alors à moi-même du courage pour aller vers lui. Je lui tendis les deux mains, il hésita, mais finit par les prendre.

- Cela ne veut pas dire que j’ai changé d’avis.
- Je sais.

On finit par danser, bien qu’étant un peu gêné au départ, mais on finit par se lâcher. On sautait un peu partout, au rythme de la musique. Assoiffé, je finis par m’éloigner pour chercher à boire. Hoseok ayant quitté sa place, j’en profitais pour me laisser tomber sur le canapé à côté de Tae. Je buvais ma boisson tranquillement, regardant les autres se déhancher. Certains avaient bu plus que des sodas à mon avis, et l’idée venait certainement de Namjun. Enfin, je me calais un peu plus dans le fauteuil, me demandant combien de temps Taehyeong allait rester là, à me regarder avant de se décider à parler. Je ne dus pas attendre bien longtemps.

- Tu comptes m’ignorer ?
- Non, je voulais juste tester ta patience.
- Très marrant. Mais dis-moi, je n’ai pas rêvé, tu étais bien avec Yoongi tout à l’heure ?
- C’est vrai. Je voulais respecter une promesse faite à ma mère. Leur montrait que je pouvais faire preuve d’un peu de bonnes volontés.
- Je ne te crois pas.
- Ah ?
- Tu étais bien trop heureux pour me faire croire que tu te forçais à le faire. Tu tiens encore à lui, je me trompe.
- Je…
- Tu sais, tu n’es pas quelqu’un de rancunier. Tu veux juste leur faire comprendre qu’ils devaient payer, mais au fond, il te manque tous les deux n’est-ce pas ?
- Tae…
- Rassure-moi, les sentiments que tu avais pour lui, ils sont bien partis n’est-ce pas ?
- Bien sûr. Je l’ai aimé, mais maintenant, c’est différent. Je ne serais pas avec toi sinon. Et puis laisse-moi en placer une. Mais, je dois l’avouer, il m’avait manqué. Il m’écoutait parler et attrapa le verre que j’avais en main. Eh, mais t’as qu’à t’en chercher un. C’est le mien.
- Oui, mais ce qui est à toi, est à moi.
- Vraiment, et depuis quand.
- Depuis que je l’ai décidé. Depuis que je t’aime. J’éclatais de rire et il me suivit.
- Dis-moi, pourquoi tu ne danses jamais, pourquoi tu restes toujours assis ?
- Je danse très mal. Et puis, je n’aime pas me cogner aux autres.
- À d’autre, je suis sûr que c’est parce que tu aimes bien regarder et te moquer des autres.

Je me levais alors, le tirant par le bras pour le faire danser. Le menteur, il ne dansait pas mal, au contraire. Mais la tête qu’il faisait était plus que marrante. Il vivait la musique ça c’est sûr. Enfin, au bout d’un moment, la musique changea, et c’est une musique plus douce qui se fit entendre.

- Non, mais vous n’êtes pas sérieux. Cette fois, c’était Namjun qui parlait. Il voulait partir, mais Jin le retint.
- Ah non, tu vas me faire le plaisir de danser avec moi.

Moi, je cherchais du regard qui aurait pu changer aussi vite la musique. Je ne fus qu’à peine surpris de croiser le regard malicieux de Jungkook. Le fourbe. Je me retournais cependant vers Taehyeong et passais mes bras autour de son cou.

- Il semblerait que Jungkook veuille un peu de douceurs et peut-être même tenter sa chance.
- Comment ça ?
- Je dis ça comme ça. Je t’expliquerais quand je serais sûr.
- Jimin … je ne te remercierai jamais assez d’être venu.
- Je n’aurais manqué cela pour rien.

Je resserrais ma prise autour de son cou et lui autour de mes hanches. Pour tout dire, j’avais l’impression qu’il n’y avait personne d’autre que nous à ce moment. Je ne voyais que lui, lui et son sourire toujours aussi éclatant. Je lui souriais à mon tour. Je posais mes lèvres sur les siennes, on ne pensait même plus à bouger. Je pris moi-même l’initiative d’approfondir le baiser, bien trop heureux de le retrouver. Cependant, on redescendit bien rapidement, revenant à la réalité.

- Jimin, Taehyeong, vous ne nous avez pas cachés quelque chose par hasard ? Demanda alors Jin.
- Euh, nous ?... Non, rien.
- Mon bébé a trouvé chaussure à son pied.
- Non, mais c’est quoi cette expression.
- Nam chéri, laisse-moi parler et ferme là. J’éclatais de rire au commentaire de Jin, mais repris bien vite mon sérieux en tombant sur le regard de Namjun. Plus sérieusement. Je comprends mieux pourquoi tu es complètement rétabli. Je ne crois pas t’avoir vu aussi heureux depuis … depuis que je te connais. Il s’avança alors vers moi pour me prendre dans ses bras. Quand il recula, se fut Namjun qui prit sa place.
- Je suis heureux pour toi.
- Oh, je suis trop contente pour vous deux. Je le savais bien que Jungkook n’aurait pas pu laisser une telle marque dans le cou de Taehyeong. On rigola tous à sa remarque. Bande de cachotiers. Dans mes bras. Sunghee nous prit alors dans ses bras tous les deux. Bon, je suis entouré de couple, mais bon. Heureusement que Kookie est là pour me tenir compagnie.
- Et je suis sûr que ça lui fait plaisir.
- En tout cas, si ça intéresse quelqu’un. C’est grâce à moi qu’ils sont ensemble. Et j’étais le premier à le savoir quand c’est devenu officiel.
- …
- Merci, je me sens aimé.
- Mais oui, on t’aime tous.

J’ouvris alors mes bras pour qu’on lui fasse un câlin. Hoseok vint lui aussi vers Taehyeong pour lui dire qu’il savait bien que ça arriverait un jour. Il hésita à me prendre dans ses bras, j’amorçais alors le premier geste pour lui faire comprendre que ça allait. Yoongi, lui, vint directement vers moi. Il me prit dans ses bras sans vraiment que je m’y attende. Je le serais contre moi, avant qu’il ne s’éloigne en s’excusant. Je ne fis cependant rien.

- Sinon, les gars, je ne voudrais pas casser l’ambiance ou autre. Mais on s’est pas marié là, et vous voir aussi heureux pour nous, à nous faire des câlins et des remerciements. Ça me donne cette image-là.
- Jimin, tais-toi. T’as toujours le don de tuer des supers moments.
- Je vous le raconte pas.
- Éclaire-nous, Tae.
- Il m’a fait le pire coup possible, après que tu es quitté sa maison le jour du départ. Me rendant compte que ce qu’il comptait révéler. Je plaquais mes deux mains sur sa bouche, lui lançant un regard noir. Il s’amusait à mes dépens l’imbécile.
- T’es pas marrant Jimin, on veut savoir nous. Ça m’a l’air amusant.
- Et bien si tu veux rire Jungkook, tu n’as qu’à raconter des blagues et rire tout seul.

Je lui tirais la langue et allais moi-même changer la musique cette fois, pour mettre une, qui réussirait à réveiller ses imbéciles. L’ambiance n’était plus à la fête, mais aux déclarations à ce rythme. En revenant sur la piste de danse improvisée. Je reprenais les mains de Taehyeong pour m’amuser. Le moment romantique était fini, il fallait s’amuser maintenant. Hoseok apparut au bout d’un moment devant nous, demandant s’il pouvait m’emprunter pour une danse. Je crus déceler un « tu es mon sauveur » de Tae, avant qu’il ne retourne s’asseoir. Je n’avais eu le temps de rien dire, que je me retrouvais déjà à tournoyer dans tous les sens. Je ne pouvais m’empêcher de rire. Je me sentais vraiment bien, entouré de toutes ces personnes. Je remerciais Hoseok, et m’éloignais vers le buffet. J’avais une petite faim. Je remplis une de mes assiettes. Puis, je décidais de me rendre à la cuisine, je trouvais un plateau vide, que je ramenais avec moi. Prenant un nombre de verre équivalent à nous, je vidais le cocktail maison avant d’aller le distribuer. Ils me regardèrent tous bizarrement.

- Ben quoi, pour bien s’amuser, faut bien boire un peu, non ? Et puis, c’est vous qui avez amené de l’alcool alors vous allez me le finir.

J’éclatais de rire à leur expression, celle de Sunghee étant la meilleure. Je ne l’avais jamais vu aussi surprise et choqué à la fois. Je repartais vers le buffet pour prendre mon assiette. Le canapé étant totalement occupé par ce qui s’autorisait comme moi, une petite pause pour manger. J’allais donc prendre place dans les escaliers. Au bout de quelques minutes, une personne apparut à côté de moi. Me demandant si elle pouvait prendre place à côté de moi. J’acceptais, après tout, refuser quelque chose à Namjun pouvait toujours être suicidaire. Il prit place, et le silence régnait de maitre entre nous. On ne parlait pas, entre nous, ça n’avait jamais été le cas. Enfin, lorsque l’on se retrouvait tous les deux tous seuls. On arrivait à se comprendre, comprendre notre humeur sans mot. On mangeait chacun de notre côté, et puis comme un éclair de génie, je finis par me rappeler quelque chose.

- Jin, Namjun, vous n’avez pas ouvert vos cadeaux. Tu m’as promis de le faire quand je serais là. Alors je veux que vous les ouvriez maintenant.
- Et parce que Monsieur veut, il faut accepter.
- Bien sûr, dis-je avec un grand sourire. Namjun disparut alors à l’étage avant de redescendre avec les paquets cadeaux. Il prit le sien et l’ouvrit.
- Je savais bien que tu allais m’offrir une paire de lunettes.
- Il y a autre chose. Il fouilla alors dans le sac et en retira un petit cadre avec une photo de lui et Jin. Une photo prise lors de notre sortie au parc d’attractions. Le jour de l’officialisation de leur couple. Il me remercia, à sa façon, je me tournais alors vers Jin. À ton tour.
- Ok. Il ouvrit alors le paquet cadeau et sautillait presque sur place. Il est magnifique.
- Je n’ai pas tout le mérite, Tae m’a aidé à le choisir. Il prit alors le dit Tae qui se trouvait à côté de lui dans ses bras, et vint me prendre aussi dans ses bras. Toi aussi, tu n’as pas remarqué que j’avais mis autre chose. Il alla donc fouiller dans le sac pour en retirer un cadre avec une photo de Namjun dormant sur son épaule.
- Cette photo …
- Oui, je l’ai prise la fois, où on parler après que je sois rentré.
- C’est un super cadeau.
- Ouaip, parle pour toi. C’est pas toi qui dors dessus, intervins alors Namjun.
- Oui, mais si je l’ai pris, c’est parce que tu trop mignon dessus. Le voyant lever la main, je m’avançais pour mettre de la distance entre nous.

La soirée était bien avancée maintenant, et il fallait le dire, la plupart avait déjà bien assez bu. À part Taehyeong bien sûr, il pensait que je ne l’avais pas remarqué, mais il ne buvait pas d’alcool. Il n’avait bu que le verre que je lui avais offert. Enfin, la séance danse avait repris, et le résultat était plus que marrant. Heureusement pour moi, je tenais l’alcool mieux que certaines personnes. S’ils se voyaient, ils seraient rouges de honte les pauvres. C’était une vraie catastrophe. Prenant mon téléphone, j’entrepris de filmer ce petit moment, n’oubliant pas les deux assis dans le canapé. Autrement, Tae et Sunghee. J’avançais alors vers eux pour prendre place, je vis Sunghee se levait directement. Je lui souriais avant de m’avachir sur mon amour. Ma tête alla se poser sur ses genoux, sa main, elle, commença à me caresser la tête et jouer avec mes cheveux. Me relaxant tellement que je ne pus lutter contre le sommeil qui venait, l’alcool aidant aussi. Des rires finirent par me faire sortir de mon sommeil. Je n’avais pas envie d’ouvrir les yeux, mais en entendant mon prénom, je les rouvrais. Il n’y avait plus de musiques et tout le monde me regardait. Du moins, si mon regard ne me jouait pas de tour.

- J’ai quelque chose sur le visage ?
- … devant leur manque de réponse, je me levais pour me retourner vers Taehyeong.
- Qu’est-ce qui les fait rire comme ça ? Je le vis détourner la tête et rougir. Tae, qu’est-ce que tu as fait?
- Il a simplement raconté une petite anecdote. Enfin, il a perdu au jeu, du coup, il était un peu obligé.
- Et quelle anecdote ?
- Tu as encore faim Jimin ? Je tournais ma tête vers Jin, ne sachant pas où il voulait en venir. Pas ma faute, je me réveillais à peine.
- Non, j’ai… attendez. Posant ma main sur la cuisse de Tae, je pressais aussi fort que je pouvais pour qu’il se retourne vers moi. C’est une blague n’est-ce pas ? T’as pas raconté ça.
- C’est que …
- Pffff Jungkook, t’es vraiment chiant. Croisant les bras, je me mis à bouder.
- Mais pourquoi moi ?
- Parce que de tous, t’es le seul aussi curieux pour avoir exprès demandé ça.
- Je te l’avais dit qu’il saurait que c’était toi. Il te connait aussi bien que moi maintenant. Dit-alors Taehyeong.

Un rire général éclata. Finalement, on passa le reste de la soirée à rire, à parler, la musique complètement délaissée. La boisson passait encore de main en main, comme s’ils n’avaient pas encore assez bu. Enfin, on avait rien à faire le lendemain alors autant se laisser faire. J’avais quitté ma place, j’étais assis sur le sol entre les jambes de Taehyeong, qui gardait une main dans mes cheveux, l’autre étant dans ma main. Hoseok et Sunghee étaient dans le canapé. Yoongi était assis à côté de moi. Jungkook de l’autre côté. Jin et Namjun étaient assis en face de nous. Nous retrouver ensemble comme cela, était vraiment génial. Notre famille avait accueilli de nouveaux membres, et rien n’aurait pu me faire plus plaisir. Minuit approchait, on se fit alors notre petit décompte, et certains sautèrent dans tous les sens à la nouvelle année. On se le souhaitait tous, et reprit les discussions. Je n’aurais jamais cru qu’on aurait eu autant à se dire. Mais c’était une bonne chose, car le moment où l’on n’aurait plus rien à dire, alors c’est que quelque chose était bizarre, vraiment bizarre. Surtout avec le nombre de pipelettes qui composait notre petit groupe. Enfin, certains commençaient à s’endormir, comme Jin et Yoongi. Jin était tombé en arrière tout contre Namjun, et Yoongi avait basculé, atterrissant sur mes jambes. Rien d’étonnant, il était presque 4h30. Je souriais alors, tandis que les autres se relevaient, prenant les endormis dans leur bras. Jungkook nous fit un grand signe de la main avant de monter lui aussi. Il ne restait plus que moi et Taehyeong. Je remontais alors sur le canapé pour m’allonger sur ses jambes. On ne parlait pas, chacun perdu dans ses pensées. Moi, je repensais à la conversation que j’avais eue avec monsieur Ming. Laisser parler son cœur. Est-ce facile à faire ? Je me relevais alors, tanguant un peu. Finalement, j’avais peut-être un peu abusé des boissons alcoolisées. Je tendis la main, il la prit en me faisant un grand sourire et on monta dans la chambre. Je m’écroulais sur le lit, lui s’asseyait sur un bord, il semblait avoir la tête ailleurs. Je me relevais alors pour me mettre à genoux derrière lui, je mettais mes bras autour de son cou et posais ma tête dessus.

- Qu’est-ce qui ne vas pas ?
- Rien… tout va pour le mieux.
- Pourquoi tu fais cette tête alors ?
- Je suis juste fatigué.
- Tu en es sûr … il hocha la tête, je reculais et le forçais à se retourner. Ne me mens pas, s’il te plait.
- Pourquoi le ferais-je. Jimin … ses deux mains vinrent prendre mon visage. Je t’aime.
- Je …. Moi …

Rien à faire, je n’y arrivais toujours pas. Pourquoi ça ? Il sourit tristement avant de venir poser ses lèvres sur les miennes. Je m’accrochais à lui, comme-ci j’allais le perdre. Plus il approfondissait le baiser et plus je me retrouvais allonger sur le lit. Il se détacha finalement, gardant son visage proche du mien. Je lui déposais un bisou sur le bout du nez avant de l’attirer à moi, et de nicher sa tête tout contre mon cou. Mes mains passèrent dans ses cheveux pour l’apaiser, et je me permis de m’endormir qu’au moment où je sentis sa respiration devenir plus calme et régulière. Pour la première fois depuis que j’étais dans les bras de Taehyeong, je me sentais mal vis-à-vis de lui. Pourquoi je n’arrivais pas à lui dire ces simples petits mots ? Enfin, au réveil ce matin, je fus le premier à me réveiller. Il n’avait pas quitté mes bras. Je le regardais, passant ma main tendrement sur son visage. Ma main passait sur ses lèvres, sur son nez, dégageait son front des quelques mèches qui s’y trouvaient. Je ne remarquais même pas qu’il commençait à papillonner des yeux. Son regard s’encra alors dans le mien, je lui fis un grand sourire. Il se détacha alors et s’étala sur son dos à côté de moi. Surpris, je bougeais moi-même pour me retrouvais assis sur ses hanches. Il ne me regardait pas, je ne comprenais plus rien. Je descendis alors la tête dans son cou, le mordant pour le détendre. Mais il n’y avait aucune réaction.

- J’ai fait quelque chose de mal ? Tae, si tu ne me parles pas, je ne saurais pas quoi faire.
- Rien, juste que j’émerge à peine, je suis encore fatigué par la soirée d’hier.
- Au point de ne pas me sourire, de ne pas réagir quand tu me vois, de ne pas répondre à mes baisers.
- Jimin… pas si tôt le matin, laisse-moi du temps pour me réveiller.
- Oui, bien sûr.

Je me laissais glisser sur le côté, puis finis par prendre des vêtements pour aller à la douche. Je rentrais dans la chambre en coup de vent pour déposer mes vêtements et prendre mes écouteurs et téléphone. Je descendis à la cuisine, cherchais une petite bouteille d’eau avant de sortir. Les vêtements que ma mère m’avait donnés n’étaient vraiment pas propices pour que je puisse courir un peu, je me contenterai d’une promenade matinale. Je marchais, la musique plein la tête, tout en respirant l’air frais. Je réfléchissais à ce que j’avais pu faire, dire ou oublier. Mais rien ne me vint à l’esprit. Pourquoi était-il comme cela ? Doutait-il de ses sentiments ? Enfin, ce serait plutôt des miens qu’il devait douter. Après tout, je ne lui avais toujours pas révélé mes vrais sentiments. J’ai dit que je voulais nous donner une chance, mais cela ne vaut pas un « je t’aime ». Oh… mais c’était peut-être pour ça non ? Je n’étais finalement qu’un imbécile. Et puis, en plus de ça, je révélais facilement que j’avais aimé Yoongi, mais à lui, je ne lui avais jamais dit. Question grosse boulette et imbécilité, je ne pouvais pas faire mieux. Je continuais ma promenade et rentrais juste au moment où les autres émergeaient devant leur petit-déjeuner.

- Mais tu sors d’où ?
- Je suis parti faire une petite promenade. Vous dormiez tous alors j’y suis allé seul.
- T’as abandonné ton amour seul au lit, c’est pas sympa.
- Jungkook quand j’aurais besoin de ton intervention, je te le dirai. Je lui tirais la langue pour lui faire comprendre que je plaisantais. Enfin, c’est juste qu’il dormait bien et je voulais pas le réveiller.
- Ben vas-y, on prendra notre premier repas de la journée tous ensemble. Ajouta alors Sunghee. J’acquiesçais et quittais la pièce.

En montant les escaliers, je me demandais comment j’allais devoir réagir face à lui. Je me munis de mon plus beau sourire, et entrais dans la chambre. Il semblait s’être rendormi après mon départ. Peut-être était-il vraiment très fatigué après tout. Je contournais le lit pour venir m’accroupir face à lui. Je dégageais les mèches une nouvelle fois.

- Allez debout petite marmotte, tout le monde nous attend en bas, pour prendre le petit-déjeuner.
- …
- Tae… ne m’oblige pas à te torturer pour que tu viennes.
- Vas-y, j’arrive tout de suite.
- Non, on y va ensemble. Je déposais mes lèvres sur les siennes, il répondit mollement au baiser, mais c’était toujours mieux que rien.

Je lui tendis alors la main, je fus heureux qu’il ne la refuse pas. Je l’attirais alors à moi pour un câlin, j’avais besoin qu’il ressente le fait que je l’aime plus que tout. Il resserra ses bras autour de moi et je me permis de souffler de soulagement. On se détacha alors l’un de l’autre, je lui pris la main et on descendit rejoindre les autres. On passait une agréable matinée, mais je ne pouvais m’empêcher de me sentir triste. Je gardais le sourire, même si l’envie n’y était pas. Je voudrais que Taehyeong me parle, qu’il me dise ce qui n’allait pas de lui-même. Enfin, Sunghee proposa une petite sortie pour aller bien se réveiller, mais Taehyeong refusa poliment disant qu’il préférait se reposer encore un peu. On sortit donc en le laissant. Je marchais perdu dans mes pensées, un peu derrière tout le monde. Je n’aurais peut-être pas dû partir au final.

- Quelque chose ne va pas ?
- Euh si si.
- Minnie, tu ne veux peut-être pas m’en parler à moi. Mais j’avais l’impression qu’il y avait de la distance entre toi et Taehyeong.
- Yoongi, je t’assure, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.
- Va le rejoindre. S’il ne va pas bien, c’est préférable.
- Je… dis aux autres que je suis rentré.

Je partais donc dans le sens inverse, marchant rapidement. J’arrivais finalement devant la porte, j’ouvrais la porte et le cherchant dans toutes les pièces du bas. Il n’y était pas, alors il devait être dans la chambre. Je montais alors. En entrant dans la chambre, je ne vis qu’une masse sur le lit. Je ne pouvais croire qu’il dormait encore. J’entrais dans la chambre, tirant sur la couette pour la jeter sur le sol. Il ne bougeait pas et ne se réveillait pas Je me plaçais alors sur le lit à côté de lui, espérant qu’il se retournerait de lui-même. Après tout, j’étais presque sûr qu’il ne dormait pas. Je me sentais tout de même très mal, nous étions tous les deux allongés, l’un à côté de l’autre, mais il y avait une distance. Une distance que je ne peux pas accepter. Je me retournais alors, mettant mes bras autour de lui et plongeant ma tête dans ses cheveux. J’avais besoin de le sentir près de moi. Et je ne sais même pas pourquoi, mais des larmes commencèrent à s’échapper de mes yeux, pour venir s’écraser contre sa peau. J’étais pathétique, qu’est-ce qui se passait pour que l’on agisse de cette manière ? Je le sentis commencer à bouger, je m’éloignais alors me cachant avec mes bras.

- Jimin ? Tu pleures ?
- Non.
- Pourquoi tu te caches.
- Y’a trop de lumières.
- Enlève tes bras. Je balançais la tête de gauche à droite pour lui dire que je ne voulais pas. Il enleva mes bras de lui-même. Pourquoi tu pleures ?
- Pour rien.
- On ne pleure jamais pour rien Je suis désolé.
- Arrête de t’excuser. Je m’étais levé en position assise, lui faisant faire de même. Tae… dis-moi ce qui se passe. Qu’est-ce qui se passe depuis hier soir ?
- Je… Jimin, tu m’aimes ?
- Alors c’est pour ça ? … Tu ne crois pas en mes sentiments ?
- Quand on y repense, tu m’as toujours dis que tu doutais de ce que tu ressentais. Et puis, quand tu es venu me voir, on a pas dit à proprement parler qu’on sortait ensemble. Tu as simplement dit qu’on pouvait se laisser une chance.
- Tu as peur que je t’abandonne ?
- C’est normal, non ? Jimin, pourquoi tu ne m’as ….

Je savais déjà ce qu’il allait me demander, mais je ne voulais pas qu’il me le demande. Je l’attirais à moi, le forçant à poser ses lèvres sur les miennes. Il voulait se dégager, mais je l’en empêchais, je ne voulais pas qu’il s’éloigne. Je me levais sur les genoux sans quitter ses lèvres, j’avançais vers lui et l’emprisonnais entre mes jambes. Il voulut me repousser une fois de plus, mais je ne voulais pas céder. Je bougeais une nouvelle fois, le faisant tomber tout en restant assis sur ses hanches. Je le regardais, je savais qu’il en avait envie, je savais que je pouvais le faire succomber. Mais il voulait lutter. Ma tête alla se nicher dans son cou, je sentis ses mains venir se poser dans mes cheveux. Il abandonnait déjà. Je me relevais, le forçais à enlever son T-shirt. Je plongeais mon regard dans le sien, je vis une larme coulait, cela me fit du mal.

- Tae… je ne vais pas te forcer.
- Je ne veux pas que tu t’arrêtes.

J’étais un peu surpris, mais je lui souriais tout de même. Descendant sur ses lèvres pour un baiser enflammé mais empli de mon amour pour lui. Je ne voulais pas m’éloigner de lui et lui non plus. Manquant d’air, on se détachait avant de finalement reprendre notre baiser. Mes hanches commencèrent à bouger d’elle-même, les siennes aussi. Le jean que ma mère m’avait offert, me faisait souffrir, bien trop serré pour contenir l’effet qu’il me faisait. Je quittais ses lèvres pour me nicher à nouveau dans son cou, je fus heureux de l’entendre soupirer mon prénom, gémir doucement. Mes mains parcouraient son corps. Un corps que je commençais à connaitre par cœur. Toujours occupé à mordre, aspirer sa peau, mes mains descendirent bien plus bas. Bien décidé à continuer ce que j’avais arrêté le jour de son départ. Je n’eus aucun mal à défaire les boutons de son pantalon. Je passais l’une de mes mains directement à l’intérieur, lui soutirant un gémissement de surprise. Souriant tout contre sa peau, je malaxais son membre déjà bien réveillé. Je finis par le quitter et descendre son pantalon, et son boxer avec. Il était nu, devant moi. Il était tout à moi et il était magnifique. Je le regardais, je retraçais toutes les parties de son corps avec mes mains avant de m’arrêter sur l’objet de mes désirs. Tout en empoignant son membre, je plongeais mon regard dans le sien. J’aimais voir ce sentiment de soumission, ce désir que je lisais dans ses yeux. Je commençais de lent va et vient, admirant les expressions qu’il prenait. J’aimais savoir que je lui faisais du bien. Il était ailleurs, bien trop ailleurs pour se rendre compte que j’avais bougé. Mes yeux se plantèrent sur ce que j’avais dans les mains, et sans qu’il ne s’y attende, ma bouche se referma sur son membre. Sa respiration s’accélérait de plus en plus. Je faisais tout mon possible pour qu’il ressente le plus de plaisir. Léchant, mordant par moment. Sa tête bascula en arrière. Sa main dans mes cheveux me poussant un peu plus à approfondir mon toucher. Je finis par me relever. J’enlevais moi-même mes vêtements. J’étais maintenant aussi nu que lui. Je me laissais glisser tout contre lui, gémissant lorsque nos deux érections se touchèrent. Il prit ma bouche un peu plus sauvagement, je le laissais faire. Nos langues s’entremêlant, se caressant, jouant ensemble dans un balai connu de nous. Mais j’avais besoin de plus. Taehyeong voulut se relever, mais je l’en empêchais, je me remis assis sur ses hanches, avant de me relever un moment. Tenant son membre, je m’empalais brutalement dessus. Mon expression ne put cacher la douleur que je ressentis sur le coup, mais sa main caressant mon visage me rassurait. Prenant appui sur son torse, je commençais à monter et descendre. D’abord lentement, ses mains sur mes hanches m’aidèrent à aller plus vite. Mes mouvements devenaient de plus en plus désordonnés au fur et à mesure qu’il touchait un point sensible. Il avait pris mon membre d’une main et essayait de calquer son rythme au mien. Je n’en pouvais plus, ma respiration était saccadée, des gouttes de sueur glissaient tout doucement le long de mon dos. Je sentais que je n’allais pas tarder à venir, et lui aussi. Notre rythme s’accéléra encore. Je me libérais alors entre nos deux corps, c’était trop pour moi. Il s’était un peu relever et ma bouche trouvait la sienne pour un baiser langoureux. Quelque va et viens plus tard, il se répandit lui aussi. J’étais heureux, je souriais bêtement tout en me laissant tomber tout contre lui. On resta là, le temps de reprendre notre souffle. Je finis par me lever, lui tendant la main pour qu’on aille se laver ensemble. En revenant dans la chambre, il prit place sur le bord du lit comme très tôt ce matin. Je venais m’accroupir face à lui.

- Tu savais que j’étais faible face à toi, que je n’aurais pas résisté. Mais, on ne pourra pas éviter cette conversation indéfiniment.
- Je sais. C’est simplement que j’ai eu peur. Peur que tu ne veuilles plus de moi alors j’ai rien trouvé de mieux à faire.
- Jimin, je t’aime. C’est un fait.
- Je le sais.
- Mais moi, je ne connais pas tes sentiments.
- Je n’arrive pas à parler de mes sentiments.
- Même pour moi. Je ne dis rien, il me poussa légèrement et se releva pour sortir de la pièce. Je me relevais alors, prenant une grande bouffée d’air.
- La première fois que je t’ai rencontré, je venais d’arriver dans cette école. Je ne voulais avoir affaire à personne. Mais vous avez voulu devenir ami avec moi. Tu étais tout le temps à côté de moi, mon cœur battait un peu plus vite quand tu étais là, mais je ne voulais pas en prendre conscience. La fois, où j’ai fui la salle de classe, je te voyais me regarder dans le couloir d’en face. J’étais gêné par ton regard, tu semblais me sonder. Et puis, tu es devenu mon sauveur en me refilant des notes en secret. Mais au bout d’une semaine, j’avais découvert que c’était toi. Mais j’ai fait comme-ci je ne savais pas. Pour garder ce lien spécial avec toi. Avant mon accident, tu ne voulais plus me parler. Je ne mettais jamais senti aussi mal. J’avais envie de pleurer, j’avais cette boule qui ne quittait pas ma gorge. Tu étais toujours là quand j’en avais besoin, quand Kann s’en prenait à moi. Et après l’accident, tu étais le seul à pouvoir me toucher, le seul à pouvoir me faire ressentir quelque chose. Alors j’ai cru que c’était pour ça que j’avais besoin de toi. Mais encore une fois, je me trompais, je me trompais sur toute la ligne. Je n’ai pas su voir que depuis le début, ça avait toujours été pour toi que j’avais des sentiments. Taehyeong, je t’aime. Et je n’aimerai jamais personne comme je t’aime, toi. Il s’était retourné et s’était approché.
- Redis-le.
- Je t’aime, je t’aime toi et seulement toi. Je lui avais dit en le regardant droit dans les yeux.
- Ce n’est pas une plaisanterie ?
- Pas cette fois.

Il m’attira à lui, me serrant tout contre lui. Je resserrais moi-même mes bras contre lui. Je souriais comme un imbécile. J’avais laissé parler mon cœur et j’en étais plus qu’heureux. Il prit mes lèvres contre les siennes une fois de plus et me fit reculer. Je tombais sur le lit. Je le regardais alors en souriant.

- Taehyeong, tu crois faire quoi là ?
- Je vais te montrer mon amour.
- T’es pas sérieux. On vient de prendre notre douche.
- Tu t’es occupé de moi, à moi de te rendre l’appareil.
- En fait, j’avais raison, tu ne penses qu’à ça.
- Il ne fallait pas me faire une déclaration pareille.
- Je peux retirer mes mots si tu le souhaites.
- Jamais. Je t’aime

Il ne me laissa pas le temps de répondre, je souriais contre ses lèvres. J’entendis la porte d’entrée claquer. Les autres étaient de retour, et j’espérais qu’aucun d’eux n’aurait la bonne idée de venir voir dans notre chambre. Pas sûr que Tae accepterait de se faire déranger. Enfin, maintenant tout aller bien, il ne me restait plus qu’une chose à accomplir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/02/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Ven 28 Fév - 20:13

J'ai pas remarqué que c'était déjà presque la fin O.O Plus que deux chapitres et c'est terminé T.T Tout ce V-Min c'est presque trop beau pour être vrai *o* J'étais trop contente que Jimin les ai finalement rejoint à la fête (parce que Namjun et Jin quand meme faut pas les oublier T.T et puis Mr Ming et sa maman c'est des anges !) et que finalement Yoongi a compris qu'il devait laisser le temps à Jimin de revenir vers lui progressivement de lui meme. J'ai presque eu peur qu'il y ait encore un problème entre Tae et Minnie mais finalement tout est bien qui finit bien :3 (il reste plus que Jong Kook et Sung Hee XD mais je me fais pas d'illusions).
Je sais pas si j'ai oublié quelque chose o.o Enfin bref, j'ai hâte de voir comment ça va se terminer :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladyfolio.tumblr.com/
Shinnie
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Ven 7 Mar - 15:10

Voici les deux derniers chapitres ^^

The life is always complicated


Avouer ses sentiments






On resta dans la chambre. Taehyeong s’était bien rendu compte que les autres étaient là, mais il s’en fichait vraiment. Même des coups timides donnaient à la porte ne l’arrêtèrent pas. Je n’avais fait qu’essayer de retenir mes gémissements, mes cris, sous ses assauts. On en avait fini depuis un moment maintenant, mais aucun de nous deux ne voulait bouger. Il s’était laissé tomber sur moi, sa tête reposait sur mon torse. Ma main dans ses cheveux bougeait doucement, tandis que j’avais la tête un peu ailleurs. Mon sourire ne me quittait pas, et je savais que c’était la même chose pour lui. Mais plus le temps passait, et plus je le sentais s’endormir contre moi. Je le laissais faire, il me semblait très fatigué aujourd’hui. Cela me permit de réfléchir un peu à ce qu’était devenue ma vie depuis que j’avais rencontré les garçons. Enfin, le temps passait et il fallait bien que l’on sorte de cette chambre. Bougeant alors, je le réveillais de son sommeil pour l’attirer une fois de plus dans la douche. On remit cependant les mêmes vêtements. Prenant mon souffle, je descendais, Taehyeong me tenant par les hanches, pour rester le plus proche. On arriva dans le salon où étaient assis tous les autres. Ils avaient tous baissé la tête à notre arrivée, à part Jungkook. Sunghee, elle, semblait particulièrement gêné. Et pour le coup, je le sentais vraiment très mal là. Je m’arrêtais debout devant eux, Tae était toujours dans mon dos et avait posé sa tête sur mon épaule.

- Qu’est-ce qui se passe ? ne puis-je m’empêcher de demander.
- Et bien, ça va mieux entre vous deux comparé à ce matin.
- Quelque petite chose à éclaircir. Répondit simplement Taehyeong.
- Donc vous avez pu tout mettre au clair, et ça c’est très bien fini.
- Jungkook arrête de tourner autour du pot, et arrêtez de baisser la tête. On a été un peu bruyant et on s’en excuse. Gros blanc. Bon, ben on va sortir avec Tae, puisque vous n’êtes pas capable de passer sur votre gêne.
- C’est que tu cris fort Jiminnie. Bien plus que quand…. Hoseok où l’art de foutre la honte à quelqu’un en quelques secondes. La prise de Tae autour de moi se raffermit.
- On pourrait peut-être passer à autre chose ?
- La raison de la tête que tu faisais ce matin ?
- C’est une blague, tu crois quand même pas que je vais le dire.
- On est tes meilleurs amis, on est tous une famille ici. Non ? Dit alors Hoseok.
- Je peux leur dire si tu n’as pas envie. J’avais posé ma main sur celle de Taehyeong, toujours autour de moi. Il me souffla un faible « si tu le veux ». Disons que lorsque notre relation a commencé avec Taehyeong, je n’ai pas fait les choses comme il le fallait.
- Pas étonnant venant de toi. T’es un cas social quand il s’agit de sentiments.
- Si on part et que vous restez sur votre faim, vous pourrez toujours vous en prendre à Jungkook. Celui-ci reçu une claque à l’arrière de la tête de la part de Sunghee. Je souriais avant de reprendre. Disons juste que je voulais tenter quelque chose avec lui, mais il n’y avait jamais été question de sentiments. C’était ma plus grande erreur. Je vous passe les détails, mais on va dire que Tae était arrivé à la conclusion que je ne l’aimais peut-être pas.
- Alors que ça crevait les yeux que tu étais éperdument amoureux de lui.
- Ben voilà, vous avez gagné, je dirais plus rien.
- Jungkook, t’es vraiment insupportable.
- Pas ma faute, faut toujours que je donne mon avis sur tout.

On riait fortement, et je finis par me laisser tomber sur le sol, entrainant Taehyeong, qui ne semblait pas déterminer à me lâcher. Pas que cela me gênait, pour tout dire, je ne m’étais jamais senti aussi bien de tout ma vie. Entouré de mes amis et de la personne que j’aime le plus. Le sourire débile qui trainait sur mes lèvres en était la preuve. On finit par parler de tout et de rien. D’organiser un peu les jours que l’on allait passer ensemble. Savoir quels lieux on allait pouvoir visiter. Tout plein de chose, en précisant bien qu’on profiterait au maximum de notre sommeil tout de même. D’ailleurs, il fallait désigner ceux qui allaient préparer de dîner pour tout le monde. Et étant donné que Tae s’était endormi dans mon dos, il était déjà hors-jeu. On jouait donc ses places au pierre-papier-ciseaux. Je me retrouvais donc, en compagnie de Jin, Sunghee et Yoongi dans la cuisine. Je demandais à Jungkook et Hoseok de prendre Tae pour le mettre dans le canapé. J’étais presque sûr que cet imbécile avait passé tellement la nuit à réfléchir, qu’il était mort de fatigue maintenant. On se concertait pour notre part dans la cuisine, pour trouver de quoi faire à manger pour tous les ventres sur pattes qui nous servaient d’amis. On optait pour une soupe, il y avait des ramens pour ce qu’il le voudrait. Du bulgogi et bien évidemment du kimchi. Il ne restait plus qu’à se mettre au travail. Et c’est en chantant, fredonnant des chansons qu’on prépara le diner. Dans la pièce d’à côté, ils semblaient aussi s’amuser, je me demandais donc ce qu’il pouvait faire. Notre tâche fini, on retournait dans le salon. Jungkook, Namjun et Hoseok pouffait en silence, de manière très peu discrète. Me retournant vers Taehyeong dans le canapé, j’étouffais un petit cri indigné, tout en me retournant vers les trois imbéciles qui me servaient d’amis.

- Non mais vous êtes de vrais gamins. Je suis vraiment déçu par toi Namjun. Tu t’es laissé entrainer par eux. J’allais alors réveiller tout doucement Taehyeong.
- T’arriveras pas à le réveiller, du moins pas comme ça. Tournant la tête vers Jungkook, je lui souriais.
- C’est mal me connaitre. J’ai pas besoin d’y aller fort pour le réveiller.

Je m’agenouillais et rapprocha ma tête de l’oreille de l’endormi, lui soufflant des paroles qui je sais le réveillerait. J’eus raison, il ouvrit les yeux et tomba directement dans mon regard. Je lui souriais, toutes dents dehors. Il s’avança alors vers moi, pour emprisonner mes lèvres entre les siennes. Laissant une trace de rouge à lèvres après son passage. S’en rendant compte, il me regarda bizarrement, je me relevais simplement en lui tendant la main. Je l’entrainais avec moi vers la salle de bain pour enlever tout le maquillage qu’ils lui avaient mis. Tout en lui expliquant bien sûr qui était à l’origine de cela. Je pouvais voir la lueur de vengeance qui passa dans ses yeux à cet instant. La semaine promettait d’être très amusante. On redescendit, au passage, il donna une claque à l’arrière de la tête de ses trois agresseurs, avant qu’on n’aille manger. On prit tous place et mon regard s’attarda sur la table. Je photographiais cet instant. Je me sentais bien et intérieurement je priais pour que rien ne change. Je jetais un regard à Jin qui faisait des reproches à Namjun. Je regardais Hoseok qui se prenait des coups de la part de Yoongi, parce qu’il bougeait un peu trop. Je regardais Jungkook qui avait l’air hypnotisé par Sunghee. Mon sourire ne faisait que s’agrandir face à cela. Je sentis une main prendre la mienne, je tournais la tête vers Taehyeong. Le repas commença, bien évidemment, Jungkook et Hoseok racontèrent toute sorte de blague, nous faisant rire. Plusieurs manquèrent de s’étouffer à plusieurs reprises. Enfin, on passait une très bonne soirée. Et une fois le repas fini, on laissa le soin à ceux qui n’avaient rien fait pour le moment, de faire la vaisselle. Moi, je me rendis dans le salon et me laissa glisser sur le sol.

- Je peux prendre place à côté de toi ? Levant les yeux, je croisais ceux de Yoongi.
- Oui, le sol n’est pas à moi tu sais.
- Tu m’as l’air particulièrement heureux. Ça me rassure.
- Ah ? Pourquoi cela ?
- J’ai eu peur qu’à cause de ton agression et de ce qu’on avait fait, tu ne sombre définitivement.
- J’imagine que je n’aurais jamais pu atteindre le fond. Jungkook m’aurait surement tué si cela avait été le cas. Enfin, tout cela c’est du passé.
- Oui. Un silence prit place avant qu’il ne le brise de nouveau. Minnie, je n’ai pas eu l’occasion de te présenter à mes parents, et cela me tiens particulièrement à cœur. Alors je me demandais si …
- J’imagine que cela peut se faire. Et puis, je n’ai jamais eu l’occasion de les avoir remercié moi-même pour ce qu’ils ont fait pour moi. Il me fit un grand sourire.

On arrêta là la conversation car les autres étaient revenus. Taehyeong prenant place derrière moi, à croire que c’était devenu son emplacement favori. Namjun prit l’initiative de mettre un film, et le connaissant, cela ne pouvait être qu’un film d’action. Et je ne me trompais pas. Je souriais à la tête que faisait Jin. Lui qui préférait plus les films avec une véritable histoire, et plutôt romantique. Avec son amour, il allait être perdu. Enfin, je me concentrais sur le film. Chose assez difficile à faire étant donné que les mains de Taehyeong caressaient mon bas-ventre. Je ne sais pas si c’était inconscient ou volontaire, mais autant dire que cela ne m’aidait pas. Je posais alors ma main pour qu’il arrête, cela le fit sourire. Sournois comme il l’était, il était parfaitement conscient de ce qu’il faisait. Je lui donnais un léger coup de coude, avant de me plonger dans le film. Une fois fait, je ne voyais plus ce qui se passait autour de moi. Et quand le dit film fut fini, je fus même surpris de voir que personne ne bougeait. Et pour cause, il s’était tous endormi. Me levant, j’allumais la lumière et tombait sur une image très particulière. Prenant mon portable, j’immortalisais ce moment avant de tous les réveiller. Je n’eus rien à faire pour Tae, étant donné qu’il avait ouvert les yeux à l’instant même où j’avais quitté ses bras. On montait alors tous et je souhaitais une bonne nuit à tout le monde avant d’aller m’affaler sur mon lit. En position étoile, je n’avais pas du tout envie de bouger, mais c’était sans compter Taehyeong qui se laissa tomber sur moi, m’écrasant de tout son poids. Cela l’amusait en plus. Je me retournais avec un peu de mal, et il se mit au-dessus de moi. On se regardait dans les yeux, et tout ce que je pouvais y voir c’était l’amour qu’il me portait. Je lui soufflais alors que je l’aimais, avant de l’attirer à moi pour qu’il me serve d’ours en peluche. Il ne pouvait plus bouger, je le tenais avec mes bras et mes jambes. Et c’est comme cela que je m’endormais.

Les jours qui suivirent, furent riche en émotion. On passait toutes nos journées tous ensemble. La vengeance de Taehyeong ne s’était vraiment pas fait attendre. Un jour après l’incident, Hoseok nous avait rejoints les cheveux d’un vert très … vert. Taehyeong avait remplacé son soin capillaire, étant donné qu’il le laissait agir un moment, la couleur avait eu le temps de prendre. Mais bon, encore heureux que ce n’était pas une couleur permanente, bien qu’elle avait du mal à partir. Il avait quand même dû sortir avec nous et avait tenté de cacher ses cheveux, sans vraiment réussir. C’est donc sous le rire moqueur de tout le monde qu’il marchait avec nous, après avoir presque supplié Yoongi de rester avec lui à la maison. Enfin, personne n’était dupe, et tout le monde savait que ce n’était que le début. On pouvait alors voir Namjun et Jungkook toujours sur leur garde. Faisant gouter ou tester tout ce qu’il avait en main à quelqu’un avant. Mais Taehyeong était bien plus intelligent qu’il n’y paraissait, et il avait décidé de ne pas s’en prendre à eux, tous en même temps. On rentra alors à la maison, Hoseok était parti se rincer les cheveux encore une fois, avec l’aide de Yoongi.

- T’y es allé franchement fort avec la coloration.
- Oui, mais je ne pensais pas vraiment qu’elle aurait autant pris vu ses cheveux sombres. Enfin, ce n’est pas une couleur qui va durer longtemps. Demain, tout sera revenu à la normal. Mais au moins, on a pu avoir un bon souvenir de sa tête en sortant de la salle de bain. Dit-il alors en tenant son appareil photo.
- Qui aurait cru que tu pouvais être rancunier. J’ai intérêt à faire attention alors.
- Mais dans ton cas Jimin chéri, j’ai déjà une bonne idée de comment te punir, et même toi, tu y trouveras du plaisir.
- Ça suffit, j’en ai assez entendu. Il y a des oreilles chastes ici.
- Jungkook, arrête de dire des bêtises et puis, qui sait ce qui pourrait te tomber dessus toi.
- Je reste tranquille promis. On éclatait tous de rire. Sinon, on commande à manger aujourd’hui ?
- Pourquoi pas, je connais un bon restaurant, proposa alors Sunghee.
- Ok. On n’eut même pas la peine de réagir, Jungkook avait déjà dit oui à notre place.
- Alors, on va faire quoi ce soir ? Parce qu’apparemment les films ce n’est pas votre fort. Vu comment vous vous êtes endormi hier.
- Pourquoi pas une petite promenade. Tu sais Minnie, comme on avait l’habitude d’en faire. Je regardais Jin qui venait de prendre la parole.
- Oh, oui. Ça fait longtemps en plus, et ça nous permettra de dépenser tout ce qu’on a mangé.
- Et bien va pour la promenade, finit Tae.

Hoseok avait perdu un peu de la couleur bizarre, mais boudait toujours. On leur annonçait alors notre plan pour la soirée, on le vit soupirer mais cela nous fit plus rire qu’autre chose. Tout le monde prit place, en rond, sur le sol pour parler. Je leur faisais signe que je devais passer un appel. Je sortis alors de la maison pour marcher sur l’herbe du jardin. Composant le numéro de ma mère. Je l’appelais pour lui demander si tout allait bien, comme allait mon futur beau-père. Leur demander s’ils avaient passé de bonne fête. On parla pendant un bon moment, je ne sais plus vraiment combien de temps, mais cela me fit grandement plaisir. Elle eut du mal à raccrocher et ce fut pareil de mon côté. Rangeant mon téléphone, je levais les yeux au ciel. La lune était resplendissante ce soir, j’avais presque l’impression qu’elle paraissait plus proche que d’habitude. Je restais donc là à la regarder, lorsque mon téléphone se mit à sonner. Je répondis par automatisme, ne faisant pas vraiment attention au numéro qui s’affichait.

- Tu comptes prendre racine dans ce jardin ? Bien que te voir éclairer par cette belle lune, soit un beau spectacle, je commence à avoir froid moi.
- Dis-moi Tae. Tu sais que copier c’est pas du tout original. Je me retournais, m’attendant à le retrouver derrière moi, mais ce ne fut pas le cas.
- Tu ne croyais quand même pas que je serais aussi bête ?
- Et bien…
- Yah… Park Jimin, chercherais-tu à te faire punir ?
- Je n’oserai pas. Il m’enlaça à ce moment-là.
- Tes parents vont bien ?
- Oui, beaucoup. D’ailleurs, il te passe le bonsoir. Ils sont pressé de te revoir, peut-être même plus que de me revoir moi.
- Que veux-tu, j’ai un charme qui pourrait faire succomber n’importe qui. Tes parents n’y ont pas échappé.
- Malheureusement. Je reçus une petite tape, ce qui ne fit que me faire rire encore plus. Tiens, le livreur arrive, je vais prendre la commande.

Commande en main, on repartit vers la maison. Tout le monde était toujours à sa place, je plaçais alors le repas au centre pour que l’on se serve. Il n’en fallu pas plus pour que les plus grands mangeurs se jettent sur la nourriture. Moi, je les regardais faire en essayant de manger un peu avant que tout ne parte. L’ambiance était enfantine, je m’étonnais moi-même qu’on ne se lasse pas de nos moments passés ensemble. Enfin, l’heure de la promenade arriva, et c’est avec l’aide de tout le monde, qu’on dût tirer Namjun et Hoseok pour qu’il accepte de venir avec nous. Ils boudaient tous les deux, et marchaient tout derrière, mais au moins, ils étaient là. Moi, je marchais à côté de Sunghee, je pouvais presque sentir, le regard de Jungkook posait sur nous. Mais le plus étonnant, c’était les petits regards qu’elle jetait en arrière. Et bien, comme quoi, mon intuition ne me trompait jamais. La prenant par la main, je me mis à courir tout en riant, j’étais fort à la course et elle se débrouillait pas trop mal. Et connaissant ce quartier mieux que les deux qui nous poursuivait, on les distança très rapidement. À bout de souffle, on s’arrête pour respirer et ralentir les battements de notre cœur. Je levais ensuite les yeux vers elle, elle fit de même et on s’écroulait mort de rire.

- Pourquoi avoir voulu leur échapper ?
- Disons, que je voulais avoir une discussion avec toi, mais qu’il y avait un peu trop d’oreille pour écouter.
- Ah ? Et pour parler de quoi ?
- Dis-moi, comment tu trouves Jungkook ?
- Jungkook ? Elle semblait surprise mais se reprit bien vite. Et bien… euh… il est marrant.
- Mais encore ?
- Euh …. Elle avait du mal, et cela ne faisait que me faire un peu plus rire.
- Dis-moi, tu n’aurais pas un petit faible pour lui par hasard ?
- Mais non !!!
- Tu sais, tu peux tout me dire à moi.
- Non… enfin c’est compliqué. Tu sais, sans toi, il ne m’aurait surement jamais remarqué.
- Mais qu’est-ce que tu racontes ?
- On va dire que j’ai une petite amourette pour lui depuis son entrée à l’école. Il ne m’a jamais remarqué mais j’étais toujours là. Je n’ai jamais tenté d’approche, après tout ils étaient tous les trois intouchable. Et puis, toi, tu es arrivé, et ils ont commencé à changer. Et avec ton accident, on s’est rapproché pour te soutenir. Avoir son amitié est déjà beaucoup.
- Mais pourquoi ne pas tenter ta chance ?
- Oh, je ne pense pas être son style de fille.
- Si seulement tu savais, marmonnais-je plus pour moi-même. Elle ne sembla pas comprendre heureusement. Aller savoir. Enfin, je suis content que tu ais accepté de partager avec moi.
- Mais dis-moi pourquoi cette question soudaine ? Ça se voit tant que ça ?
- Disons que j’ai des yeux très observateurs, je dois être le seul à avoir remarqué.
- Tu ne leur diras rien, n’est-ce pas ?
- Bien sûr que non. Je ne vais que tout mettre en œuvre pour que vous ouvriez les yeux tous les deux. Rajoutais-je mentalement en lui souriant. On ferait mieux d’aller les rejoindre.
- Tu penses pouvoir les trouver ?
- Oui, puisqu’ils sont accompagné de mes meilleurs amis.

On prit alors le chemin inverse, tout en prenant notre temps. On traversa de nombreuses ruelles avant d’atterrir à l’entrée d’un parc. J’entendais déjà les cris d’Hoseok d’où j’étais et les rire de Jin. On avança alors et lorsque nos silhouette se firent voir, Taehyeong se mit tout de suite à courir dans notre direction. Je pus voir du coin de l’œil, Jungkook hésitait à faire de même. Il resta finalement là où il était. J’allais avoir pas mal de travail. Enfin, j’acceptais le câlin de mon petit ami avant qu’on aille rejoindre les autres. Ils nous posèrent des questions, mais je restais évasif, leur expliquant que sur le coup, j’avais trouvé ça marrant. Il valait mieux ne pas attirer les curieux tout de suite. On resta dans le parc à parler de tout et de rien. Jin et Yoongi racontant des anecdotes, je me levais à ce moment-là pour me rendre vers un arbre, qui était toujours là après tout ce temps. Tae me suivait, je le savais mais je fis comme-ci il n’était pas là. Passant mes mains sur le dit-arbre, je retrouvais l’inscription qu’on avait taillée dedans. « Jimin&Yoongi pour toujours » Dessous, on avait ajouté un « + Jin&Namjun ». Je souriais en repensant à ce jour, on était en plein hiver et on avait passé du temps à tailler de façon compréhensible dans l’arbre.

- Vous étiez vraiment très proche.
- Oui, on était une famille après tout.
- Je parlais de Yoongi et toi.
- Oh… oui. Quand on connait une personne depuis son plus jeune âge, c’est normal. Et puis, c’est ici que l’on s’est rencontré. C’est un lieu symbolique.
- Oh…
- Mais j’en ai encore plus avec toi.
- Ah bon ?
- Oui, l’école regorge de lieux symboliques de toi et moi. Je me rappelle de chaque moment qu’on a passé ensemble, enfin faudra bien que je les oublie un jour, sinon ma tête va exploser.
- Moi, je préfère que tu gardes en mémoire tout ce qui te rattache à moi.
- Cela ne m’étonne qu’à moitié.

Je lui volais un baiser, avant de lui prendre la main pour que l’on rejoigne les autres. On resta un moment encore dans le parc avant de reprendre le chemin vers la maison. Enfin, c’était surtout une course, parce que tout le monde allait se disputer la place dans la salle de bain. Bon, il y en avait deux, mais on était quand même bien nombreux. Enfin, le plus, était qu’on était en majorité en couple alors on pouvait bien prendre la douche à deux. Mais c’était sans compter le caractère de certain. Namjun refusait de prendre sa douche avec Jin, parce que celui-ci avait un peu tendance à oublier qu’ils prenaient avant tout une douche. Yoongi refusait pour les mêmes raisons. Dans mon cas, cela ne me posait aucun problème, avec Taehyeong, on savait encore avoir une certaine retenue. Alors, les premières arrivées prirent possession de la salle de bain. Moi, je rejoignais la chambre pour préparer mes affaires et attendre mon tour. Allongé sur le dos, je fermais un instant les yeux. Taehyeong entra à son tour et prépara ses affaires. Je sentais son regard sur moi, il s’assit sur le bout du lit et se laissa tomber en arrière, sa tête reposant sur mon ventre. J’ouvrais alors les yeux, et l’une de mes mains alla élire domicile dans ses cheveux tandis que l’autre jouait avec le collier qu’il m’avait offert. On était tous les deux perdu dans nos pensées, des coups à la porte et une voix nous annonçant que la salle de bain était disponible, nous fit sortir de notre rêverie. Je me relevais et l’entraina avec moi. La douche fut un peu plus longue que prévu, Taehyeong s’amusant à trouver mes points faibles, on rejoignit ensuite la chambre. Je lâchais, ou plutôt criais, une bonne nuit à tout le monde avant d’entrer dans ma chambre.

Le reste de la semaine passa assez rapidement. Et j’ai bien eu l’impression que l’on n’avait pas pu profiter au maximum du temps avec Jin et Namjun. On devait déjà rentré. Enfin, la seule chose qui m’avait rassuré c’était le rapprochement entre Jungkook et Sunghee. Bien qu’aucun des deux ne semblait décider à se jeter à l’eau. Et puis, on avait pu assister aux vengeances de Taehyeong. Namjun avait baissé sa garde, résultat, il s’était retrouvé collé à la chaise de la cuisine qu’il occupait le matin, et cela pendant trois bonnes heures. Le pauvre n’avait pas prévu que personne n’allait se réveiller tôt après la soirée qu’on avait passé la veille. Et Taehyeong avait bien conscience de cela. Et il avait été dans l’incapacité de se retirer de son vêtement pour s’extirper. Autant dire qu’on a été vite fait réveillé. C’était d’ailleurs bien la première fois que quelqu’un tentait quelque chose contre lui. Même moi qui connaissais Namjun depuis longtemps, je n’avais jamais osé lui faire une de mes farces. Le seul qui en bénéficiait était Yoongi. Pour Jungkook, je n’en pouvais plus tellement je riais. C’était la veille de notre départ, enfin retour à la maison. Lors d’une de nos soirées, Taehyeong avait déjà prévu sa vengeance contre son meilleur ami. Il avait fait appel à une des personnes que l’on avait rencontré et qui été pour. Alors lorsqu’on était sorti, le garçon nous avait suivi partout, enfin surtout Jungkook. Il faisait exprès de le frôler, le toucher. Et arrivé le soir, en boite, celui-ci l’avait dragué sans se cacher, et autant dire qu’il y était allé cash. Jungkook en a été tétanisé le pauvre, et on a pu immortaliser ce petit moment. Avant de lui venir en aide. Le pauvre, presque violé sur place. Au moins, les garçons avaient bien appris la leçon. Et ils savaient qu’il ne fallait pas s’en prendre à Taehyeong, ou si on le faisait, fallait pas se faire attraper. C’est donc des souvenirs pleins la tête, qu’on quittait la petite maison qui était notre, pendant cette petite semaine. Ah oui, j’oubliais même les moqueries que j’avais reçues à chaque fois qu’on sortait. Autant dire que les vêtements de ma mère avait fait l’effet escompter. J’avais trop honte. Enfin, aujourd’hui était le jour des « au revoir ». J’étais dans les bras de Jin et je ne voulais pas le lâcher. Dire que je ne les verrai qu’aux prochaines vacances, cela me paraissait bien loin. Trop même. Enfin, je m’étais promis qu’il n’y aurait pas de larme, alors je me suis retenu du mieux que je pouvais. Je pris place dans la voiture à côté de Taehyeong. On fut les derniers à partir. Pendant le voyage, je me laissais tomber sur ses jambes et fermais les yeux. Ça passait souvent mieux les voyages lorsque je dormais. On arrivait presque chez moi, lorsque je reçu un message de Jungkook, qui demandait si on pouvait se rejoindre le soir même au café. Je lui répondis positivement. Descendant de la voiture, je pris ma valise et Tae la sienne. On entra et je vis une ombre passait devant moi.

- C’est sympa maman de m’ignorer pour prendre mon petit-ami dans tes bras. Dis-je en boudant en reconnaissant ma mère.
- Que veux-tu, tu ne prends pas assez soin de lui alors faut que je le réconforte.
- Comment ça ? Je prends soin de lui, même plus que bien.
- Te connaissant, j’ai des doutes.
- Mais …
- Ne vous inquiétez pas madame Park. Jimin est un ange, et il s’est très bien s’occuper de moi. Je ne peux en être plus heureux.
- Et bien, enfin, je suis content qu’il pense à quelqu’un d’autre que lui.
- Maman !!!! Taehyeong éclatait de rire, tandis que ma mère l’attirait dans le salon. Décidément rien ne changera jamais avec elle. Je les suivais cependant et alla dire bonjour à monsieur Ming.
- Taehyeong, j’espère que vous resterez chez nous ce soir ?
- Maman, ses parents l’ont pas vu pendant une semaine, tu ne penses pas que…
- Bien évidemment.

Je préférais abandonner. À croire qu’il s’était bien trouvé tous les deux et qu’ils se jouaient de moi en plus. Enfin, ne faisant plus attention à eux, je remontais nos deux valises dans ma chambre. Étant donné que monsieur était trop occupé à parler avec ma mère. En redescendant, je me mis debout à côté de Monsieur Ming à les regarder parler. Désespérant, que devais-je faire avec ces deux-là ? Enfin, cela ne me gênait pas. Le fait que Taehyeong s’entende avec ma mère était une très bonne chose, mais bon, je me sentais délaisser là. Autant par ma mère que mon petit-ami. Et non, ce n’était pas de la jalousie. Je lâchais un soupir et regarda l’heure. Jungkook devait surement déjà nous attendre.

- Si ça t’intéresse, je serais au café avec les autres. Dis-je en passant à côté de Tae. Pressant le pas, je quittais rapidement la maison.

Arrivé dehors cependant, je ralentissais. Respirant l’air de ce quartier que je n’avais plu vu depuis une semaine. Cela ramena mes pensées vers Jin et Namjun, ils me manquaient déjà ces deux-là. Une main prenant la mienne, me tira de ma rêverie.

- Jiminnie, serais-tu jaloux de ta propre mère ?
- Bien sûr que non !
- Et tu ne boudes pas ?
- Non.
- Mais oui, alors moi, je suis le père noël.
- Sérieux ? Je le voyais plus grand, gros et plus barbu surtout.
- Très marrant. Avoue que tu aimes quand je fais plus attention à toi qu’aux personnes qui me parlent.
- Non.
- Vraiment.
- Oui
- Vraiment.
- Pffff… tu m’énerve. Oui, je n’aime pas quand ma mère ou toi, vous me mettez de côté pour vous raconter, je ne sais quoi.
- On ne faisait que parler de toi. Elle me racontait quelque petite chose à savoir, des petites manies, ton caractère caché.
- Non…. Elle a pas osé. Je me retournais pour rentrer et dire deux trois choses à ma mère, mais il m’arrêta.
- Elle veut simplement s’assurer que je ne te ferais pas souffrir en te rejetant. Et puis, là on a du monde à voir.

Il me fit un grand sourire, et comme son sourire était plutôt communicatif, je souriais moi-même en me laissant tirer par lui. On arriva au café, Jungkook discutait avec Sunghee, j’arrêtais alors Taehyeong pour les observer. Ils formaient décidément un très beau couple et promis avant la rentrée, ils seront ensemble. Yoongi et Hoseok arrivant, on entra tous les quatre ensemble. On discutait encore. Je m’étonnais toujours du fait qu’on trouvait toujours des sujets de conversations alors qu’on venait de passer ses vacances tous ensembles. Et puis, on parlait un peu de ses deux semaines de cours préparatoire qu’on allait avoir avant la rentrée. Autant dire que ce n’était pas la chose la plus joyeuse qui soit. Mais bon, au moins, on allait pouvoir passer du temps ensemble. Deux heures plus tard, on quittait le café pour retourner chez nous. Taehyeong passa un coup de fil à ses parents avant que l’on ne rentre chez moi. Le repas fut très animé, ma mère arrivait encore à me surprendre. Et à ce que j’ai pu voir, la situation amusé énormément Monsieur Ming. Enfin, il fallait aller dormir car les cours préparatoires commençaient le lendemain.

Je commençais à fatiguer. Si Taehyeong n’était pas là pour me garder éveiller, j’aurais sombré depuis un moment maintenant. Lui et ma mère m’avait presque tiré du lit ce matin. Mais ce n’était pas non plus de ma faute, j’ai eu un mal terrible à m’endormir, je n’ai fait que tourner encore et encore. Avant que Taehyeong dérangé, ne finisse par m’emprisonner entre ses bras. Il s’était mis à me caresser les cheveux et je m’étais un peu calmé, pour finir par m’endormir. Enfin, on était en cours depuis 4h déjà et je n’en pouvais plus. La reprise était dure. Mais le pire, c’était que ce n’était pas encore la rentrée. La classe était presque vide et je ne pouvais m’empêcher de penser aux chanceux qui avaient trouvé une bonne excuse pour échapper au préparatoire. Enfin, c’était enfin la pause déjeuné. Je fus le premier à sortir de la salle et à m’affaler devant mon plateau repas. Je fus rejoins par Taehyeong, Jungkook, Sunghee, Hoseok et Yoongi qui avait aussi été transféré. On se changea les idées en parlant de tout et de rien. J’appelais Jin et Namjun qui était eux, encore en vacances. Et les quatre jours qui suivirent furent exactement la même chose. D’un monotone déconcertant. J’avais pu parler un peu avec Sunghee entre temps. J’avais essayé de lui faire comprendre que Jungkook n’était peut-être pas si insensible que cela à son charme. Mais elle, ne semblait pas me croire, s’en était presque désespérant. Il fallait vraiment que je mette tout en œuvre pour les réunir. Et puis fin stratège comme je le suis, ça n’allais pas être difficile. Il me restait encore une semaine et trois jours. C’était jouable, où je ne m’appelais pas Park Jimin. Enfin, j’avais quand même besoin d’aide, alors j’en parlais à Taehyeong, Yoongi et Hoseok, qui avaient enfin commencé à avoir des doutes pour ces deux-là. Le plan se mettait en place, maintenant fallait prier pour que ça marche.





link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Spirax' rel='stylesheet' type='text/css'>

The life is always complicated


Avouer ses sentiments






Il restait environ trois jours avant la rentrée. Et cela ne me faisait pas plus plaisir que cela. Les cours préparatoire n’avaient rien de très intéressant, mais je faisais un effort monstre pour me montrer à la hauteur. Etre paresseux ne me servirait à rien, et puis ma mère comptait sur moi pour rester parmi les meilleurs. Je suivais donc les cours du mieux que je pouvais tout en désespérant. La mission Jungkook-Sunghee n’avait toujours pas avancé, et autant dire que je commençais à trouver le temps long. Je passais la plupart de mes journées à tout mettre au point. J’allais tâter le terrain, parler avec Jungkook, à Sunghee, je leur demandais quand est-ce qu’il allait enfin sauter le pas. Et la réponse était toujours aussi déconcertante. « Mais tu t’imagines des choses, il n’y a que de l’amitié entre nous et ça me va parfaitement. » À croire qu’ils s’étaient donné le mot pour me sortir la même phrase à chaque fois. Les mêmes mots, la même expression. J’avais même commencé à penser qu’ils étaient tous les deux ensembles mais qu’ils me jouaient un mauvais tour. Ma réaction semblait amuser mon petit-ami et nos deux meilleurs amis. Eux aussi ne savait pas trop comment faire, il n’y avait que moi qui bougeait, eux se contentaient de regarder et de me conseiller. Là, j’étais sur le toit, en train de maugréer contre ces deux imbéciles qui étaient encore pire que Jin et Namjun. Avant qu’ils ne sortent ensemble grâce à moi.

- Encore seul à échafauder tes plans.
- Surtout en train de désespérer parce que je ne sais plus quoi faire de ces deux imbéciles.
- Hum…si j’étais toi, je me concentrais principalement sur Sunghee. Je connais Jungkook, il ne fera rien. Des bras m’entourèrent et une tête se posa sur mon épaule.
- Tae. Autant pour Jin et Namjun, ça a été une vraie partie de plaisir, mais pour ces deux-là…C’est deux cas désespéré.
- Mais tu es fort et déterminé alors tu vas continuer jusqu’à ce que tu arrives à tes fins.
- C’est comme ça que tu me vois ? Pourtant dans notre couple, c’est toi qui as dû persévérer pour arriver à tes fins.
- C’est vrai. Mais c’est parce que quand il s’agit de toi, t’es vraiment un imbécile aveugle.
- Ah ben merci, c’est vraiment sympa tout ça.
- Mais moi aussi, je t’aime.
- Bon, j’imagine que la pause est presque finie, et qu’il va falloir retourner en clase.
- Tu imagines bien, c’est pour ça que je suis venu te chercher.

Je me retournais en lui faisant la moue, et on descendit finalement main dans la main. Il avait réussi à me remonter le moral et me donnait un peu plus courage. Enfin, je me prenais surement la tête pour rien. Après tout, c’était leur histoire. Pas la mienne, et je n’avais peut-être pas à m’en mêler. Mais à les voir se tourner autour, à se jeter des regards en coin, où à être jaloux dès qu’une personne approchait de trop près l’autre. Ça commençait à me rendre malade. Et tout comme Jungkook m’avait aidé, je voulais lui venir en aide. Je m’intéressais très peu aux cours, tout ce que je voulais c’est que ça se termine, pour que je puisse parler avec Sunghee. Et je ne sais pas si quelqu’un m’avait entendu et a voulu faire preuve de gentillesse envers moi. Mais les deux heures de cours de l’après-midi furent annulés et je m’empressais de ranger mes affaires, avant de prendre Sunghee par le bras et de l’attirer avec moi. Je la jetais presque dans la voiture, avant de demander au chauffeur de partir. Bon ce n’était pas vraiment la meilleure façon d’agir, mais je voulais éviter que les garçons proposent qu’on se retrouve quelque part. Enfin, il fallait qu’on évite le café, et aussi ma maison car ils y viendraient surement. Je demandais alors à mon chauffeur de nous ramener chez Sunghee. Elle fut surprise, mais je ne m’en formalisais pas. Elle ouvrit et on monta dans sa chambre.

- Je peux savoir ce qui t’as pris ? Pourquoi avoir réagi de cette manière ?
- Je voulais juste parler avec toi, et sans que les autres ne soient là. Et je n’ai pas trouvait meilleur solution.
- Tu es vraiment quelqu’un de bizarre Jimin. Je devrais pourtant en avoir l’habitude.
- Je le sais bien mais c’est pour ça qu’on m’apprécie.
- Alors de quoi voulais-tu me parler ?
- Jungkook.
- Jimin….
- Non, je t’arrête tout de suite. C’est ma dernière tentative. Parce que personnellement, je commence à en avoir marre. Je ne supporte plus votre manière d’agir alors que c’est tellement évident. Je sais que tu l’as remarqué, tu es intelligente, comparé à lui.
- Vachement sympa.
- Enfin tu me comprends. Bref … Sunghee, je deviens sérieusement fou à cause de vous. Alors si vous ne vous décidez pas à vous m’être ensemble, je vais vous éviter comme la peste pour ne pas avoir à perdre la tête encore plus.
- Tu plaisante ?
- Non, j’aimerai bien, mais non.
- Mais Jimin….
- Enfin, j’ai fini ce que j’avais à dire alors je pars. À demain.

Je quittais sa chambre presqu’en courant, ne voulant pas lui laisser le temps de répliquer quoique ce soit. Bon, je devais avouer que ce n’était peut-être pas la meilleure tactique qui soit. Mais là, je ne voyais pas ce que je pouvais faire d’autre à part du chantage. Et oui, je pouvais être quelqu’un de très mauvais parfois. En sortant, je recevais un message de Taehyeong. « Oublie pas que tu passes la nuit chez moi ce soir. » Ah ben, heureusement qu’il était là parce qu’avec tout ça. J’avais vraiment complètement oublié moi. Bon, en même temps avec mon cerveau qui décidait de se rappeler que ceux qu’il voulait depuis quelque jour, je ne pouvais rien faire. Enfin, ça tombait plutôt bien que je sois chez Sunghee, puisqu’il n’habitait pas très loin. En sortant, je croisais Yoongi, raccompagné d’Hoseok, je leur fis un signe de la main avant de demander à mon chauffeur de me déposer chez Tae. Bon, j’avoue que je jouais un peu les paresseux, puisque j’aurai pu y aller à pied mais bon. Les cours me bouffaient toute mon énergie. J’arrivais donc chez Taehyeong, sans aucune affaire de préparer, enfin c’est pas vraiment le drame, j’avais toujours des vêtements à moi qui trainaient chez lui. Arrivé, je fus surpris de croisesr ses parents. Je les saluais poliment, leur parlais un peu pour savoir comme ils allaient, avant de rejoindre presqu’en courant la chambre de mon petit-ami. Quand j’arrivais, je ne fus à peine étonné de le retrouver étendu sur le dos. Je me laissais tomber à moitié sur lui et lui raconta un peu ma discussion avec Sunghee. Cela semblait l’amuser, et il y avait de quoi après tout.

Cela faisait deux jours que j’avais tenu cette discussion avec Sunghee, le lendemain serait le jour de la rentrée. Je n’avais parlé ni à elle, ni à Jungkook. Bien sûr, celui-ci ne comprenait pas pourquoi je l’évitais de cette manière, mais c’était une bonne chose. J’étais un maitre du chantage, et j’étais fière de moi. Le premier jour, Sunghee était folle de rage, elle avait voulu m’étriper sur place, je ne devais ma survie qu’à ma rapidité et à la bouille enfantine de mon petit-ami. Le deuxième jour, elle avait été complètement désespérée, tout en continuant de m’en vouloir. Aujourd’hui, elle était apparue à l’école avec un regard déterminé. Et je me sentais fière, j’allais finalement pas devenir fou. À la pause du matin, Jungkook était dans le couloir, parlant à Yoongi et Hoseok. Moi, je restais un peu plus loin à les observer, Taehyeong à mes côtés. Je vis Sunghee sortir de la salle et chercher quelqu’un des yeux, avant de les ancrer sur un grand brun qui ne la vit pas arriver. Sans plus attendre, elle s’avança face à lui et le retourna brusquement pour planter ses lèvres sur les siennes. Elle s’attendait surement à un refus mais je lus la surprise dans ses yeux avant qu’elle ne les ferme pour apprécier le baiser qu’ils partageaient. Moi, je sautais partout comme un fou, et dans mon élan, j’embrassais même Taehyeong à pleine bouche, ne faisant plus attention où l’on était. J’étais trop heureux, même plus qu’eux, enfin si c’était possible. Je pris alors la main de Tae pour rejoindre les autres.

- Alors, c’est qui qui avait raison ?
- ….
- Ne me remerciez surtout pas. Dire qu’il fallait que j’aille jusque-là pour que l’un de vous se décide. Mais, je suis quand même très fière de moi.
- Si tu m’évitais c’était à cause de ça ?
- Jungkook, ça faisait plus d’une semaine que je perdais la tête à cause de vous.
- Et c’est pas peu dire, on ne s’avait plus quoi en faire nous. Le pauvre Taehyeong a dû presque tout supporter seul. Dit Hoseok.
- Mais, j’ai enfin réussi. J’aurais jamais imaginer que Sunghee aurait été si directe, mais c’est pas plus mal. D’ailleurs tenait. Je pris une photo dans ma poche. Elle ne m’avait plus quitté depuis que je l’avais développé. Photo prise le soir où ils s’étaient tous endormi, et où Jungkook tenait fermement Sunghee dans ses bras.
- Comment tu l’as eu … enfin c’est pas important. Et puis tu sais, tu ne peux même pas imaginer la force qu’il m’a fallu pour faire cela.
- Et bien maintenant, on est une famille complète. Hoseok avait pris la parole, encore.
- Pas vraiment, je me retournais vers Yoongi qui avait parlé en même temps que moi. Je poursuivie cependant. Il nous manque deux personnes importantes pour que la famille soit complète.

Je soupirais tristement. Le fait de me rappeler cela, m’enlevait toute la joie que je ressentais à l’instant. Jin et Namjun était trop loin, et ils me manquaient. C’était un peu la maman et le papa de notre famille. On était des enfants un peu perdu sans eux. La sonnerie nous rappela cependant à l’ordre et c’est le moral plus bas qu’en début de journée que je rejoignais la salle. Le reste de la journée fut marqué par mon soudain mutisme. Les pauvres, je les faisais en voir de toutes les couleurs avec mon humeur tantôt excité, tantôt dépressif. Pire qu’un lunatique. Enfin, il fallait simplement que je parle à mes deux meilleurs amis ce soir en rentrant, et je suis sûr que ça ira mieux. J’étais donc plus que pressé de rentrer chez moi, j’embrassais à la va vite Tae, avant de rejoindre ma voiture. Arrivé à la maison, je me connectais et cherchais le pseudo de Jin. Déception en constant qu’il n’était pas connecté, surtout qu’il devait l’être. Je prenais mon téléphone pour l’appeler mais même chose. Alors soit il m’évitait, soit il n’était pas chez lui et il avait oublié son téléphone. Mais en appelant sur celui de Namjun, je ne reçus pas non plus de réponse. Ils étaient peut-être occupés et n’entendaient pas mon appel. Enfin, soufflant d’énervement, je me laissais tomber en arrière sur mon lit. Désespéré. Je descendais simplement pour l’heure du dîner, et l’humeur de mes parents contrastait étonnamment avec le mien. Il avait l’air vraiment très heureux. Pour une raison qu’il m’échappait bien évidemment. N’y tenant plus, j’osais les questionner.

- Qu’est-ce qui se passe ?
- Tu ne m’as pas l’air très bien mon chéri.
- Maman, n’évite pas ma question. Pourquoi vous êtes aussi heureux.
- On a une surprise pour toi.
- Ah ? Oui, on pouvait relever mon manque d’enthousiasme face à cette nouvelle. Mais pouvait-on m’en vouloir ?
- Mais tu ne l’auras que demain. Ah, ma curiosité pointait de nouveau le bout de son nez.
- Et pourquoi cela ?
- C’est une surprise.
- Sans blague.

Je ne préférais pas chercher plus et finissais simplement mon repas en silence. Je remontais ensuite dans ma chambre et appelait Taehyeong. J’avais besoin d’entendre sa voix. Elle savait m’apaiser dans les moments où cela était nécessaire. Et là, je n’arriverais pas à dormir tranquille tant que je ne lui aurais pas parlé. Composant son numéro, je fus heureux qu’il réponde à la première sonnerie. Je lui parlais de l’attitude bizarre de ma mère, de mes problèmes à joindre les deux imbéciles que l’on avait laissés derrière nous. Je lui disais qu’il me manquait, que ses bras me manquaient tout comme ces caresses. Il me proposa de me rejoindre à l’instant, et bien que sa proposition soit très intéressante, je refusais. Demain, on se verrait toute la journée, après tout, c’était le dernier jour de libre avant la rentrée de lundi. On se verrait toute la journée et j’en profiterais au maximum possible. C’est donc sur cette bonne résolution que je partis pour le pays du sommeil.

5h00. Voilà ce qu’affichait mon réveil. Et le pire, c’est que je ne pouvais pas me rendormir. Je sortais alors de la maison pour une petite course matinale. Après tout avec la journée spéciale cours d’hier, je n’ai pas pu le faire. Et puis, ça me faisait du bien de courir un peu. Et vu l’heure, je ne risquais pas de croiser quelqu’un. Je fis un tour de plus avant de rentrer à la maison. J’allais prendre une douche, sortais de la salle de bain les cheveux dégoulinant d’eau. Je descendais en bas pour prendre quelque chose à manger, avant de me poser dans le canapé pour terminer un livre que j’avais commencé avant mon départ pour les vacances. Regardant l’heure, je vis qu’il restait encore une bonne petite heure avant que je puisse aller réveiller mon beau dormeur. Je me laissais glisser sur le sol, me demandant bien comment allait se passer notre premier jour en classe entière. Après tout, tout le monde présent s’était déjà habitué au fait de me voir toujours très proche de Taehyeong. Mais qu’allait-il se passer avec les autres ? Seraient-ils tout aussi tolérant. Les garçons disaient que je m’inquiétais toujours pour rien, mais moi, je suis désolé, je n’avais pas l’habitude qu’on nous voit tous très bien. À mon avis, les gens avaient trop peur pour dire quoique ce soit, mais qu’en fait, ils étaient parfaitement dégoûtés de notre relation. Bon c’est vrai, j’avais toujours tendance à voir les choses en mal. Mais que voulez-vous, j’étais ce genre de garçon par moment. Finalement n’y tenant plus, je me relevais, préparant mon sac pour le lendemain car j’allais surement passer la soirée chez lui. Je faisais un bisou à ma mère et mon beau-père avant de partir, presqu’en sautillant d’ailleurs. Oui, j’étais très heureux, je voulais mettre de côté mes problèmes pour profiter de cette journée avec mon petit-ami. J’arrivais rapidement chez lui, étant un habitué, je n’eus pas de problème pour passer les porte et le rejoindre dans sa chambre. Chambre où il dormait encore comme un petit bébé. Chose qui m’étonnait toujours. Autant pour les cours, il était toujours le premier réveillé, autant pour les jours de repos, c’était une vraie masse que je peinais à tirer du lit.

- Tae chéri, je te promets que si tu ne te réveilles pas, je prends un verre d’eau.
- Qu’est-ce que j’en ai à faire ?
- Quand tu seras tout trempé, j’imagine que ça sera ton affaire.
- Jiminnie…encore un peu. Mets-toi à côté de moi, et repose toi encore un peu. On est dimanche.
- Mais j’ai plus sommeil.

La réponse ne sembla pas lui plaire. Il ouvrit ses yeux à moitié, me regardant d’une manière presque désespérée. Il prit mon poignet et m’attira alors à lui, je n’eus pas vraiment le temps de réagir, je me retrouvais emprisonner dans ses bras. Je le repoussais sans grand succès mais il finit par se rendormir profondément. Je profitais donc pour me relever, appuyant mon dos contre le haut du lit, je l’attirais à moi pour le mettre sur mes jambes et passais mes mains dans ses cheveux. Il ne se réveilla qu’une heure plus tard. Il me laissa dans sa chambre tandis qu’il allait se préparer et vint ensuite se laisser tomber à côté de moi sur le lit. Allongé sur le ventre, sa tête reposant entre ses mains, il faisait très enfant.

- Ça va mieux ?
- Oui et non.
- Je sais bien qu’ils te manquent. Ils te manquent depuis le premier jour. Arrête d’essayer de te montrer fort, et laisse toi aller.
- Tu sais, je n’aime pas me laisser aller. Pleurer, je pense l’avoir déjà assez fait.
- Et bien parlons d’autres choses. Que veux-tu faire aujourd’hui ?
- Tout ce que tu voudras, tant que tu trouves le moyen de me faire rire.
- Mais je te fais tout le temps rire et la plupart du temps sans rien faire.
- Mais oui. Aller viens là. Je l’attirais alors à moi pour emprisonner ses lèvres des miennes. Je comptais bien profiter de ma journée pour me changer les idées.

Comme je m’y attendais, hier a été une très bonne journée. Je l’ai passé dans la chambre de Taehyeong. Ce n’était peut-être pas très original, mais c’était une très bonne journée. On avait parlé, joué, regardé des films et tout pleins d’autres choses. J’étais resté chez lui pour qu’on fasse notre rentrée ensemble. Et surtout pour que je n’arrive pas en retard. Et Taehyeong était un très bon réveil. D’ailleurs, en parlant, il venait de me réveiller et était déjà préparé. J’allais à mon tour dans la salle de bain avant de le rejoindre pour le petit-déjeuner. Petit-déjeuner que l’on partageait avec ses parents avant de prendre la voiture. Arrivé à l’école, je courais presqu’en tirant Taehyeong derrière moi pour rejoindre les autres sur le toit. En arrivant, je pus voir une expression surprise sur le visage de Yoongi et pour cause.

- Toi, là aussi tôt ?
- Et oui.
- Euh… pourquoi on devrait en être surpris. Jiminnie arrive toujours tôt. Dis alors Jungkook sans vraiment savoir pourquoi mon ami réagissait de cette manière.
- Je ne dis pas le contraire. Mais les jours de rentrée, il oublie toujours quelques choses et revient sur ses pas. En plus de cela, il se réveille en retard. Du coup, il arrive toujours quand les cours ont commencés.
- Vraiment ? On ne le savait pas. Alors, tu es tombé du lit ?
- Non, j’ai simplement eu un très très bon réveil.
- Taehyeong est vraiment efficace. Dit alors Hoseok, ce qui fit rire tout le monde sauf moi.

Enfin, on continua de parler. J’étais vraiment heureux de tous les avoir à côté de moi. Enfin, il fallait cependant aller en cours, on descendit en groupe et entrait dans la classe pour pendre place. Je constatais qu’il y avait un brouhaha pas possible. Ma tête se tourna alors à l’emplacement de Kann et sa clique. Personne. J’entendis alors des brides de conversations. Ils sembleraient qu’ils aient quitté l’école après l’arrestation de Kann. Ils avaient eu peur parce qu’il avait participé à me faire du mal. J’en fus surpris mais ne le montrais pas. Prenant place, je posais ma tête entre mes bras en soupirant. Tant de bruit aussi tôt, cela avait le don de me donner la migraine. Le professeur fit son apparition et tout de suite le silence s’installa. Il allait nous faire un discours, et je n’avais pas tellement envie de l’écouter. Mais recevant un coup dans ma chaise, je me tournais vers Jungkook, il me demanda de me retourner. Je le fis sans vraiment comprendre et là je restais la bouche grande ouverte. Ça s’était une surprise. Une grande même, je ne faisais que regarder en clignant des yeux. Il y avait deux nouveaux. Leur dossier avait été recommandé et on avait expressément demandé à ce qu’ils soient dans cette classe car le niveau était excellent. Je n’en croyais pas mes oreilles, je devais surement être en plein rêve. Oui c’est ça. Je suivis les cours un peu à l’ouest, n’osant pas jeter un coup d’œil pour me rendre compte que j’avais rêvé. Jour de rentrée, on n’eut pas l’occasion d’avoir un pause. Ce n’est qu’à midi que je me précipitais hors de la pièce pour rejoindre le toit. Oui, j’étais décidément trop surpris. Fallait que je respire calmement. Je sentais les regards sur moi, j’entendais les pas s’avancer, se rapprocher. Je me retournais alors et n’eut le temps de rien voir que quelqu’un me pris dans ses bras, me serrant tellement fort que j’ai cru que j’allais étouffer.

- Mais comment c’est possible ? Je veux dire …
- Ça a été très difficile de ne rien te dire.
- Comment ça ? Vous étiez au courant depuis longtemps ?
- Oui, avant que tu ne reviennes pour la fête.
- Mais comment et vos parents ?
- On a eu leur autorisation et on a eu de l’aide. Un appartement pour nous deux, deux dossiers de transfert, un petit boulot. Ton beau-père a été la personne la plus gentille qui soit. Il a senti ta peine, et voulait te venir en aide, et en plus de cela. Il nous permet de finir notre scolarité dans une très bonne école.
- …
- Je crois que Jimin est trop ému et trop content pour dire quoi que ce soit. Taehyeong s’était rapproché et m’avait pris dans ses bras. Notre seconde famille est enfin réunie.

Oh oui, elle était enfin réunie et j’étais la personne la plus heureuse du monde. Qui aurait pensé que des mois avant, j’étais encore chez moi, entouré de mes meilleurs amis. Yoongi, Jin et Namjun. Qui aurait dit qu’après des années à se tourner autour, ils se seraient enfin mis ensemble. Que Yoongi aurait retrouvé sa famille, sa sœur et aussi la personne qui fait de lui une meilleure personne. Que moi-même, j’ai pu trouver la personne qui arrive à apaiser mon cœur. Et puis, Jungkook qui semblait si bien en solitaire, qui aurait pensé qu’il aurait été en couple avec la sœur de Yoongi. Non, je n’aurais jamais pu prédire tout cela lorsque je suis arrivé ici et que j’ai commencé à refaire ma vie. Je n’aurais jamais pensé que j’aurais accepté la personne qui avait volé le cœur de ma mère. Qu’il aurait été la personne qui m’aurait aidé plus que ce que j’aurais pu le croire. Non, rien de tout ceci n’était prévisible. Mais les choses étaient bien ainsi. J’avais toutes les personnes dont j’avais besoin autour de moi. Et je comptais bien en profiter, le maximum possible. Mais avant toute chose. Il y a une chose qui me reste à faire. Car dès que je rentrerais chez moi, je devrais remercier comme il se doit, cet homme qui est entré dans notre vie et qui a tout fait pour me rendre mon sourire. Je comprenais un peu mieux la surprise que je devais recevoir aujourd’hui. Je comprenais mieux leur comportement bizarre. Fallait que j’assure pour les remercier. Et peut-être organiser une soirée pour fêter le rassemblement de cette grande famille. En pleine semaine de rentrée, c’était risqué mais bon. Advienne que pourra.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/02/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Sam 8 Mar - 4:03

Les deux derniers chapitres finalement....

La relation entre Jimin, Yoongi et Hoseok a fini par se décanter, ca fait plaisir de voir que tout va mieux maintenant

Sinon je pensais... c'est incroyable ya toujours un marieur dans tes fics Ken, Jimin, Minhyo pour la nouvelle LOL Finalement il a réussi à caser Jong Kook et Sung Hee. J'aurai pensé qu'après tout ce que Jong Kook avait fait il s'en rendrait compte bien avant mais non c'est Sung Hee qui a fait le premier pas (elle a bien fait xD j'oserai pas moi lol je l'admire)

Franchement parler, je pensais que le truc que les parents comptaient lui dire c'était que sa mère était enceinte. Pour une fois j'ai pas vraiment été perspicace. Enfin j'ai légèrement supposé à un moment qu'il était possible que les deux autres viennent en ville mais je trouvais ça impossible qu'il décide de quitter leur famille juste pour rejoindre les autres. Mais bon j'aime les happy ending donc j'ai rien à dire.

Merci d'avoir partagé ta fic, ca m'a fait plaisir d'aller jusqu'au bout de cette histoire pleine de hauts et de bas. Ca me fait un peu bizarre comme à chaque fois d'arriver au dernier mot T.T et que je me rend compte que c'est déjà fini, j'ai pas eu l'impression d'avoir vu les chapitres passer c'est allé tellement vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladyfolio.tumblr.com/
Shinnie
Admin
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   Sam 8 Mar - 8:29

Mici ma Sarah. Maintenant que tu me le dis, c'est vrai. Je m'en rends vraiment pas compte. Et pour le coup, dans l'autre des BTS, y'a peut-être une autre personne du même genre. Je suis bizarre en fait. Merci d'avoir lu, commenter, aimé.
Je pouvais pas les laisser là-bas et puis être dans une école prestigieuse c'est bien pour tout le monde ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The life is always complicated - Fiction (24/24)   

Revenir en haut Aller en bas
 
The life is always complicated - Fiction (24/24)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» The Secret Life of the Novel
» Ma fan-fiction : Willemina Odair Mellark's life
» Unordinary Life
» Life
» Review : Ricky Steamboat - The life story of the Dragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coming Home :: DAZZLING CREATION :: Asiatiques :: Coréens :: HxH-
Sauter vers: